octobre 26, 2020

Parker

Parker

De : Taylor Hackford

Avec Jason Statham, Jennifer Lopez, Michael Chiklis, Clifton Collins Jr., Nick Nolte

Année : 2013

Pays : Etats-Unis

Genre : Action

Résumé :

Parker est le plus audacieux et le plus redoutable des cambrioleurs. Spécialiste des casses réputés impossibles, il exige de ses partenaires une loyauté absolue et le respect scrupuleux du plan. Alors qu’une opération vient de mal tourner à cause d’une négligence, Parker décide qu’il ne travaillera plus jamais pour Melander et son gang. Mais le caïd n’accepte pas l’affront et ses hommes laissent Parker pour mort.
Bien décidé à se venger, Parker remonte la piste du gang jusqu’à Palm Beach. Se faisant passer pour un riche Texan à la recherche d’une luxueuse propriété, il rencontre la séduisante Leslie, un agent immobilier qui connaît les moindres recoins de l’île. Avec l’aide de la jeune femme, Parker découvre que le gang projette de rafler 50 millions de dollars de bijoux. Il monte alors un plan pour s’en emparer. C’est le début d’une opération dont Parker n’avait prévu ni l’ampleur, ni les conséquences…

Avis :

Difficile de sortir d’un registre quand on devient un action héros comme Jason Statham. Il faut dire que depuis Le Transporteur, le pauvre hère en met plein la gueule à des tonnes de méchants et s’en prend plein la trogne pour pas un rond. Mais il faut dire aussi qu’il a pris la relève du cinéma d’action, alors en déclin sans ses grands acteurs vieillissants comme Stallone ou Schwarzie. Et depuis les années 2000, ce bon vieux Statham met des tatanes à tout ce qui traine comme gangsters, malfrats et autres salopiots. Il est évident que tous les fans de cinéma d’action attendent ses prochains films avec une certaine délectation, surtout que certains sont très réussis comme Hyper Tension ou encore Expendables. De son côté, Taylor Hackford n’est pas un réalisateur très prolifique, mais il a signé quelques bons films comme Ray, le biopic sur Ray Charles. Alors évidemment, Parker était attendu au tournant. Qu’en ressort-il ? Le film est-il bien ? Rendons-nous à Palm Beach pour en savoir un peu plus.

20438474.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx

Pervers ! (mais on te comprend !)

Le scénario de ce film est d’une simplicité affolante. Le film commence par un casse qui se termine mal. On comprend rapidement que Parker est un cambrioleur au grand cœur et qui se tient rigoureusement à son plan pour prendre de l’argent ou des bijoux. Alors que le plan se déroule avec un accroc à la fin, il décide de quitter le groupe qui veut tenter n dernier gros coup. Parker refuse et est laissé pour mort sur le bord de la route. Survivant à ses blessures, il décide de retrouver les gangsters pour se venger et prendre l’argent de leur prochain coup. Bref, quand on lit dans les grandes lignes, on voit bien que l’on est face à n film d’action simple mais qui peut être efficace. Ou pas. Et malheureusement, Parker ne fait pas partie des films réussis. La faute à un scénario indigent et dont le réalisateur n’arrive à se défaire pour prendre des risques et fournir quelque chose de nerveux. Si le début fait plutôt illusion avec une réelle maîtrise du premier casse, la suite va être d’’une longueur aberrante et imbuvable. Le héros va de chance en chance, trouvant à chaque fois une voiture ouverte, une chambre ouverte ou un dernier ressort qui va le sauver. C’est assez peu crédible et au bout d’un moment, cela devient assez lassant. Il est d’ailleurs assez ahurissant de voir qu’un film avec un si maigre scénario puisse s’étendre sur deux heures de film. Du coup, on attend vainement qu’il se passe quelque chose. Alors certes, il y a bien deux scènes d’action pas trop mal troussées, comme celle dans la chambre d’hôtel, assez violente, mais qui montre un héros increvable malgré tous les coups qu’il a pris dans la gueule. Encore une fois, c’est peu crédible pour une histoire très terre à terre.

Au niveau des acteurs, on retrouve un Jason Statham égal à lui-même. Il assure toujours autant en héros qui frite du méchant. Dans ce film, il reste assez monolithique, ne souriant jamais et reprenant les trois quart de ses rôles comme dans Blitz, Hyper Tension ou Le Transporteur. Néanmoins, il reste bon dans ce domaine, donc il est difficile de lui imputer quoi que ce soit. A ses côtés, il y a Jennifer Lopez dont c’est le grand retour sur les grands crans après nous avoir péter les tympans avec ses musiques de merde. Et il faut croire que chanter de la merde te fais jouer comme une merde. Elle est proprement insupportable, ne servant à rien et énervant plus qu’autre chose, surjouant même par moments de façon grossière. Et côté gangsters, c’est la douche froide aussi. Alors si voir Michael Chiklis dans un rôle de méchant est plutôt intéressant, il demeure assez transparent, tout comme les autres cambrioleurs/tueurs. C’est bien dommage, tout cela manque de charisme et de bad guys. On peut aussi parler rapidement de Nick Nolte, qui tient un rôle secondaire sans grande importance et où l’on peut voir qu’il a mal vieilli.

Michael-Chiklis-in-Parker-2013-Movie-IMage-560x302

J’suis fatigué de ce rôle de merde !

Au final, Parker s’avère être une déception à quasiment tous les niveaux. On est face à un film qui se revendique d’action, mais qui ne contient que deux scènes nerveuses. Le reste du temps, on attend qu’il se passe quelque chose et on voit un Jason Statham élaborer laborieusement un plan. Bref, c’est mou et ce n’est pas original. Dommage, il y avait matière à faire quelque chose de sympathique à défaut de vraiment nouveau.

Note : 09/20

Image de prévisualisation YouTube

Par AqME

MickeyNote de Mickey: 11/20

ServalNote de Serval: 06/20

AqME

Amateur d'horreur, Métalleux dans l'âme, je succombe facilement à des images de chatons.

Voir tous les articles de AqME →

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.