A Day to Remember – Bad Vibrations

Avis :

S’il y a bien un genre qui demeure assez difficile d’accès de nos jours, c’est le Hardcore dans le métal. Ici, on ne parle pas forcément de Métalcore, qui est un mélange de Hardcore (qui braille tout le temps) et de parties chantées issues du Métal, mais bel et bien de groupes comme Hatebreed ou Emmure, qui envoient la sauce du début à la fin avec des compositions lourdes et puissantes parsemées de paroles politiquement ciblées. C’est un genre un poil trop violent pour la scène populaire et du coup, certains groupes ont trouvé un compromis assez intéressant, celui de mélanger ce Hardcore avec des mélodies Pop Punk. Parmi les piliers de ce genre, on peut noter A Day to Remember, un groupe américain (Floride) qui est né en 2003. Alternant quasiment constamment les mélodies punk gentillettes avec des titres Hardcore puissants lorgnant du côté du Djent ou du Mosh Part, A Day to Remember s’est forgé une belle réputation grâce à la scène, tournant plus de deux cents fois avant de sortir leur premier album. Avec Bad Vibrations, le groupe en est à son sixième effort et il va encore plus cliver les fans de métal. Pourquoi ? La raison est toute simple, cet album de 13 titres contient aussi bien des mélodies pop punk toutes mignonnes que des morceaux braillards et lourds. Du coup, difficile de contenter deux clans qui ne s’apprécient pas forcément.

Le skeud débute pourtant avec un titre très puissant, très nerveux et surtout très lourd. Bad Vibrations annonce une couleur noire profonde avec un chant crié dès le départ, une ligne de basse très grave et un rythme diabolique qui donne de suite envie de bouger dans tous les sens. L’énergie est palpable, l’électricité envahit vite l’air ambiant et le titre est une belle réussite… pour qui aime le Hardcore. En effet, ceux qui s’attendent à une alternance chant clair et chant crié risquent d’être déçus, le groupe ne faisant aucun compromis. Cette puissance, on la retrouve dans d’autres morceaux de l’album, comme le très pesant Exposed, avec ses riffs proches du Djent avant de partir dans une rythmique proche d’un Death virulent. C’est lourd, mais à quelque part, c’est très jouissif et cette énergie est vraiment communicative. On notera néanmoins un refrain plus mainstream, avec un peu de chant clair plus abordable. On peut aussi noter Reassemble, malgré un début un poil mou et surtout un côté fédérateur qui ne marche pas forcément avec ce genre de musique. Mais on ne peut nier la puissance du titre qui cette fois-ci alterne de façon un peu plus intelligente les chants clairs et les chants plus criés. Enfin, on peut aussi citer Justified et son refrain très classique mais qui rentre immédiatement en tête. Il est symptomatique d’un groupe qui se cherche encore parfois, mélangeant les deux genres, se plaçant alors comme un titre un peu plus Métalcore que le reste de l’album.

Mais le plus étrange avec A Day to Remember, et notamment avec cet album, c’est cette dichotomie qui règne en maître, puisque certains titres seront carrément punks, voire même pop. Alors on ne va pas renier la belle voix du chanteur qui maîtrise parfaitement son organe, mais cela jure carrément avec les autres plages. Prenons un exemple concret, We Got This. Il s’agit d’un titre qu’aurait pu chanter Sum 41 ou Blink-182, des groupes punks mais hyper mercantiles. Et c’est le cas de ce titre, qui a tous les ingrédients pour passer à la radio, même en France, et qui peut faire un carton chez les adolescents. C’est très étonnant de trouver un morceau comme celui-ci, au milieu de chants criés et de riffs assassins. Mais le truc, c’est que ce n’est pas le seul titre comme cela, on peut aussi noter In Florida qui clôture l’album, Same About You ou encore Turn Off the Radio, même si parfois, on a des fulgurances un peu plus pêchues. Mais le résultat est le même, on reste surpris par certains choix de la part du groupe, et même si ça reste bien fichu et très agréable à l’oreille, ça dénote pas mal. Heureusement, parfois la synthèse fonctionne parfaitement, comme le montre Paranoïa, le premier titre choisi pour vendre l’album et qui est un Métalcore plaisant, rapide, parfois virulent mais avec un refrain qui rentre immédiatement en tête.

Au final, Bad Vibrations, le dernier album en date de A Day to Remember, est un skeud hybride assez étonnant et qui n’est pas du tout raté, mais qui ne trouve pas forcément le bon équilibre entre Core et Pop Punk. Si globalement ça reste emballant et surtout techniquement parfait, on peut ressentir quelques moments de flottement et des titres beaucoup moins percutants que les autres. Alors on peut saluer la prise de risque et le culot du groupe que proposer cela, mais du coup, ça devient moins marquant et c’est dommage.

  1. Bad Vibrations
  2. Paranoïa
  3. Naivety
  4. Exposed
  5. Bullfight
  6. Reassemble
  7. Justified
  8. We Got This
  9. Same About You
  10. Turn Off the Radio
  11. Forgive and Forget
  12. Negative Space
  13. In Florida

Note : 14/20

Image de prévisualisation YouTube

Par AqME

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Facebook : Lavisqteam.fr – Contact: lavisqteam@laposte.net