Overlord – Zombies Nazis

De : Julius Avery

Avec Jovan Adepo, Wyatt Russell, Pilou Asbaek, Mathilde Ollivier

Année : 2018

Pays : Etats-Unis

Genre : Horreur, Action

Résumé :

À la veille du débarquement, un groupe de parachutistes est largué en France occupée. Alors qu’ils luttent pour accomplir ce qui ressemble à une mission impossible, ils tombent sur un laboratoire secret dans lequel sont menées des expériences surnaturelles, aussi étranges que terrifiantes.

Avis :

Réalisateur australien, Julius Avery n’est pas encore connu du grand public et pour cause, « Overlord » n’est que son deuxième film. Après une sacrée série de courts-métrages durant les années 2000, Julius Avery présente un premier film en 2015. Ce film, c’est « Son of a Gun  » avec notamment Ewan McGregor et Alicia Vikander au casting. Le film ne connut pas vraiment les joies du succès étant relayé à une sortie en E-cinéma et finalement une discrète sortie en DVD.

Trois ans plus tard, Julius Avery revient donc avec un deuxième film qui lui aura le droit à une petite sortie en salle. Produit par un certain J.J. Abrams, et un temps annoncé comme le quatrième opus de la « franchise » « Cloverfield« , « Overlord » sera finalement à un film à part entière et n’aura aucun lien avec la franchise. Pour son deuxième long, Julius Avery nous livre donc une sympathique série B. Si l’on restera déçu de ne pas trouver un film fun (le film se prend bien trop au sérieux), « Overlord » se suit avec plaisir, il fait en grand partie le taf demandé, et même s’il ne marquera pas vraiment les esprits, à la sortie de la salle, on a la sensation d’avoir passé un chouette moment de cinéma.

À la veille du débarquement de Normandie, un groupe de parachutistes est envoyé en mission dans un petit village français. La dite mission est de détruire une église. Après le largage, les soldats rescapés vont découvrir que sous l’église se trouve un laboratoire nazi où les expériences les plus folles et morbides sont faites. Des expériences qui ont pour but de réanimer les morts, afin d’en faire de supers soldats.

« Overlord » est donc un film que j’ai été voir pour sa connerie. Oui, des nazis qui créent des zombies supers soldats, comment résister à l’appel, même si ce genre de film aurait pu partir dans des dérives du n’importe quoi exagéré et poussé à son maximum et dans un sens, c’est ce que j’ai trouvé-là.

Parti donc avec une idée folle, Julius Avery arrive à livrer un film aussi con qu’il est plaisant au final. Le scénario d’ »Overlord » est au ras des pâquerettes et autant le dire d’emblée, il va falloir laisser son cerveau aux portes de la salle, car Julius Avery ne va rien chercher d’autre que de divertir son public avec une intrigue très, très, mais très, tirée par les cheveux. Donc une fois qu’on a dit cela, que reste-t-il d’ »Overlord » ? Eh bien, il reste un divertissement plaisant qui se suit sans mal. L’intrigue dans son délire reste cohérente, les rebondissements sont attendus, mais ça fonctionne, et le film, qui vire au grand-guignolesque, ne manque pas de conneries et de charme.

Mais ce qui fait le charme finalement de cet « Overlord« , ce n’est pas vraiment son intrigue, mais bien plus sa mise en scène généreuse. Le film s’ouvre de manière assez impressionnante et immersive, retraçant un peu le débarquement par la voie des airs. S’ensuit alors un bon petit film de guerre et d’infiltration. Si le film ne vise par les sommets du cinéma, on notera que Julius Avery et J.J. Abrams se sont donnés des ambitions, nous entraînant un temps dans des décors et des reconstitutions réalistes. D’ailleurs, si le final est très plaisant dans son grand n’importe quoi, guerre, horreur, fantastique, tout ça mélangé en un, (même si ça se prend trop au sérieux), la partie la plus intéressante du film sera belle et bien toute l’infiltration dans ce petit village français. Une infiltration qui se fait toutefois en compagnie de personnages caricaturaux au possible. D’ailleurs, on filera une mention à Pilou Asbæk qui, en sadique nazi, s’offre un rôle en roue libre totale pour notre plus grand plaisir.

Toujours dans les moyens de ses ambitions, on prendra aussi plaisir à voir les effets spéciaux parfois bien dégueulasses que le réalisateur nous réserve. Oui, le film est parfois gore, et l’ambiance sombre a tendance à se faire quelque peu oppressante, ce qui n’est pas pour nous déplaire.

« Overlord » est donc une connerie tout à fait plaisante. Avec son histoire improbable de nazis dingues qui essaient de créer de supers soldats, Julius Avery ne livre pas certes un grand film, mais il livre un divertissement sympa qui anime la soirée. Un divertissement qui ne marquera pas plus que ça les esprits, mais qui a le mérite de donner envie de le revoir et ça, c’est plutôt cool. « Overlord » n’est donc pas l’essentiel à voir au cinéma en cette fin Novembre, mais si l’envie vous dit, il mérite toutefois le déplacement.

Note : 13/20

Image de prévisualisation YouTube

Par Cinéted

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Facebook : Lavisqteam.fr – Contact: lavisqteam@laposte.net