octobre 26, 2020

Le Retour de Mary Poppins

Titre Original : Mary Poppins Returns

De : Rob Marshall

Avec Emily Blunt, Ben Whishaw, Lin-Manuel Miranda, Emily Mortimer

Année: 2018

Pays: Etats-Unis

Genre: Comédie Musicale

Résumé:

Michael Banks travaille à la banque où son père était employé, et il vit toujours au 17 allée des Cerisiers avec ses trois enfants, Annabel, Georgie et John, et leur gouvernante Ellen. Comme sa mère avant elle, Jane Banks se bat pour les droits des ouvriers et apporte son aide à la famille de Michael. Lorsque la famille subit une perte tragique, Mary Poppins réapparaît magiquement dans la vie de la famille. Avec l’aide de Jack, l’allumeur de réverbères toujours optimiste, Mary va tout faire pour que la joie et l’émerveillement reviennent dans leur existence… Elle leur fera aussi découvrir de tous nouveaux personnages plein de fantaisie, dont sa cousine, l’excentrique Topsy.

Avis:

Dans le paysage du cinéma américain, cette fois-ci, on tire la carte du pape de la comédie musicale contemporaine, j’ai nommé Rob Marshall. Dès le début de sa carrière, Rob Marshall s’est imposé dans ce style, avec le désormais culte Chicago, film pour lequel il reçut l’oscar du meilleur film (rien que ça). Depuis, même si Rob Marshall s’est aventuré dans un cinéma plus traditionnel, son cœur est à la comédie musicale, comme ont pu le prouver ses films « Nine« , qui en y repassant est peut-être à réévaluer et « Into the Wood » qui lui par contre est réellement un désastre. À noter aussi qu’avant « Chicago« , il avait réalisé un téléfilm qui était déjà une comédie musicale, puisqu’il avait adapté la célèbre « Annie« .

Bref, c’est donc sur un désastre qu’on avait laissé Rob Marshall en 2015. Trois ans se sont donc écoulés et voici que le réalisateur fait un retour aussi attendu que craint. En cette période de reboots, remakes et autres suites de la suite, Hollywood a décidé, soixante-trois ans après, de donner une suite à l’un de ses classiques, « Mary Poppins« . Il fallait l’oser, surtout qu’on ne l’attendait pas forcément, tant le film de Robert Stevenson se suffisait à lui seul. N’ayant aucun Disney animé sur les écrans en cette fin d’année, la magie Disney sera donc assuré par le retour de la plus adorable des nounous et alors que personnellement, j’avais plus de craintes que d’espoirs, ces nouvelles aventures fantasques de « Mary Poppins » ont su combler toutes les attentes. Magique, féerique, respectueux, généreux et inventif, fou parfois, « Le retour de Mary Poppins » est un joli conte qui réchauffe cette période de Noël.

Les enfants Banks ont grandi, et alors que Jeanne, célibataire endurcie, est militante dans le parti des travaillistes, Michael a bien du mal à s’en sortir. Ayant perdu son épouse l’année passée, il doit s’occuper de ses trois enfants, tout en devant gérer comme il le peut des dettes bien trop envahissantes. Alors qu’il doit faire face à un solide problème qui risque de lui coûter la maison familiale d’ici la fin de la semaine, sans que les enfants Banks ne s’y attendent, il voit ressurgir du passé son ancienne nounou, Mary Poppins…

« Le retour de Mary Poppins« , c’est la fantaisie pleine de charme et d’amour de cette fin d’année. Sixième film pour Rob Marshall et l’on peut dire qu’avec ce retour inattendu, le réalisateur redore son blason. Offrir une suite à « Mary Poppins » n’était pas une mince affaire, alors autant dire qu’offrir une suite qui serait à la hauteur du premier film relevait quasiment de la mission impossible, et même si notre cote ira toujours à Julie Andrews et au film de Robert Stevenson, on peut aisément dire que Rob Marshall a relevé le défi comme personne, d’ailleurs qui d’autre en y pensant aurait pu le relever aussi bien que Marshall ?

« Le retour de Mary Poppins » est donc une suite directe du film de 1965. Bien des années se sont écoulées depuis les premières aventures délirantes et colorées et voici que les enfants Banks sont donc adultes et Mary Poppins, la plus smart des nounous, est de retour pour s’occuper des enfants Banks, les enfants aussi bien adultes que la progéniture des adultes évidemment.

Tenant là un excellent scénario, « Le retour de Mary Poppins« , c’est une intrigue aussi charmante qu’elle est amusante. C’est une fantaisie qui s’inscrit vraiment comme une suite. Bien pensée, bien imaginée, on se laisse entraîner dans ces nouvelles aventures et les nouveaux tableaux que Mary Poppins fait naître avec cette folie douce qu’on lui connaît. Une folie amusement et enfantine, tout en ayant derrière un fond, peignant des banquiers véreux s’enrichissant sur la misère des gens, profitant de la grande dépression de 1929.

Bien entendu, à travers les tableaux que visitent les bambins et leur nounou, ce « … retour de Mary Poppins » aborde des sujets intéressants, comme les apparences, le fait de voir un problème sous un autre angle, et plus largement le fait de positiver et de croire encore au possible. Bref, de jolis sujets, qui en prime ne tombent pas dans la leçon de morale. Des sujets très bien mis en chanson (des chansons qui entrent directement en tête et qu’on prendra plaisir à écouter en dehors du film), même si, parfois, il y en aura bien une ou deux qui seront agaçantes, malgré leur utilité pour l’intrigue.

Comme je le disais, « Le retour de Mary Poppins« , c’est une fantaisie et cette fantaisie est parfaitement mise en images. Les tableaux sont beaux et fous. Par exemple, tout ce qui est fait dans un monde de porcelaine est tout simplement magique. Les scènes avec Meryl Streep sont trippantes au possible et puis il y a ce final, qui greffe définitivement un sourire sur nos visages.

La mise en scène est soignée, dynamique, pleine de rythme, d’entrain, jouant à fond le merveilleux qu’on aime tant chez Disney. D’ailleurs, on aura remarqué les petits clins d’œil ici et là. Rob Marshall, en grand pape de la comédie musicale, inscrit très bien ces moments chantés et avec les autres plus traditionnels.

Ce « … retour de Mary Poppins« , c’était aussi un défi de taille, un défi qui relevait même de l’impossible, remplacer Julie Andrews. Difficile, extrêmement difficile, et pourtant Rob Marshall l’a fait et a trouvé sa « Mary Poppins », à peu de chose prêt parfaite en tout point en la personne d’Emily Blunt. Respectueuse, tout en y ajoutant sa petite touche personnelle, espiègle, malicieuse et en même temps tellement smart, mélange parfait d’autorité, de bienveillance et de douceur. Bref, on est totalement et amoureusement sous son charme.

Ce « … retour de Mary Poppins« , c’est aussi tout un tas de nouveaux personnages qui vont être tous plus attachants les uns que les autres. On notera un succulent petit rôle pour Meryl Streep. Et de petite apparitions délicieuses pour Dick van Dyke ou encore Angela Lansbury.

Ce retour de la plus craquante des nounous était risqué et pourtant ce nouveau chapitre des aventures de « … Mary Poppins » est une très jolie réussite. Visuellement impeccable, scénaristiquement au top, musicalement bon, et tenu par une Emily Blunt parfaite, on n’en attendait pas autant. Rob Marshall ne nous avait pas autant comblés depuis « Mémoire d’une Geisha » !

Note : 15/20

Par Cinéted

AqME

Amateur d'horreur, Métalleux dans l'âme, je succombe facilement à des images de chatons.

Voir tous les articles de AqME →

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.