septembre 28, 2020

L’Assassinat du Père Noël

De : Christian-Jaque

Avec Harry Baur, Renée Faure, Fernand Ledoux, Jean Parédès

Année : 1941

Pays : France

Genre : Comédie

Résumé :

Cornusse garde auprès de lui sa fille Catherine, une jeune femme à la santé fragile. Leur voisin, est un Baron à la recherche de l’âme sœur. Cornusse décide de s’habiller en Père Noël.

Avis :

La découverte du jour, c’est le cinéma de Christian-Jaque, réalisateur qui m’était totalement inconnu, alors même qu’il représente à lui seul une certaine idée du patrimoine du cinéma français. Christian-Jaque, c’est plus de soixante ans de carrière, et près de quatre-vingts films, et même de la série télé sur ces dix dernières années.

Avec une telle filmographie, il était logique et forcé qu’un jour je finisse par découvrir ses films et c’est avec « L’assassinat du Père Noël » que je commence. Considéré comme un classique parmi les classiques, premier film tourné sous l’occupation pour une firme allemande, cet « … assassinat du Père Noël » est une jolie découverte qui porte en elle une certaine magie. Si on reprochera au film de Christian-Jaque une trop grande exposition en ouverture, « L’assassinat du Père Noël » charme, envoûte et offre un moment de cinéma pas aussi grand que je l’aurais aimé, mais à aucun moment je regrette de m’y être arrêté.

Un petit village perdu en haute Savoie, c’est le soir de noël, une grande partie des habitants est à la messe, tandis que d’autres fanfaronnent dans les rues enneigées. Alors que le Père Noël se fait attendre dans une maison, deux enfants décident de partir à sa rencontre afin d’être sûr que le petit bonhomme rouge n’a pas oublié leur petit frère malade. Les deux garnements vont alors tomber sur le cadavre du Père Noël. Un bijou à l’église a été volé et le Père Noël est mort, le coupable se cache parmi les habitants du village, mais qui est-ce ? Les soupçons vont bon train en attendant la police qui a perdu son chemin dans les montagnes.

« L’assassinat du Père Noël » est un joli film, qui me laisse toutefois une petite déception en guise de souvenir. Œuvre assurément poétique, œuvre pleine de mystère, œuvre à l’ambiance fascinante et incroyable, « L’assassinat du Père Noël » a le souci d’offrir une bien trop grande séquence d’exposition de ses personnages. Sur une heure quarante de film, avant d’arriver pleinement sur le sujet inscrit dans le titre, il s’écoule une bonne heure dix et si, dans un sens, cette ouverture est belle, elle finit aussi par lasser, de peur qu’elle bâcle sa suite par manque de temps. Alors qu’on se rassure, le final est loin d’être bâclé, mais comme il reste ce sentiment quelque peu désagréable en tête, « L’assassinat du Père Noël » se voit quelque peu terni, laissant une impression de bon et joli film, là où l’on pensait trouver un chef-d’œuvre.

Ce sentiment d’ouverture bien trop long est donc finalement le seul défaut qu’on reprochera à ce film. Un défaut bien trop envahissant, car pour le reste, « L’assassinat du Père Noël » nous offre presque tout ce que l’on avait envie de voir. Si l’intrigue et son coupable sont assez vite démasquables, la principale source d’incroyable, de fabuleux, de ce film, c’est son ambiance, son atmosphère et plus largement sa sublime mise en scène. Il y a quelque chose d’irréel qui se dégage du film de Christian-Jaque, quelque chose qui se rapprocherait d’un conte d’antan. Le réalisateur, par ses images, par ses rires d’enfants, par la façon qu’il a de mettre en scène ses personnages ou encore de filmer leurs visages, nous envoûte. Le film est beau dans tous ses recoins. « L’assassinat du Père Noël » sait mélanger poésie de noël et mystère, il sait mélanger drame et humour. Puis le tout est souvent accompagné de personnages hauts en couleurs ou encore de petites comptines en BO qui accompagnent très bien l’intrigue. On ajoutera à cela l’impeccable jeu des comédiens, qui là encore dégage ce charme introuvable aujourd’hui, et l’on obtient donc un joli film qui malgré ses quelques petits défauts nous envoûte et se trouve être un joli moment de cinéma pour les fêtes.

Certes, l’ouverture fut trop longue, le suspect facilement trouvable malgré les fausses pistes prévisibles, mais face à ces quelques petits défauts, au final, « L’assassinat du Père Noël » m’a fait passer un joli et bon moment. Je n’ai effectivement pas trouvé le chef-d’œuvre espéré, mais je ne regrette en aucun cas de m’y être arrêté, ne serait-ce que pour cette ambiance magnifique et magique que le film dégage ou encore son final, on ne peut plus touchant… Bref, indéniablement à découvrir !

Note : 12/20

Par Cinéted

AqME

Amateur d'horreur, Métalleux dans l'âme, je succombe facilement à des images de chatons.

Voir tous les articles de AqME →

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.