octobre 28, 2020

Ana Popovic – Can You Stand The Heat

can_you_stand_the_heat-22873700-frntl

Avis :

En général, quand tu es belle et que t’as rien dans le ciboulot, tu fais mannequin ou du porno, suivant tes motivations. Mais si jamais tu es intelligente, tu as peut-être de la chance dans le cinéma ou dans le patronat en menant ton monde. Ana Popovic n’a que faire de tous ces clichés, car elle est belle, intelligente et surtout très douée dans le maniement du manche… de guitare ! Née à Belgrade en Serbie, elle est très tôt initiée au blues grâce à son père qui possède une impressionnante collection de disque et qui organise des concerts dans sa baraque. A 19 ans, elle monte son premier groupe et fait des premières parties de quelques pointes du blues. Elle décide alors de partir de son pays et s’installe aux Pays-Bas où elle va suivre une école de guitare jazz. Elle va aussi jouer en Allemagne. Son succès est très rapide et beaucoup de monde et de critiques la considèrent aujourd’hui comme la Jimi Hendrix au féminin. Alliant le blues qui est sa base avec le jazz, la soul ou le funk, Ana Popovic propose tout le temps des nouveautés et aime surprendre son public. Can You Stand the Heat est son huitième album studio. Mais que vaut-il ? Allons à la rencontre d’une belle plante du blues.

Dès le premier morceau, on sent bien la distance que prend Ana Popovic par rapport au blues qui aura fait ses beaux jours. Can You Stand the Heat qui ouvre le bal va chercher ses sources vers le funk et la soul, en présence de trompettes et d’une guitare plus en retrait. Malheureusement, on a déjà entendu cela plein de fois, et même si ça reste entrainant et joyeux, on reste sur notre faim. Et ce sera le cas pour la quasi-totalité de l’album. En effet, les morceaux faisant appel au blues pur et dur seront peu nombreux alors que des morceaux plus soul funky seront sur le devant de la scène. Ainsi, des morceaux comme Mo’ Better Love qui fait appel à un côté lounge avec un piano omniprésent fera partie des morceaux les plus lénifiants, tout comme Every Kind of People, qui, malgré une guitare sympathique s’enfonce dans les méandres de la pop guimauve. On peut aussi citer Growing Up too Soon qui est d’un ennui incroyable malgré un chant agréable (que l’on verra par la suite). Mais tout n’est pas sombre au tableau, car la belle sait aussi satisfaire les accros au blues pur. On citera en premier lieu le sublime duo avec Lucky Peterson, Hot Southern Night qui renoue avec le bon vieux blues rock noir américain et le morceau est une vraie tuerie avec une guitare majestueuse. On peut aussi parler de Can’t You See What You’re Doing to me, le deuxième morceau du skeud et qui est un excellent morceau de blues rock, avec un solo de guitare impressionnant, des trompettes énergiques et un clavier qui suit le tempo pour faire un cocktail qui donne envie de danser et de bouger. Par ailleurs, le meilleur morceau de l’album réside dans la pièce la plus longue, qui dure plus de sept minutes et qui se nomme Blues for Mrs. Pauline (Leave my  Boy Alone), qui est un morceau typique de blues rock et qui reprend tous les ingrédients classiques, mais qui fonctionne car c’est ce que l’on attend d’un tel album.

Ana+Popovic+AnaPopovic_106

Au niveau du chant, la belle possède une très belle voix qui alterne entre le blues, la pop et la soul. Elle peut d’ailleurs facilement moduler sa voix comme elle le prouve dans Growing Up Too Soon, où elle arrive à prendre une voix douce avec de jolis trémolos. La présence de chœurs d’enfants renforce ce côté pop malgré la faiblesse de la chanson. Néanmoins, elle arrive aussi à prendre un ton bien plus grave, notamment sur les morceaux totalement blues comme Blues for Mrs. Pauline (Leave my Boy Alone), livrant une prestation graveleuse assez sympa sur certains moments. Enfin, et même si je ne suis pas fan de cette voix-là, elle peut aussi prendre un aspect assez funk/soul, chaude et festive comme dans Boys’ Night Out. La présence de chœurs féminins renforce aussi cette sensation de festivités et de chaleur.

Au final, Can You Stand the Heat, le huitième album studio d’Ana Popovic est à double tranchant. Si l’on recherche un son plutôt funk/soul joyeux, alors l’album risque fort de plaire. Mais si on recherche un album de blues rock, le peu de morceaux vraiment blues risque de décevoir. Bref, un skeud agréable, mais pas le meilleur de la plus charmante de toutes les guitaristes du monde. Moins génial que Zakk Wylde, mais infiniment plus sexy !

  1. Can You Stand The Heat
  2. Can’t You See What You’re Doing to Me
  3. Mo Better Love
  4. Object of Obsession
  5. Boys’ Night Out
  6. Hot Southern Night feat Lucky Peterson
  7. Every Kind of People
  8. Ana’s Shuffle
  9. Blues for Mrs. Pauline (Leave my Boy Alone)
  10. Leave Well Enough Alone Aka High Maintenance You
  11. Tribe
  12. Rain Fall Down
  13. Growing Up Too Soon
  14. Mo Better Love feat Tommy Sims

Note: 13/20

Image de prévisualisation YouTube

Par AqME

AqME

Amateur d'horreur, Métalleux dans l'âme, je succombe facilement à des images de chatons.

Voir tous les articles de AqME →

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.