octobre 29, 2020

Sons of Anarchy Saison 5

_1372915550

Sur une idée de : Kurt Sutter

Avec Charlie Hunnam, Ron Perlman, Katey Sagal, Mark Boone Junior, Kim Coates, Tommy Flanagan, Theo Rossi

Pays: Etats-Unis

Genre: Drame

Nombre d’Episodes: 13

Résumé:

Afin de protéger leur ville des dealers et des entrepreneurs locaux, les membres d’un club de motos sont prêts à tout. Dans ce contexte critique, Jax Teller est partagé entre l’amour qu’il porte à sa confrérie et l’appréhension grandissante qu’il nourrit en voyant l’anarchie et le banditisme qui règne dans son club…

Avis:

Il y a des séries, et il y a des séries. Derrière cette phrase absolument conne, il y a une vérité que l’on ne peut cacher. Comme tout support culturel, il y a du bon et du moins bon. Et bien souvent, le bon peut devenir beaucoup moins bon quand il tire en longueur pour se faire du fric. On peut citer des séries comme Desperate Housewives ou encore Dr House, ou bien Dexter, qui à force de tirer sur la corde, finissent par ne plus avoir de sens et de rythme. La faute à un audimat qui dirige les commandes de saison et qui fusille sur place certaines séries en leur donnant beaucoup au départ, pour décliner par la suite. Ce qui est bien par contre, ce sont les créateurs de séries qui s’appuient sur quelque chose de solide et qui livrent des séries terminées en un nombre de saison précis. C’est ce que fait Kurt Sutter avec les Sons of Anarchy et ce qu’il a fait avec The Shield. Mais restons avec nos motards préférés. Alors que la série sera terminée à la septième saison, et que la sixième commence en septembre, il était plus que temps de revenir sur la saison 5 de cette excellente série. Mais pourquoi est-ce si bien ?

critiques-series-sons-of-anarchy-saison-5-epi-L-KAVxyH

L’histoire globale des Sons of Anarchy se focalise sur un club de motards qui font du trafic d’armes. Mais ce trafic a pour but de protéger la ville des autres trafics comme la drogue. Seulement, entre les fédéraux, les autres gangs ou encore les problèmes internes, le club a beaucoup à faire et les embrouilles sont nombreuses. Après des problèmes avec les irlandais, puis avec les fédéraux, le groupe se mêle à de transport de drogue pour gagner plus d’argent, plus vite. La saison 5 se focalise surtout sur le personnage de Jax, le héros qui est vice-président au début et qui devient président à la fin de la quatrième saison, et qui veut partir du club pour sauver sa famille de toute cette violence. Bien entendu, les autres personnages ne seront pas délaissés, bien au contraire, mais on va surtout voir la pression qui pèse sur les épaules de Jax et sa montée de violence qui est inévitable.

La force de cette série se concentre essentiellement sur un scénario rigoureux et qui tient toutes ses promesses. La cohérence est le premier souci de Kurt Sutter, et on peut voir l’évolution logique de chaque personnage, avec les affinités de chacun et leurs traits de caractère. Ainsi, la confrontation entre Jax et Clay, l’ancien président est forcément inévitable. Les conflits entre les autres gangs, et notamment les blacks, est sans appel et fait ressurgir une envie de vengeance. Cette saison montre aussi que pour s’en sortir avec le moins de dégâts possibles, le héros est obligé de manipuler ses frères, de leur mentir ou de leur cacher des choses pour faire sortir le club de la merde. Bref, il s’agit là d’une saison puissante en termes de violence et de cohérence scénaristique.

critiques-series-sons-of-anarchy-saison-5-epi-L-MK383J

La puissance de la série, et cela depuis le départ, est l’investissement des acteurs dans leurs rôles. Charlie Hunnam interprète Jax, le héros, et il est vraiment dans son rôle. Entre une démarche et un look badass, un visage se rapprochant de Kurt Cobain, et surtout un visage qui montre sa détresse et sa rage faire surface, il impose son statut de héros, sans être au grand cœur, car il est sans pitié. Le grand Ron Perlman est à ses côté pour jouer le méchant de service, celui qui veut reprendre sa place de président, quitte à faire couler le club. Il est épatant dans ce rôle, malgré sa peur phobique des motos. Mais le top, ce sont les autres acteurs jouant les autres personnages. Mark Boone Junior est exceptionnel dans le rôle de Bobby, sorte de résistance dans le groupe, c’est celui qui calme et qui en a marre de toute cette violence. Kim Coates est plus que surprenant en tant que sosie de Richard Bohringer, mais avec un jeu d’acteur phénoménal. Il arrive à avoir un détachement, tout en faisant passer un nombre incalculable d’émotions, notamment lorsque l’on brûle vive sa fille. Enfin, Tommy Flanagan est vraiment très bon dans le rôle de Chips, le bon soldat mais qui commence à se poser des questions sur les actes de son chef. Theo Rossi joue aussi avec performance son rôle de maillon faible du groupe, voulant redorer son blason et voyant la violence grandissante de Jax. Bref, tout ce casting est vraiment très bon et c’est un vrai plaisir de voir cette série pour ces acteurs.

sons-of-anarchy-s5-e13-p3

Au final, la saison 5 de la série Sons of Anarchy est vraiment excellente. On y voit un déroulement logique des évènements et une montée de la violence qui semble inévitable. Les acteurs sont parfaits et la fin de saison annonce une saison 6 qui s’annonce encore plus extrême et tendue. Un petit regret tout de même pour cette saison, avec une mort ultra surprenante et qui reste très dommageable, mais qui en même temps amène à cette explosion de violence et à ce sentiment d’urgence. Bref, une série qui continue à surprendre et qui reste sublime.

Note : 17/20

Image de prévisualisation YouTube

Par AqME

AqME

Amateur d'horreur, Métalleux dans l'âme, je succombe facilement à des images de chatons.

Voir tous les articles de AqME →

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.