L’Ombre d’Emily – Desperate Housewives

Titre Original : A Simple Favor

De : Paul Feig

Avec Anna Kendrick, Blake Lively, Henry Golding, Andrew Rannells

Année: 2018

Pays: Etats-Unis

Genre: Thriller

Résumé:

Stephanie cherche à découvrir la vérité sur la soudaine disparition de sa meilleure amie Emily.

Avis:

Acteurs et surtout réalisateur, Paul Feig est homme qui a réussi à nous faire rire, autant qu’on a pu le détester avec son remake, reboot féminin de « S.O.S. Fantômes« . Découvert en 2011 avec « Mes meilleures amies« , qui demeure encore aujourd’hui l’une de mes comédies préférées, le cinéma de Paul Feig est sûrement ce que je peux appeler un Guilty Pleasure, jusqu’à ce que ce dernier commette « S.O.S. Fantômes« .

Pour faire oublier cette horreur, cette erreur, qu’est cette version féminine de « S.O.S. Fantômes« , il fallait que le réalisateur se fasse oublier d’un côté et revienne par la petite porte. Et voilà que deux ans après, Paul Feig nous revient là où l’on ne l’attendait pas. Débarquant avec une bande-annonce des plus esthétiques, dévoilant juste ce qu’il faut pour piquer notre curiosité, « L’ombre d’Emily » s’annonçait comme le côté sombre du réalisateur. Ainsi donc, Paul Feig passait au thriller. Ne sachant trop à quoi m’attendre, partagé entre crainte et espoir, je suis allé voir « L’ombre d’Emily » et je ressors plutôt conquis par cette caricature, aussi originale qu’elle peut être déjantée sur son final.

Stéphanie est une mère célibataire quelque peu seule dans sa vie. Il y a quelques semaines de cela, elle a fait la rencontre d’Emily, la mère de l’un des petits camarades de son fils. Très vite, les deux femmes qui sont aussi perdues l’une que l’autre dans leurs vies se lient d’amitié. Un après-midi, Stéphanie reçoit un coup de téléphone d’Emily qui lui demande de prendre son fils à l’école à la sortie des classes. Emily, qui a une urgence, viendra le chercher dans la soirée. Quatre jours plus tard, toujours pas de nouvelles d’Emily… Que s’est-il passé ?

« L’ombre d’Emily« , c’est ce que l’on pourrait appeler un joli petit cocktail qui se savoure avec gourmandise, et qui anime bien l’espace d’une soirée. Pour son neuvième film, Paul Feig change de style et le moins que l’on puisse dire, c’est que le résultat est étonnant. Partagé entre drame et comédie (oui, on reste chez Paul Feig quand même), « L’ombre d’Emily » est le genre de petit film qui mélange ses styles et donne quelque chose de très appréciable à suivre.

Doté d’une intrigue mystérieuse, même si elle va très vite devenir prévisible, « L’ombre d’Emily » est un film qui fait son petit effet. C’est un film qui s’amuse à caricaturer ces familles américaines aux sublimes façades qui une fois qu’on commence à gratter un peu la peinture, cachent de lourds secrets. Construit comme une enquête, le dernier-né de Paul Feig a de bons arguments pour lui, entre son ambiance aussi sophistiquée qu’elle est empreinte de mystère, entre ses rebondissements tour à tour prenants ou délirants, cette intrigue sait se rendre intéressante. On appréciera ainsi le jeu de fausses pistes, le jeu des non-dits et des apparences. On appréciera aussi le côté quelque peu désuet de l’enquête, qui finalement se prend autant au sérieux que son contraire. Paul Feig arrive à tenir un petit suspens prévisible, ce qui est étrangement le bienvenu.

Mais finalement, même si cette intrigue faussement complexe fonctionne, ce n’est pas ce qui fait que le film de Paul Feig fonctionne le mieux. Ce côté-ci marche bien, mais c’est aussi parce qu’il est renforcé par d’un côté l’esthétisme qui donne un effet de caricature assumée (Les costumes sont incroyables !) de « Desperate Housewives« , avec ces femmes qui s’ennuient et essaient de remplir leur vie comme elles le peuvent. Puis de l’autre côté, le film fonctionne bien parce qu’il est tenu par de très bonnes comédiennes, dont le duo à l’écran fait de petites étincelles. Un duo qui se complète bien entre une Anna Kendrick pétillante et une Blake Lively au comble de la classe dans un rôle finalement pas si évidemment que ça.

Bien moins sombre que prévu, plus drôle que prévu avec ce final détonnant, si « L’ombre d’Emily » ne changera pas votre année de cinéma, il mérite toutefois qu’on s’y arrête l’espace d’une après-midi. Agréable, intriguant, prévisible et finalement divertissant, Paul Feig, avec ses bons comme ses mauvais côtés, fait un retour pour le moins agréable et étonnant.

Note : 13/20

Image de prévisualisation YouTube

Par Cinéted

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Facebook : Lavisqteam.fr – Contact: lavisqteam@laposte.net