Mauvaises Herbes – Kheiron au Top

De : Kheiron

Avec Kheiron, Catherine Deneuve, André Dussollier, Leila Boumedjane

Année : 2018

Pays : France

Genre : drame, Comédie

Résumé :

Waël, un ancien enfant des rues, vit en banlieue parisienne de petites arnaques qu’il commet avec Monique, une femme à la retraite qui tient visiblement beaucoup à lui.
Sa vie prend un tournant le jour où un ami de cette dernière, Victor, lui offre, sur insistance de Monique, un petit job bénévole dans son centre d’enfants exclus du système scolaire.
Waël se retrouve peu à peu responsable d’un groupe de six adolescents expulsés pour absentéisme, insolence ou encore port d’arme.
De cette rencontre explosive entre « mauvaises herbes » va naître un véritable miracle.

Avis :

Révélé par la série de son pote Kyan Khojandi, Kheiron, humoriste qu’on adore, s’est vu proposer de réaliser un long-métrage voilà trois ans maintenant. Alors qu’on le savait drôle et subversif, à la place d’aller là où on l’aurait attendu, Kheiron avait pris tout le monde à contre-pied et avait réalisé « Nous trois ou rien« , un film sublime où l’humoriste, devenu réalisateur, rendait un vibrant hommage à ses parents. Fait avec énormément de sincérité, « Nous trois ou rien » fut l’un des plus beaux coups d’amour de cette année 2015 et vous savez quoi, pour son deuxième long-métrage Kheiron récidive !

Imaginez donc un film qui réunit Catherine Deneuve, André Dussollier et Kheiron pour une histoire (certes un peu déjà vue) en banlieue parisienne. L’idée comme ça est plutôt surprenante et le résultat va l’être d’autant plus, puisque « Mauvaises Herbes » va être l’un des plus beaux films, mais aussi des plus drôles, de cette année 2018. Passant avec une aisance folle du rire au drame, Kheiron nous livre un feed good movie qui fait du bien.

Waël vit dans la banlieue parisienne avec Monique, une femme d’un certain âge. Pour « survivre », Waël, aidé de Monique, donne dans la petite arnaque. Un jour, Monique croise Victor, un ami de longue date, qu’elle n’avait pas revu depuis des années. Ce dernier, via une association qu’il a monté, propose de s’occuper d’adolescents en difficulté scolaire pendant les vacances d’été. Le souci, c’est que le stage commence demain et que Victor n’a plus d’éducateur. Monique propose alors à Victor d’engager Waël…

« Nous trois ou rien » était une belle claque totalement inattendue. Mais « Nous trois ou rien« , c’était aussi peut être un coup de pot, puisque finalement Kheiron racontait ses parents et peut-être que sur d’autres voies, le jeune réalisateur ne serait pas aussi à l’aise.

De retour pour un deuxième film, Kheiron est bien décidé à prouver que non, ce n’est pas un coup de pot et que le bonhomme a bien du talent à revendre. « Mauvaises Herbes« , et ses allures d’ »Esprits Rebelles« , en est une très belle preuve. Comédie aux répliques toutes plus tordantes les unes que les autres, « Mauvaises Herbes » est aussi et surtout une comédie dramatique qui sait se faire bouleversante et nous faire passer en très peu de temps du rire à l’émotion, voire même jusqu’aux larmes.

La première chose qui frappe avec « Mauvaises Herbes« , c’est la qualité de son écriture. Alors oui, c’est vrai, des histoires d’éducateurs ou de profs qui prennent en main des élèves pour les faire changer, on a déjà vu ça plus d’une fois, et pourtant, malgré le cliché dont on connaît toutes les règles, Kheiron réussit à offrir le petit truc en plus. L’élément surprenant qui fait que son film fait bien plus que fonctionner, c’est parce que l’intrigue est très riche et sait se faire intéressante. Elle raconte quelque chose. Ça fonctionne parce que l’humour est génial et que Kheiron, qui est scénariste de son film, nous a imaginé des moments très drôles. Ça fonctionne aussi parce que Kheiron nous raconte un parcours. Un parcours qui commencera par un massacre (celui de Sabra et Chatila au Liban, (l’ouverture est INCROYABLE !)), pour aller vers une quête de bonheur, d’amour et d’humour en banlieue parisienne.

Bref, un cocktail que Kheiron maîtrise magnifiquement, qui vous fera rire autant qu’il sera capable de vous serrer la gorge.

« Mauvaises Herbes« , c’est aussi un casting en or. Kheiron tient encore une fois le premier rôle de son film et le réalisateur a autant de talent à revendre devant que derrière la caméra. Drôle, attachant, vachard parfois, on adore Waël et l’on ne peut voir personne d’autre l’incarner. Pour ce film, Kheiron a fait appel à des pointures et ce casting est plus que surprenant et c’est tout simplement génial. Catherine Deneuve est parfaite et démontre encore une fois qu’elle sait être très drôle, quant à André Dussollier, il est tellement attendrissant. À noter une alchimie incroyable (elle aussi) entre Deneuve et Kheiron. Il se passe vraiment quelque chose entre ces deux-là.

Après six cents ados venus, Kheiron a trouvé ses six ados rebelles et autant dire que ce sont six belles découvertes. Si petites perles, toutes plus attachantes et intéressantes (dans leurs histoires, leurs relations) les unes que les autres. Six petits acteurs qu’on devrait revoir, peut-être même l’année prochaine dans les rangs des meilleurs espoirs pour les Césars.

Entre vannes et larmes, entre présent et flashback, entre bonne humeur et sérieux, Kheiron livre un second film tout aussi bon que « Nous trois ou rien« . « Mauvaises Herbes » fait du bien, et l’on a déjà très envie de voir ce que Kheiron nous prépare pour son troisième film (et là, c’est un petit scoop, puisque lors de l’avant-première, le réalisateur a annoncé que son prochain film sortirait en 2020 et qu’il n’y aurait pas d’acteur français dedans).

Note : 17/20

Image de prévisualisation YouTube

Par Cinéted

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Facebook : Lavisqteam.fr – Contact: lavisqteam@laposte.net