Galveston – Mélanie en Amérique

De : Mélanie Laurent

Avec Elle Fanning, Ben Foster, Lili Reinhart, Beau Bridges

Année : 2018

Pays : Etats-Unis

Genre : Policier

Résumé :

En 1988, les temps sont durs pour Roy, petit gangster de la Nouvelle-Orléans. La maladie le ronge. Son boss lui tend un guet-apens auquel il échappe de justesse. Une seule issue : la fuite, en compagnie de Rocky, une jeune prostituée. Deux êtres que la vie n’a pas épargnés. En cavale vers la ville de Galveston, ils n’ont plus rien à perdre…

Avis :

Il y a sept ans de cela, Mélanie Laurent l’actrice est devenu réalisatrice. Si elle avait déjà réalisé des courts-métrages, dont le très joli « A ses pieds » qui faisait partie de la première saison de la très chaude série « X Femmes« , c’est vraiment en 2011 que Mélanie Laurent réalisatrice s’est faite connaître, et même reconnaître. Bon, il faut dire que « Les adoptés » est un très beau film qui ne manquait pas d’émotion. Depuis, Mélanie Laurent n’a fait que confirmer son talent avec des films tels que « Respire« , « Plonger » ou encore son superbe documentaire « Demain« , coréalisé avec Cyril Dion.

Présenté au Festival de Deauville pour une sortie en Octobre, moins d’un an après son dernier essai en tant que réalisatrice, Mélanie Laurent nous revient et comme à son habitude, l’actrice a encore pris des risques, puisqu’en plus de se lancer dans un premier film américain, elle se lance dans un style qu’elle n’avait pas encore abordé, le thriller.

Prenant des risques, Mélanie Laurent étonne par une réalisation maîtrisée, et offre un film noir et d’une grande tendresse. Bref, une belle petite réussite qui, si elle n’atteint pas les émotions d’un « Les adoptés« , demeure néanmoins un excellent moment de cinéma, comme on adorerait en voir bien plus souvent.

1988, la Nouvelle-Orléans, Roy la quarantaine survit comme il le peut. Petit gangster, il est rongé par une toux qui pourrait s’avérer bien plus grave. Alors qu’il montait un coup, il tombe dans un guet-apens. Guet-apens auquel il échappe miraculeusement. La fuite devient alors la seule solution, mais ce soir-là, il sauve la jeune Rocky, une jeune fille d’à peine vingt ans. Ces deux âmes cassées par la vie n’ont plus rien à perdre.

Mélanie Laurent qui s’attaque à un thriller sombre à l’américaine, on peut dire dans un sens qu’on ne s’y attendait pas, même si cette dernière avait déjà exprimé son désir de tourner aux Etats-Unis.

Adapté d’une nouvelle de Nic Pizzolatto (créateur de la série « True Detective« ), Mélanie Laurent se lance donc dans une intrigue où l’on ne va pas ressortir indemne. Tenu par une histoire qui réunit tous les bons ingrédients pour nous emmener avec suspens jusqu’aux dernières scènes, « Galveston » va être une sombre affaire. Une affaire que l’on peut voir arriver et pourtant malgré cela, « Galveston » arrive en permanence à surprendre. Et c’est ça qui est très bon avec le nouveau film de Mélanie Laurent, c’est qu’il arrive sans mal à nous emporter et nous étouffer avec une intrigue dont on connaît déjà les grandes lignes. Mais cette façon de ne faire aucune concession, cette façon efficace qui laisse très peu d’espoir, même dans ses moments les plus lumineux, fait qu’on reste tendu pendant toute la projection.

Une projection qu’on passe partagé entre tension et émotion. Car oui, si le film est très violent, et que la réalisatrice ne nous avait pas habitués à cela, il garde aussi de belles envolées humaines, grâce notamment à des comédiens formidables. Des comédiens parfaitement dirigés qui arrivent à être lumineux, même dans les instants les plus sombres. Des comédiens qui forment un duo de cinéma improbable et beau. Ben Foster est tout simplement parfait en petite frappe au cœur tendre finalement. Quant à Elle Fanning, elle continue son impressionnante montée en flèche.

Si « Galveston » tient une histoire sombre, sa noirceur est renforcée par une mise en scène plutôt bluffante. « Galveston » est donc sombre, « Galveston » est poisseux, « Galveston » est violent, brutal, incisif, immersif (il y a un plan-séquence qui risque d’en passionner plus d’un !) et en même temps, il est aussi très lumineux, tout en émotion et comme je le disais plus haut, il est aussi plein de tendresse.

Pour son cinquième film, Mélanie Laurent nous livre donc, comme à son habitude, un excellent film et un excellent moment de cinéma. Beau, bon, étouffant et en même temps plein de luminosité, « Galveston » mérite clairement qu’on s’y déplace ! Quant à nous, on a déjà très hâte d’en savoir plus sur de futurs projets de la réalisatrice.

Note : 16/20

Image de prévisualisation YouTube

Par Cinéted

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Facebook : Lavisqteam.fr – Contact: lavisqteam@laposte.net