Anciients – Voice of the Void

Avis :

Le Stoner est un genre musical assez lourd et qui ne fait pas des apôtres. Il faut dire que le genre est composé de longues plages avec des riffs bien lourds et parfois des paroles assez psychédéliques. Certains groupes en ont fait leur spécialité et on trouve quelques pépites comme Kyuss pour ne citer que cette formation. Anciients est un groupe relativement jeune puisqu’il se forme en 2011 à Vancouver. Le groupe commence alors un mélange de deux genres, le Stoner et le Death. En effet, le style d’Anciients est très spécial, empruntant aussi bien les longues pistes lourdes au Stoner que le mélange chant clair/growl propre au Death. Le résultat est ahurissant et avec son premier album, Heart of Oak, le groupe se fait connaître et ouvre même les concerts de Lamb of God et Sepultura. Un début fulgurant donc et qui va se confirmer par la suite avec ce second album, Voice of the Void, sorti en 2016. Mais pourquoi reparler d’un album qui a déjà deux ans ? Tout simplement parce que le groupe vient de remporter le prix Juno, une récompense canadienne qui revient aux meilleurs groupes dans différentes catégories, et Anciients vient de chiper la statuette avec cet album, dans la catégorie meilleur album métal de l’année. Est-ce mérité ?

Le skeud s’ouvre sur Following the Voice et autant dire que le groupe met la pression d’entrée de jeu. Entre les riffs rapides et denses et la batterie qui commence déjà à scander un rythme lourd de sens, on sent bien que l’on n’est pas là pour rigoler. Ce qui se confirmera quand le morceau va vraiment démarrer, ne laissant aucun répit à celui qui écoute, ressentant un véritable tremblement de terre. Non seulement c’est puissant et ça prend aux tripes, mais en plus de cela, c’est techniquement incroyable. Et pas seulement sur les instruments, mais aussi sur la voix, qui alterne avec une facilité déconcertante les chants clairs avec les growls puissants et énervés. Le résultat est surprenant, mais terriblement addictif. Avec Buried in Sand, le groupe ne fait pas dans la dentelle non plus. Après une légère introduction qui laisse un petit vide, le morceau part au quart de tour et se lâche complètement. Encore une fois, le titre est une belle réussite, offrant des breaks intenses et surtout des passages d’une rare violence tout en gardant une certaine mélodie. Le groupe arrive à nous tenir en haleine durant plus de dix minutes avec un titre pourtant dense et puissant, sans jamais nous faire ressentir de l’ennui. Bref, c’est assez ébouriffant. Même avec les autres titres suivants, comme Worshipper ou Pentacle, qui sont aussi très violents, on ressent une certaine mélancolie et une parfaite maîtrise de leur art. Une première moitié d’album parfaite, qui démontre non seulement une technique ahurissante, mais aussi un sens certain de la composition.

Parce que la groupe ne choisit pas la facilité et livre une prestation sans faille, arrivant à passionner malgré la longueur et la complexité de certaines structures musicales. Worshipper en est un exemple flagrant. Mais la formation veut aussi rappeler qu’elle est capable de quelques douceurs. C’est alors que survient Descending, une sorte d’interlude qui va faire redescendre la pression. Tout à la guitare sèche, sans parole, le groupe permet à l’auditeur de souffler un peu, tout en lui apportant un déluge de sentiments, où la mélancolie se confronte à la beauté. Un beau d’introspection dans cet océan de violence. Une violence qui ne tardera pas à revenir sur le devant de la scène avec Ibex Eye. Après une longue introduction de près de deux minutes, le groupe ouvre grand les vannes et lâche un maelström surpuissant dans nos oreilles. Le morceau est réellement marquant par sa facilité d’exécution et par sa richesse technique. On retrouvera aussi une surenchère de puissance dans My Home, My Gallows, peut-être le morceau le plus accessible de l’album, mais aussi le plus virulent au niveau de la voix. Enfin, le groupe retrouve ses premiers amours avec Serpents, qui commence doucement avant de partir en vrille et d’offrir l’une des meilleurs choses à écouter, puis de terminer avec Incantations, entre violence et douceur, un titre complètement synthétique de ce qui s’est fait auparavant. Bref, c’est complexe, c’est génial et il y a vraiment de la nouveauté à chaque écoute, comme ce clavier lancinant dans Serpents.

Au final, Voice of the Void, le dernier album de Anciients, n’a pas voler son prix et le groupe mérite clairement d’être plus mis en avant. Entre Stoner envoûtant et Death virulent, le groupe offre une parfaite synthèse de ce que le métal a de meilleur. Bien évidemment, on peut penser à d’autres groupes comme Mastodon, mais Anciients n’a rien à leur envier, et on pourrait presque trouver une certaine filiation. Bref, écoutez Anciients, c’est de la bombe.

  1. Following the Voice
  2. Buried in Sand
  3. Worshipper
  4. Pentacle
  5. Descending
  6. Ibex Eye
  7. My Home, My Gallows
  8. Serpents
  9. Incantations

Note : 19/20

Image de prévisualisation YouTube

Par AqME

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Facebook : Lavisqteam.fr – Contact: lavisqteam@laposte.net