Tout l’Art des Films d’Horreur

Auteurs : Collectif

Editeur : Gründ

Genre : Cinéma

Résumé :

Revivez cent ans de ce genre cinématographique en suivant, décennie par décennie, son évolution au travers de plus de 600 visuels extraordinaires : affiches, cartes postales, photos promotionnelles, publicités, articles et couvertures de livres et de magazines spécialisés. L’inventaire très complet de ces films permet d’embrasser tout à la fois les « classiques » comme ceux qui n’ont pas eu les faveurs de la postérité et il braque les projecteurs sur des réalisateurs, des acteurs et des artistes qui ont fait trembler des générations de cinéphiles ! Ce livre rassemble les connaissances d’experts respectés et des images incroyables et impressionnantes par leur diversité, dont certaines sont ici présentées pour la première fois. L’Art des Films d’horreur est le livre définitif pour tous les fans du genre, mais aussi pour les cinéphiles de (presque) tous les âges.

Avis :

Parmi les différents genres qui peuplent le cinéma, l’horreur a toujours eu une place de choix et pourtant, c’est un genre qui est plutôt mal vu par la populace. Il faut dire que c’est un genre qui se traine une mauvaise réputation à cause de sa violence, mais aussi des mauvais films qui sont souvent moqués. On a tendance à oublier que les plus grands réalisateurs ont quasiment tous commencé dans l’horreur, et que c’est un terreau fertile qui permet de découvrir de nouveaux talents ou de nouveau concepts. Il n’est donc pas étonnant que ce soit ce genre-là qui soit le plus représenté dans la littérature documentaire qui se concentre sur le cinéma, en dehors des sempiternels livres biographiques, voire autobiographiques. Malheureusement, dans tous les livres sur les films d’horreur qui sortent chaque année, on retrouve beaucoup de redite et les mêmes films reviennent souvent sur le tapis. Avec Tout l’Art sur les Films d’Horreur, on obtient un livre différent, qui se concentre énormément sur le travail des affiches de films, mais aussi sur l’évolution de l’horreur au fil des décennies. Un livre intéressant donc, assez différent des autres, mais qui n’est pas parfait pour autant.

Le livre commence par nous présenter les films d’horreur dans les années 20, alors que le cinéma n’en est encore qu’à ses balbutiements et que le muet règne en maître. On va apprendre de nombreuses choses, notamment sur la façon de faire un film d’horreur et sur les moyens employés pour rendre certains effets spéciaux. Globalement, le livre nous apprend pas mal de choses jusqu’aux années 50/60, notamment sur certains films méconnus, mais aussi et surtout sur des artistes de l’ombre qui tentent de rendre les films plus crédibles ou plus effrayants pour un public ciblé. Ce qui est très intelligent dans cet ouvrage, c’est que finalement, il pose un regard sur l’évolution de la société, et comment les réalisateurs et producteurs ont dû proposer diverses astuces pour que le film d’horreur ne succombe pas. On verra alors l’évolution de ce genre, passant du gothique à quelque chose de plus politisé, avant d’aller vers des films plus concrets, plus réalistes. On y décèlera une montée de la violence graphique, mais aussi une recherche toujours plus insistante pour créer la peur chez le spectateur avec des choses sociétales. A titre d’exemple, les années 50 sont sclérosées dans le nucléaire et une peur d’une autre guerre.

Le livre est construit de la même façon à chaque chapitre. Nous avons droit à une double page de lecture sur le cinéma d’horreur et son évolution durant une décennie, puis quelques pages avec des affiches plus ou moins inédites des films dont on nous a parlés, avec parfois quelques fans art, et on a aussi une page sur un acteur emblématique de la décennie concernée (Boris Karloff, Lon Chaney, Johnny Depp, etc…). Dans les pages blanches avec des affiches, nous avons aussi quelques encarts qui ajoutent des informations sur les femmes dans les films d’horreur, sur quelques studios hollywoodiens de l’époque, etc… le résultat est assez plaisant, et la redondance fait que l’on nage en terrain connu. Le problème, c’est que parfois, on aurait aimé un peu plus de surprises et de folie, que ce soit dans les thèmes abordés ou dans les images montrées. Alors on aura bien une section avec des sélections d’affiches de films d’horreur sur des toiles de sac à farine en Afrique, mais pour le reste, a reste très gentil et très conventionnel. Néanmoins, l’objet est beau et le rapport qualité/prix est honnête.

Mais, il faut aussi dire que le livre comprend trois défauts assez importants. Le premier, qui frappe aux yeux très vite, c’est que parfois, il y a des coquilles dans les textes. C’est-à-dire que parfois, on trouve des fautes d’orthographe ou tout simplement des mots qui sont collés les uns aux autres, rendant la phrase illisible. On aura même droit à des mots qui ne sont pas à leur place au sein de la même phrase. Alors l’erreur est humaine et la relecture n’a peut-être pas été aussi efficace que prévue, mais il s’agit d’un beau livre et c’est dommage de voir cela dedans. Ensuite, et c’est un détail, mais il a son importance, tous les titres de films cités sont en anglais, sans aucune traduction possible. Ce petit détail fait que parfois, pour trouver le film, il faut aller sur internet pour le trouver en français et donc mieux comprendre de quoi il en retourne. Enfin, le dernier défaut est plutôt de taille, c’est que plus les années avancent, et moins on apprend de chose. Alors il est vrai que la culture horrifique est plus présente et prégnante de nos jours, mais, par exemple, dans les années 2000, on aura droit qu’à une liste non exhaustive de films d’horreur ayant plus ou moins marqués les esprits. Le problème, c’est que derrière, il n’y a aucune analyse, qu’elle soit sociétale ou culturelle. C’est dommage.

Au final, Tout l’Art des Films d’Horreur est un bel objet. Il s’agit d’un beau livre qui possède un bon rapport qualité/prix et qui permet d’apprendre pas mal de choses dans le domaine des affiches, des graphistes et de son évolution. Il est juste dommage qu’au fur et à mesure des pages, le livre devienne moins intéressant, enfilant des perles, délaissant l’analyse pour une simple énumération de films. Il n’en demeure pas moins un livre que l’on recommande pour tous les fans d’horreur.

Note : 15/20

Par AqME

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Facebook : Lavisqteam.fr – Contact: lavisqteam@laposte.net