2047 – The Final War

Titre Original : 2047 Sights of Death

De : Alessandro Capone

Avec Stephen Baldwin, Rutger Hauer, Michael Madsen, Daryl Hannah

Année: 2014

Pays: Italie

Genre: Science-Fiction

Résumé :

En 2047, le monde entier est sous la domination répressive du Gouvernement Central Confédéré. Ryan Willburn, un agent au service des forces rebelles, est envoyé, au péril de sa vie, en mission secrète afin de rassembler des preuves des crimes commis par le gouvernement.

Avis :

On le sait tous, Hollywood est autant une machine à rêves qu’une machine qui peut broyer n’importe qui. Beaucoup de stars s’y sont pétées les dents, n’ayant eu qu’un rôle majeur avant de connaître la débandade, et d’autres n’ont jamais su remonter une pente descendante vertigineuse. C’est le cas de beaucoup de comédiens qui ont eu leur heure de gloire durant les années 80/90 comme Danny Trejo, Tom Sizemore, Danny Glover, Rutger Hauer, Michael Madsen et consorts, mais qui ont dû, pour subvenir à leurs besoins, enchainer des rôles dans des films de séries B, les enterrant avant l’heure. Et des films avec des castings de gueules déchues, il y en a pas mal, qui sortent uniquement en VOD par manque de budget et d’ambition. Parmi les productions plus ou moins récentes, 2047 – The Final War fait peine à voir, malgré une réunion d’acteurs impressionnante, dont on se serait tous inclinés devant durant les années 80. Malheureusement, là, on est plus sur de la moquerie.

Le pitch de ce film Z italien est incompréhensible. Nous sommes en 2047, l’apocalypse a eu lieu, l’être humain galère sa race dans un monde délabré, et une confédération fait régner la terreur. Un homme intègre faisant partie de la résistance va découvrir un charnier dans un immeuble délabré et découvrir que cela est dû au chef de l’armée des confédérés. Il va alors tout mettre en œuvre pour balancer l’info sur les réseaux d’information. Mais le chef des armées compte bien se débarrasser de lui avant, en envoyant ses gars, mais aussi des mercenaires ultra violents. Très clairement, la première chose qui frappe avec ce film, c’est son côté complètement fauché et ultra cheap. Les décors, les costumes, la façon de filmer, les mise en scène, tout respire le carton-pâte et le toc. C’est bien simple, dès le départ on voit un Danny Glover vieillissant dans un bureau dégueulasse déblatérer des conneries scientologues à tout va, puis on tombe sur un Stephen Baldwin fatigué qui tente de se rapprocher d’une zone dangereuse. Malheureusement, les décors sonnent faux et on se rend vite compte que tout cela pue le studio à plein nez. C’est dommage, des décors naturels coûtent souvent moins cher. Mais cela n’est qu’une broutille de ce qui nous attend par la suite.

Le film se veut être un métrage d’action futuriste et donc le soldat a tout un attirail sur lui. Mais là aussi, ça ne sert strictement à rien, tous les personnages préférant utiliser des armes à feu classique. Les fusillades sont d’une mollesse exécrable, les quelques phases de combat sont totalement ridicules et c’est surtout la mise en scène qui est en cause. Alessandro Capone ne connait pas les bases élémentaires du cinéma. Outre le montage absolument imbuvable rendant certains passages incompréhensibles par rapport à ce qui précède, la réalisation est complètement aux fraises. Il n’y a rien de marquant, rien d’intéressant, on a des répétitions de séquences avec des mecs qui marchent, on a parfois du champ/contre-champ qui ne correspond pas, et surtout, il n’y a aucune envie de faire quelque chose de beau à regarder. Tout est gris, noir, mal éclairé et les moments statiques dans des salles de réflexion sont une torture pour notre patience. Bref, on s’emmerde sec devant un scénario indigent, qui ne présente même pas l’univers dans lequel évolue une portion d’histoire complètement anodine. Un calvaire de bout en bout.

Mais le pire dans tout ça, c’est ce casting qui cabotine à mort et qui n’a de cesse de montrer qu’il n’en a rien à foutre de ce projet. Rutger Hauer, qui tente de ressembler à Catherine Lara, campe un méchant ridicule, pénible, caricatural et idiot au possible. L’acteur ne semble même pas prendre de plaisir là-dedans et déborde d’un cynisme qui flirte avec le doigt d’honneur à la gueule des spectateurs. Il en va de même pour Danny Glover, ricanant comme un bossu dans son bureau dégueulasse, une séquence qu’il a sûrement faite aux Etats-Unis à travers sa webcam. Le reste du casting n’est pas en reste avec un Michael Madsen qui se métamorphose en Anne Roumanoff et qui s’emmerde sévère, même lorsqu’il doit simuler avec une femme qui lui taille une pipe, ou encore une Daryl Hannah qui se demande ce qu’elle fout là, n’étant qu’un objet de convoitise pour les pervers qui n’ont que ça à se mettre sous la dent. Non seulement les personnages sont lamentables, mais les acteurs s’en foutent royalement.

Rajoutons à cela des effets spéciaux complètement pétés, avec en introduction un monde en proie aux météorites sur un décor… fixe. C’est-à-dire que le budget a dû partir dans les poches du casting et qu’il n’y avait plus rien pour rentrer quelques CGI, même pixélisés à mort. Ce film représente clairement tout ce qui ne va pas dans le bis européen. Ce n’est ni fun, ni intéressant, ni possédant un fond intelligent. Le réalisateur ne fait qu’enfiler des scènes qu’il espère marquantes, tout en prenant le spectateur pour un débile profond, lui renvoyant une médiocrité crasse et un cynisme permanent. On ne sait clairement pas ce que raconte le film, ni où il se passe, ni pourquoi ça se passe. Il y a un problème de narration, de montage et d’acting, ce qui fait que l’on passe un très mauvais moment devant cette daube qui ne méritait même pas de sortie.

Au final, 2047 – The Final War est une purge sans nom, une insulte au cinéma et même à tout ce qui est composé d’une image. Ce bis italien est tout simplement un film irregardable, qui se contente d’aligner des anciennes stars déchues dans l’espoir d’attirer le chaland sans pour autant lui donner quelque chose à bouffer. Nous sommes face à une escroquerie sans nom, une arnaque pure et simple, un acte non filmique qui ne peut être apprécié par personne, pas même par les aficionados de certaines célébrités qui sont présentes dans le film. Une catastrophe qui sera certainement le tombeau de tout ce casting tombé décidément bien bas.

Note : 01/20

Image de prévisualisation YouTube

Par AqME

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Facebook : Lavisqteam.fr – Contact: lavisqteam@laposte.net