octobre 26, 2020

Rémi Sans Famille

De : Antoine Blossier

Avec Daniel Auteuil, Maleaume Paquin, Virginie Ledoyen, Jonathan Zaccaï

Année : 2018

Pays : France

Genre : Aventure

Résumé :

Les aventures du jeune Rémi, orphelin recueilli par la douce Madame Barberin. A l’âge de 10 ans, il est arraché à sa mère adoptive et confié au Signor Vitalis, un mystérieux musicien ambulant. A ses côtés, il va apprendre la rude vie de saltimbanque et à chanter pour gagner son pain. Accompagné du fidèle chien Capi et du petit singe Joli-Cœur, son long voyage à travers la France, fait de rencontres, d’amitiés et d’entraide, le mène au secret de ses origines…

Avis :

« Rémi sans famille« , c’est le troisième film d’Antoine Blossier, un réalisateur français qui ose s’essayer à plusieurs styles. La première fois qu’on trouve une image d’Antoine Blossier, c’est en 2003 avec le court-métrage « L’Abominable Malédiction du peintre Gray« . Par la suite, le réalisateur fait silence jusqu’en 2010, où pour son premier long, il s’essaie sans grande réussite au film d’horreur avec « La traque« . Viendra quatre ans plus tard « A toute épreuve« , une comédie lycéenne avec Thomas Solivéres qui a trouvé un certain charme et un certain succès.

Et voilà que quatre nouvelles années sont passées et Antoine Blossier est de retour sur les écrans avec son film le plus grand public. Adaptant Hector Malot, Antoine Blossier surprend et livre un très bon film pour passer les fêtes. « Rémi sans famille« , c’est de l’aventure, c’est des émotions, c’est un voyage à travers une France superbe, puis que dire de ce casting, emporté par un grand Daniel Auteuil dans la peau de Vitalis, un personnage dont on a bien du mal à voir qui d’autres aurait pu l’incarner. Bref, après l’horreur, la comédie, Antoine Blossier s’essaye au film d’aventure familial et c’est réussi.

C’est à l’âge de dix ans que le jeune Rémi apprend qu’il a été adopté. Alors qu’il vit tranquillement avec sa mère adoptive, il voit pour la première fois son père adoptif revenir à la maison. Ce dernier ayant perdu son emploi, il décide de se séparer du jeune garçon en le plaçant à l’orphelinat. Rémi évitera l’orphelinat quand Mr Barberin le louera au Signor Vitalis, un homme mystérieux, mais qui va finalement se révéler être un homme d’un grand cœur. Vitalis, qui est saltimbanque, va alors s’occuper de Rémi, lui apprenant à chanter. Commence alors une aventure surprenante qui emmènera l’enfant et ses compagnons plus loin qu’il ne l’aurait jamais imaginé.

Si je n’ai jamais lu l’œuvre d’Hector Malot, « Rémi sans famille » a toutefois bercé mon enfance, puisque c’était l’un de mes dessins animés préférés (un dessin animé dont je n’ai jamais vu la fin par ailleurs). J’étais donc curieux de voir ce que cela pouvait donner en passant à l’image réelle, et je dois dire que le nouveau film d’Antoine Blossier a su me conquérir.

« Rémi sans famille« , c’est le spectacle familial par excellence. « Rémi sans famille« , c’est une histoire remplie d’émotions, d’intrigues, de suspens et de bons sentiments. Antoine Blossier nous invite dans une grande aventure humaine dans une France qui n’existe plus, en compagnie de personnages tous adorables et attachants.

« Rémi sans famille« , c’est un scénario bien solide et bien écrit, qui sait offrir son lot de divertissement, de poésie, de rencontres, de rires et de spectacles.

On suit les aventures de ce petit garçon, son maître et ses amis, avec intérêt, alors même qu’on en connaît déjà l’intrigue, on se laisse surprendre par celle-ci. Antoine Blossier nous donne envie en permanence de redécouvrir cette histoire, qui certes demeure très lisse et tient certains passages plus survoltés que d’autres. Certains moments qui sembleront résonner comme des passages obligés, comme ça, on pense à l’attaque des loups en forêt. Mais face à ses quelques petites faiblesses, pas si dérangeantes que ça finalement, on prendre plaisir à découvrir ces personnages que le scénario a soigneusement creusé. Celui de Vitalis par exemple est vraiment passionnant et touchant.

Puis il faut dire que le personnage est tenu par un grand Daniel Auteuil, qui est tout en retenue, ce qui le rend encore plus touchant, et même émouvant. Mais il n’y a pas que Daniel Auteuil dans ce film, Antoine Blossier a très bien su choisir son casting, à commencer par le jeune Maleaume Paquin, dont c’est le premier rôle et qui démontre un talent certain pour la comédie. On notera pour notre plus grand plaisir la présence inestimable de Jacques Perrin en Rémi adulte. C’est toujours un réel plaisir de voir et entendre l’acteur. Mention spéciale évidemment au petit singe, Joli Cœur et au chien Capi.

Enfin, histoire de conclure ce très beau tableau, « Rémi sans famille« , c’est aussi une mise en scène sublime. Une mise en scène belle, offrant des images magnifiques et des scènes aussi belles que touchantes. Une mise en scène qui est un petit moment d’évasion, les paysages, les couleurs, l’atmosphère, la photographie, tout est beau, le travail de reconstitution est très soigné. Seule la musique, pourtant très jolie, de Romaric Laurence, a tendance à se faire parfois un peu trop envahissante.

Pour son troisième film, Antoine Blossier réussit à offrir un joli conte. Son « Rémi sans famille » est un petit délice, aussi bien pour les petits que les grands. Divertissant, amusant, plein de tendresse, « Rémi sans famille » est un joli moment de cinéma

Note : 15/20

Par Cinéted

AqME

Amateur d'horreur, Métalleux dans l'âme, je succombe facilement à des images de chatons.

Voir tous les articles de AqME →

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.