Mississippi Burning

De : Alan Parker

Avec Gene Hackman, Willem Dafoe, Frances McDormand, Brad Dourif

Année: 1989

Pays: Etats-Unis

Genre: Thriller, Drame

Résumé :

En 1964, trois militants pour les droits civiques des noirs disparaissent mystérieusement. Ce sont deux agents du FBI qui sont chargés de l’affaire. Très vite, les questionnements et les méthodes d’intimidation d’Alan Ward et de Rupert Anderson dérangent, en particulier le Klu Klux Klan.

Avis :

Alan Parker… Est-il encore besoin de présenter ce monstre sacré du cinéma ? « Midnight Express« , « Fame« , Birdy, « The Wall, Pink Floyd« , « Angel Heart« , « Evita« , « La vie de David Gale« … Sa filmographie regorge de merveilles de cinéma et c’est toujours avec un plaisir fou qu’on se lance dans une nouvelle découverte.

J’en avais souvent entendu parler. Je peux même dire que j’en avais trop entendu parler de ce « Mississippi Burning« , au point que je le découvre très tardivement, car avec un tel bagage que l’on appelle chef-d’œuvre derrière lui, j’avais peur d’être déçu. Je n’avais pas envie d’être déçu, surtout quand c’est Alan Parker qui s’attaque aux questions du racisme. Mais bon, la curiosité l’emportant toujours sur la crainte chez moi, je me suis enfin lancé et putain la claque ! Incroyable, déroutant, puissant et prenant dès sa scène d’ouverture, je peux enfin dire à mon tour que oui, avec « Mississippi Burning« , Alan Parker signe un chef-d’œuvre !!!

1964, Amérique, état du Mississippi, trois militants des droits civiques disparaissent du jour au lendemain. Deux agents du FBI aux manières de travail très différentes sont envoyés pour les retrouver. Dans cet état où règne la ségrégation, très vite, les deux hommes comprennent que ces militants sont morts et que les corps sont cachés quelque part. Commence alors une enquête à très haut risque, car la dite enquête dérange les habitants de la région et plus particulièrement les dirigeants du Ku Klux Klan de l’état.

« Mississippi Burning« , ou l’un des plus grands films que Maitre Alan Parker ait signé. Jouant sur plusieurs fronts, « Mississippi Burning« , c’est une enquête prenante avec comme toile de fond une tension incroyable qui ne va faire que monter crescendo pendant les plus de deux heures que va durer le film.

Incroyable film historique qui relate des faits réels, incroyable film social, incroyable film policier, Alan Parker conjugue les genres pour en tirer un seul et même film qui n’est pas près de nous lâcher une fois la projection finie.

Tenu par un scénario en béton armé, Alan Parker avec ce film va prendre le temps pour tout. Le réalisateur va prendre le temps de nous raconter cette disparition, cette enquête de police et tout ce qu’il peut y avoir de dérangeant, mais il va aller plus loin, prenant le temps de raconter aussi le contexte de son époque et les mentalités de son état, comme de ses personnages. L’écriture est brillante, le film est puissant et rien ici n’est le fruit du hasard. Ici, tout a une réflexion et le moindre évènement ou le moindre détail est là pour appuyer quelque chose. Alan Parker pointe du doigt le racisme, la haine, le cauchemar permanent que vivait le peuple noir dans ces états-là et surtout, le réalisateur pointe du doigt le manque d’éducation, qui fait naître cette haine. Comme un personnage le dit si bien dans ce film, « – on ne naît pas mauvais, on le devient et quand on vous dit à huit ans que les noirs sont inférieurs, qu’on vous le rabâche, on le croit ». Le film a tendance à nous poursuivre une fois terminé. On se remémore certains passages, comme la scène d’ouverture incroyable ! Personnellement, je peux même dire qu’elle m’a choquée.

Le film est aussi tenu par des comédiens tous aussi brillants et puissants que son scénario. Gene Hackman, Willem Dafoe, Brad Dourif, Frances McDormand et tant d’autres acteurs qui trouvent tous des rôles incroyables. Des rôles durs, d’autres plus touchants, et d’autres encore inoubliables. Chacun est à sa place et c’est ensemble qu’ils œuvrent pour que ce scénario, ce film et cette histoire nous marquent profondément.

Enfin, histoire d’amener « Mississippi Burning » sur les rangs du chef-d’œuvre, le tout est tenu par une mise en scène puissante. Une mise en scène marquante, une mise en scène tendue, étouffante, qui ne va faire que monter puissamment dans les tours. Images fortes, scènes incroyables, émotions qui vont dans tous les sens, du magnétisme au révoltant. Alan Parker gère ce film avec maestria, nous collant une boule au ventre pendant toute sa durée.

Bref, s’il y a bien un film qui parle parfaitement du racisme, du Klu Klux Klan, le tout mené sous une enquête formidable, c’est bien ce « Mississippi Burning« . Le film est sombre, dur, choquant et en même temps, il ne tombe jamais dans le gratuit et la démonstration. Criant de vérité, au fur et à mesure, « Mississippi Burning » s’impose comme l’une des plus grandes œuvres d’Alan Parker. Immanquable !

Note : 20/20

Image de prévisualisation YouTube

Par Cinéted

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Facebook : Lavisqteam.fr – Contact: lavisqteam@laposte.net