Trois Jours à Jérusalem – Stéphane Arfi

Auteur : Stéphane Arfi

Editeur : J.C. Lattès

Genre : Récit Initiatique

Résumé :

La Bible raconte que Jésus a fait à l’âge de douze ans une fugue à Jérusalem ? une fugue dont, étrangement, on ne sait rien, mais qui a sans nul doute eu une importance capitale. Car ces trois jours changèrent à jamais la vie du jeune garçon…Qu’a-t-il pu se passer à Jérusalem ? quelles rencontres ? quels événements pour que le petit villageois que l’on connaissait angoissé, fragile et révolté par la misère et l’injustice, devienne en si peu de temps ce jeune homme calme et résolu, au regard plein d’ardeur et au cœur si doux, qui allait transmettre à l’humanité un message d’espoir ? Deux mille ans plus tard, s’appuyant sur des textes d’un grand maître spirituel juif, Hillel l’Ancien, Stéphane Arfi raconte cette fugue qui fit découvrir à Jésus que le vrai secret du bonheur n’était pas l’amour, contrairement à ce qu’on lui avait toujours dit ? mais un autre mot, une autre valeur, autrement plus subtile  : la bonté, «  hèsèd  ». Une valeur que Jésus n’a eu de cesse de transmettre sa vie durant, mais qui n’est pas ce que l’on a retenu de son enseignement. Car son message a été tronqué au fil des siècles,tant il risquait de renverser l’ordre du monde, donc le pouvoir des dominants…Voici l’histoire d’un épisode méconnu de la vie de Jésus, et celle de ce mot, qui résout la plus grande énigme humaine  : comment être vraiment heureux  ?

Avis :

Trois jours à Jérusalem est un roman initiatique sans vraiment l’être. Plusieurs points de vue nous sont relatés à travers la vie et les misères de différents personnages et, étrangement, il n’est pas tant que cela question de religion. Un non pratiquant peut facilement lire le livre sans s’offusquer ou en étant perdu, selon son état d’esprit face à la foi. Le roman est davantage centré sur une philosophie de vie, un mode de vie et un chemin pour trouver le bonheur. Celui-ci n’est pas si simple à comprendre car il comporte des subtilités dans son interprétation.

Les chapitres sont courts et centrés chacun sur un thème bien particulier. On commence par rencontrer Joshua qui est un peu perdu et en colère contre le Ciel. Il va décider de fuguer, de quitter ses parents et leur caravane pour essayer de trouver des réponses à ses questions en plein Jérusalem. Il fera la rencontre d’une prostituée, d’un prêtre, d’un sikaryot (aussi connu sous le terme zélote), d’enfants, d’un grand sage, d’un lépreux,etc. Tous vont apporter à Joshua une sensation, une émotion, qu’elle soit positive ou négative, et toutes ces rencontres vont le faire avancer dans sa quête personnelle.

Le Jérusalem du roman est triste et sombre. L’auteur, par ses descriptions sans détour, nous livre des scènes de pauvreté atroces, des tableaux de guerres fratricides et des images violentes. La vie est difficile à Jérusalem pour ceux qui n’ont pas les moyens, et cela nous touche profondément. Les situations des protagonistes sont toutes complexes et finissent par se recouper. Les différentes intrigues sont bien construites et s’enchaînent comme il faut pour ne pas nous ennuyer et ne laisser aucun temps mort. Beaucoup de sujets terribles sont abordés comme la violence faite aux femmes, l’amour entre un enfant et ses parents, la mort de proches, le monde des esprits ou la valeur d’une vie terrestre.

Les personnages sont décrits de manière plutôt simpliste, voire un peu caricaturale. On voit très bien qu’ils ne sont là que pour nous donner matière à réfléchir. Le peu qu’on nous fournit suffit néanmoins à créer des situations intéressantes et chaque histoire est sympathique à suivre. Certaines sont plus étranges que d’autres ou difficiles à croire. Pourtant, on s’attache facilement tout en ressentant un certain apaisement au fil des pages, quand les histoires se résolvent enfin et de jolies manières.

Les paroles des sages que rencontre Joshua sont poétiques, philosophiques et prenantes. Elles nous font réfléchir et apportent à la lecture une dimension spirituelle d’importance. La question du bonheur est un sujet aimé des philosophes depuis longtemps. L’auteur donne ici une interprétation un peu différente, voire novatrice et qui n’est pas si évidente à cerner. Les notes de fin de roman permettent d’y voir un peu plus clair. La conclusion du livre n’est pas toute rose et peut laisser perplexe, notamment sur le rôle final de Joshua. Elle amènera, dans tous les cas, des discussions ultérieures captivantes, des débats et peut-être même des changements.

Joshua évolue tout au long du livre, passant de colère à paix intérieure tout en posant un autre regard sur le monde. Impulsif, parfois un peu naïf, le jeune homme a un caractère rebelle rafraîchissant et dit des choses que l’on aimerait finalement entendre plus souvent. Joshua est en fait le Jésus que l’on connaît plus ou moins bien. Le roman se voit ainsi doté de passages plus ou moins fantastiques ou divins, selon les points de vue.

Dans un monde aujourd’hui à feu et à sang, il paraît essentiel de rappeler que le but premier d’une religion n’est pas la violence, mais tout son opposé. L’auteur met en avant les bons sentiments et l’humanité, dans un contexte dramatique où la vie n’est pas facile. Ses messages sont beaux et nous amènent à combattre nos peurs et angoisses pour mieux vivre au jour le jour, apprécier ce que l’on a et aimer cette vie sur Terre, malgré toutes les difficultés que l’on peut rencontrer.

La lecture de ce livre fait du bien tant on sent l’espérance transparaître à travers chaque mot, chaque ligne et chaque chapitre. Le bonheur nous paraît accessible pour de vrai et l’on veut suivre, tout comme Joshua, ce chemin d’apprentissage qui nous transformera. Le roman est simple à lire, malgré un message complexe et perturbant.

Bien que le roman veuille s’ancrer dans l’histoire de Jésus et sa véritable fugue à Jérusalem, toutes ces histoires et tranches de vie pourraient se passer à n’importe quel moment tant les questions soulevées sont universelles. Vrai conte philosophique, Trois jours à Jérusalem est un livre qui touchera.

Note : 15/20

Par Lildrille

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Facebook : Lavisqteam.fr – Contact: lavisqteam@laposte.net