Abracadabra

De : Pablo Berger

Avec Maribel Verdu, Antonio de la Torre, José Mota, Josep Maria Pou

Année : 2018

Pays : Espagne, France

Genre : Comédie, Fantastique, Thriller

Résumé :

Carmen est mariée à Carlos, un conducteur de grue macho, fan de foot, qui ne lui prête plus guère attention. Après une séance d’hypnose dont il est le cobaye pendant un mariage, Carlos devient le parfait époux. Quelque chose a changé !

Avis :

Réalisateur espagnol, Pablo Berger est l’un des plus beaux espoirs de la « nouvelle scène » du cinéma d’Espagne. Pablo Berger ne compte que trois films pour l’instant à son actif et parmi eux se trouvent déjà un chef-d’œuvre. Un chef-d’œuvre des plus osés et singuliers, puisque Pablo Berger eut la folle idée, pour son deuxième film « Blanca Nieves« , d’adapter le conte « Blanche Neige et les sept nains » à la sauce corrida, noir et blanc et histoire de corser le tout, Pablo Berger s’est aussi aventuré sur les sentiers du film muet… Bref autant dire que « Blanca Nieves » ne ressemble à rien de connu.

Cinq ans après avoir fait le plein de Goya pour « Blanca Nieves« , Pablo Berger est de retour sur nos écrans avec une petite fantaisie, aussi délirante qu’intrigante. Une petite fantaisie sombre, saupoudrée de burlesque, de mystère, et même d’au-delà. Avec « Abracadabra« , Pablo Berger ne nous refait pas le coup du chef-d’œuvre instantané, mais il nous offre un film très plaisant, à la mise en scène colorée et dynamique qui mélange les genres et les styles à merveille, pour nous offrir ce que le réalisateur avait déjà fait, un film singulier et surprenant.

Carmen est mariée à Carlos, un homme qui a tout du macho de base. Un soir, invité à un mariage, Carlos est choisi comme cobaye pour une séance d’hypnose. Après cette dernière, lui qui était le mari le plus horripilant, voire même plus, lui qui délaissait sa femme et sa fille, se voit totalement transformé. Aimant, attentionné, quelque chose a changé, mais est-ce dangereux ? Où est passé son mari ? Et puis qui est cet homme qui passe l’aspirateur, débarrasse la table, et voit un chimpanzé ? Qui habite le corps de son mari ?

Comédie, thriller, film fantastique, drame, burlesque, mystique, référencé, le nouveau film de Pablo Berger est tout ceci à la fois.

La première chose qui me vient en pensant au nouveau film de Pablo Berger, c’est la qualité, la finesse et surtout la richesse de son scénario. « Abracadabra » est un film qui explore aussi bien le couple que la schizophrénie ou encore un certain degré de mysticisme, plus que bienvenu, osant le film de possession. Géniale tambouille, Pablo Berger mélange tout, et il en résulte un film en permanence surprenant. Un film qui nous tient autant en haleine qu’en intrigue et surtout « Abracadabra« , dans sa folie, est purement et simplement imprévisible, ce qui fait énormément de bien.

Ce qui est terrible aussi avec ce scénario, c’est que derrière le drame absolu que vit cette femme, et plus largement ce couple, Pablo Berger n’a pas voulu faire un drame. Non, Pablo Berger a voulu injecter dans ce drame de l’absurde, du n’importe quoi, et de la comédie, et le résultat en plus d’être surprenant, donne un film jubilatoire à plus d’un titre.

Puis ce scénario offre des personnages très attachants, même les plus salauds, comme celui génialement tenu par Antonio de la Torre, grand acteur espagnol qu’on connaît que trop peu par chez nous. Puis, il y a aussi Maribel Verdú, qui rempile chez Pablo Berger après avoir tenu le rôle de la marâtre dans son « Blanca Nieves« . L’actrice est géniale, arrivant à conjuguer le drame et le comique dans un personnage tout en couleurs et nuances. Un personnage beau, qu’on adore suivre n’importe où, même dans les coins les plus dingues d’un subconscient.

Ensuite, quand on repense à « Abracadabra« , il est bien impossible de passer à côté de cette mise en scène de folie, qui accompagne parfaitement le côté schizophrène de l’histoire et des personnages. Il y a dans ce film une liberté de ton, et quelque chose d’osé qui se dégage. Complexe et en même temps très simple, Pablo Berger nous emporte dans un drame aux allures de comédie noire. Pablo Berger a parfaitement su mélanger le tout, passant d’un style à l’autre avec assurance, osant confondre l’enquête et le thriller à la comédie cocasse ou noire, ce qui fait que bien souvent « Abracadabra » nous fait rire jaune, dans un délicieux mélange de jubilation, étonnement et consternation. Une jubilation qui s’étend encore un peu plus loin avec toutes les références et autres clins d’œil que l’on trouve dans l’histoire. Kubrick, « Taxi Driver« , « Nothing » de Vincenzo Natali, on peut penser aussi à certains films de Woody Allen, ou Alex de la Iglesia… C’est un petit festival intelligent, qui en plus a du sens, n’étant jamais cité gratuitement.

Bref, Pablo Berger a de l’idée, un regard (le film est génialement coloré, les costumes, les looks sont magiques), un style. Le réalisateur sait employer au mieux ses éléments, pour en tirer le meilleur. « Abracadabra » est une petite fantaisie qui s’avère être aussi drôle que dramatique, c’est un film noir mais qui nous met de bonne humeur. C’est un film qui sait surprendre et offre un nouveau souffle un peu dingue. Des films comme celui-là, on en veut plus ! Pablo Berger confirme donc tout le bien qu’on pensait de lui et maintenant l’attente du prochain film du réalisateur va se faire bien longue.

Note : 16/20

Par Cinéted

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Facebook : Lavisqteam.fr – Contact: lavisqteam@laposte.net