Tatoué-e – Leon De Griffes

Auteur : Léon De Griffes

Editeur : Broché

Genre : Fantastique, Romance

Résumé :

Cinq ans après son arrivée en France, Alek obtient enfin un travail dans le lieu mythique qu’il convoitait : le Cirque Éternel. Les deux pieds dans la boue, au milieu des fauves et des chevaux, il va rencontrer Alice, splendide et fascinante acrobate aux multiples tatouages. Elle est espiègle, joyeuse, indépendante. Il est sombre, nerveux, le corps marqué par son passé. Pour apprendre à le connaitre, Alice va lui proposer un étrange marché. Acceptera-t-il d’entrer dans son jeu ? Ne risque-t-il rien à se dévoiler ainsi ?

Avis :

Tatoué(e) est un roman bien mystérieux. L’objectif du récit nous paraît vague voire parfois sans grand intérêt, jusqu’à ce que l’on arrive à la fin où tout s’éclaire ! En effet, le roman est une histoire de vie prenante mais qui finit par s’éterniser et qui ne passionne plus comme à ses débuts, manquant de nouveauté et de découvertes palpitantes. Les toutes dernières pages redonnent de la force à l’intrigue et apportent un attrait nouveau au livre d’une manière spectaculaire et frissonnante.

Le personnage principal, Alek, est un garçon intéressant, au passé noir et marqué par de grandes souffrances. Il se dévoile lentement et cela tient le lecteur en haleine tout au long du récit tant on veut découvrir ce qu’il cache depuis toutes ces années. Sa passion pour les félins est belle et il nous en apprend beaucoup sur les comportements des bêtes dont il doit s’occuper. On le sent passionné et conquis par le monde du cirque. Alek nous en parle d’une jolie manière et cela nous fait voyager dans un autre monde grâce à sa narration efficace et enivrée. On s’y attache facilement et pour longtemps.

C’est également le cas des personnages secondaires tels que Alice ou Jean : deux jeunes gens très sympathiques, homosexuels tous les deux, qui seront autant un grand soutien pour Alek qu’une source de douleur. Les relations compliquées et conflictuelles que les protagonistes vivent sont le cœur du roman. Alek cherche à se reconstruire et tomber amoureux d’Alice ne l’aide pas. Jean est en plus attiré par lui, faisant de ces rapports d’amitié des relations aux limites un peu floues et captivantes. Margot et Pierre, les colocataires d’Alek, ont aussi une importance et apportent avec eux leur lot de soucis tant ils sont instables. Les héros sont intéressants et suivre leur vie est divertissant. Le quotidien au cirque est souvent mouvementé et cache bien des secrets.

Le roman est déconseillé aux moins de 18 ans et pour cause : les scènes de sexe sont nombreuses et avancent des mots crus qui enlèvent parfois son charme à l’histoire. On passe effectivement d’une narration agréable et profonde, à des scènes plus brutes qui ne semblent être présentes que pour exciter le lecteur. Même si cela fonctionne et que les premières sont appréciables, la dernière partie du roman en alignent trop à la suite et certaines dénaturent des personnages que l’on aurait pensés moins sauvages et plus sentimentaux. L’écriture est parfois trop précise dans ces moments-là alors que ce n’est pas nécessaire, et ces derniers ne font pas avancer l’histoire. Ces passages manquent cruellement de romantisme et de passion, surtout lorsque l’on connaît les sentiments des personnages. Il est dommage et décevant de voir qu’il n’y a pas de différence dans l’écriture entre les rapports purement plaisir et ceux amoureux. Cela enlève de la crédibilité aux émotions de certains personnages.

Même si l’histoire se déroule à notre époque, il est difficile de ne pas s’imaginer vivre un récit d’un autre temps. L’univers du cirque en est pour beaucoup. L’atmosphère rendue par les numéros est bien retranscrite et on se prend vite au jeu ! Les références à notre époque étonnent malgré nous quand on les lit. On se sent presque deux cents ans en arrière, notamment à cause des mentalités de certains. On a d’ailleurs parfois du mal à croire à tout ce qui arrive étant donné l’ouverture d’esprit de certains ou au contraire la fermeture complète de d’autres, comme si certains personnages étaient des caricatures d’eux-mêmes. On sait cependant que ces caractères homophobes ou mafieux peuvent exister, contrastant avec l’humanité des héros et éprouvant le lecteur. Les questions de l’homosexualité, de l’amour, de l’amitié et de l’identité sont au centre du roman et perturbent. L’auteur joue sur des questions d’actualités et nous fait réfléchir sur le monde qui nous entoure.

Le rythme n’est pas soutenu jusqu’à la fin où la répétition de certaines journées devient lassante. Il n’y a pas beaucoup de scènes d’actions et cela est bien dosé, notamment grâce à des dialogues intenses, des scènes de sexe très présentes et des numéros de cirque magnifiques. L’évolution du personnage d’Alek est réjouissante et fait vraiment plaisir. On le sent mieux qu’au début du livre, plus sûr de lui et plus heureux. Les autres personnages changent également et ces variations autant étonnantes que rafraîchissantes, sont bienvenues. Rien n’est figé et la vie offre toutes les possibilités.

Tatoué(e) est un roman qui fait naître en nous un nombre incalculable d’émotions et qui fascine totalement lorsque l’on finit par comprendre tout l’enjeu du texte et sa profondeur. Un rythme plus soutenu et des scènes plus sentimentales auraient donné une toute autre dimension à la lecture.

Note : 15,5/20

Par Lildrille

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Facebook : Lavisqteam.fr – Contact: lavisqteam@laposte.net