House of Cards Saison 5

D’Après une idée de : Beau Willimon et Frank Pugliese

Avec Kevin Spacey, Robin Wright, Joel Kinnaman, Neve Campbell

Pays: Etats-Unis

Nombre d’Episodes: 13

Genre: Drame

Résumé:

Frank Underwood, homme politique rusé et vieux briscard de Washington, est prêt à tout pour conquérir le poste« suprême »…

Avis:

« House of cards » est une série qui a été créée par Beau Willimon et le showrunner en a assuré à lui seul les quatre premières saisons. Ayant peur que la série finisse par tourner en rond et peut-être s’essouffler, Beau Willimon est alors aidé à partir de la saison 5 par Melissa James Gibson. Peu connue, la showrunneuse et scénariste a avant toute chose travaillé sur la série « The Americans« , une série d’espionnage sur fond de guerre froide. On notera qu’avant la saison 5, Melissa James Gibson avait déjà travaillé sur quelques épisodes de « House of cards« .

Pendant quatre saisons, « House of cards » ne fut qu’une montée en puissance, allant de saison en saison avec grâce, élégance et surtout de manière marquante. Les intrigues bien ficelées, réalistes, coups bas et autres trahisons politiques, et puis surtout, les Underwood crevaient l’écran. Pourris jusqu’à la moelle, on avait qu’une envie, c’est de découvrir cette conquête du pouvoir et comment ils allaient écraser tous leurs opposants. Bref,pendant quatre saisons, « House of cards » fut un véritable plaisir à suivre et avec un final comme la saison quatre nous a offert, il était clair que l’impatience était à son maximum quant à la découverte de cette cinquième saison. Et finalement, on doit avouer que même si cette nouvelle saison commence et se finit de manière impeccable, « House of cards« commence aussi, un peu, à manquer de souffle et c’est bien dommage.

La course à la présidence bat son plein, Frank Underwood et le gouverneur Coway sont au coude-à-coude. Plus dramatique encore, il se pourrait même que Frank Underwood, si on écoute les sondages, finisse par perdre l’élection, il faut donc que le clan Underwood réagisse au plus vite et trouve une nouvelle stratégie ou attaque politique, pour mettre à terre ce jeune politicien ambitieux …

J’ai souvent entendu dire que « House of cards« , bien avant tout le boxon qu’il y a eu autour de Kevin Spacey, était une série qui était retombée aussi vite qu’elle avait su passionner les foules et redonner de la saveur à la série politique. J’avais du mal à y croire, puisque pour ma part, « House of cards » ne fut qu’une sacrée belle montée en puissance, enchaînant les saisons marquantes les unes derrière les autres, mais comme on dit souvent, toute bonne chose a une fin, et il se pourrait bien que la fin s’amorce avec cette cinquième saison. Si « House of cards » n’a pas encore passé le cap de la saison de trop, et je ne pense pas qu’elle le fasse, puisque la sixième saison, qui ne contient que huit épisodes, est aussi la dernière, on sent que les showrunners commencent à se relâcher et arriver peut-être au bout.

Ce qui est embêtant avec cette saison de « House of cards« , c’est qu’elle a un début prenant, la course à la présidentielle est comme on avait envie de lavoir. Les coups bas et les petits pics politiciens sont géniaux. Le clan Underwood offre du fil à retordre au clan Coway et inversement. Et même si l’on sait déjà que les Underwood vont l’emporter de manière « puante », les showrunners ont su installer un suspens sur la question du comment ils vont l’emporter.

Cette saison, c’est aussi des intrigues qui se mettent en place, et même si elles ne vont pas toujours être passionnantes ou intéressantes (j’y reviendrais), elles vont être nécessaires pour offrir ce final génial qu’on attendait depuis un bon moment déjà. Un final aussi attendu qu’il nous donne l’envie de découvrir la prochaine saison au plus vite.

Mais voilà, entre ce début et cette fin, cette saison, c’est aussi un milieu qui n’arrive pas vraiment à décoller. Il y aura bien des pistes intéressantes, il y aura bien cette montée en puissance de Claire Underwood, mais pour le reste, on ne pourra pas dire non plus que la série soit palpitante. En fait, ce qui peut être agaçant, c’est que les choix que fait cette saison, même s’ils peuvent être bons, n’arrivent pas à passionner. On suit l’intérieur de cette saison partagé entre amour et déception. Amour, parce que suivre les Underwood reste toujours intéressant, ne serait-ce que pour ces acteurs, Kevin Spacey, Robin Wright qui en imposent toujours autant, et déception, car la série tranche et fait dans la facilité et dans le déjà vu, ce qui est dommage, car le fil rouge de ce milieu de saison, qui revient sur le meurtre de la journaliste Zoé Barnes (meurtre au début de la saison 2) est bon. Les actes ont des conséquences et alors que le Président « se croyait sorti d’affaire », il y a ce retour qui pourrait bien lui coûter sa place. L’idée est très bonne, mais le traitement que la série en fait manque de souffle, de drame, de conséquence marquante, et plus dommageable encore, certaines ficelles qui vont naître à cause de ce rebondissement sont difficilement acceptables.

Cette cinquième saison de « House of cards » reste dans l’ensemble une saison intéressante qui arrive, malgré ses faiblesses, ses facilités et son ventre très mou, à s’en sortir, la présence des comédiens et de ces personnages qu’on aime suivre y joue énormément.

Avec un final comme celui que la saison nous offre, on espère que la saison six sera bien plus prenante, ce dont on doute malheureusement, car si cette saison sent l’essoufflement, et peut-être même un manque d’implication, comme si elle arrivait sur sa fin, avec tout ce qui s’est passé en dehors du tournage de la suivante, « House of cards » risque de se conclure de manière très mitigée. Mais bon, ne faisons pas d’hypothèse et gardons espoir.

Note : 14/20

Par Cinéted

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Facebook : Lavisqteam.fr – Contact: lavisqteam@laposte.net