décembre 2, 2020

La Fille de tes Rêves

Titre Original : La Nina de tus Ojos

De : Fernando Trueba

Avec Penelope Cruz, Antonio Resines, Jorge Sanz, Rosa Maria Sarda

Année : 1998

Pays : Espagne

Genre : Drame

Résumé :

Dans les années 1940, une modeste équipe de cinéma espagnole est contrainte de réaliser une co-production germano-espagnole. Les contrastes idéologiques rendent le tournage des plus chaotiques…

Avis :

Grand réalisateur espagnol, le cinéma de Fernando Trueba est un cinéma que je connais mal et dont il faudrait que je creuse plus. Réalisateur depuis les années 70, il connaît ses premiers succès dans les années 80 avec notamment le film « Le rêve du singe fou » (rien que ce titre me donne terriblement envie de me plancher plus sur la filmographie du Trueba). Depuis les années 80, Fernando Trueba a été prolifique, puisqu’il peut se vanter aujourd’hui de vingt et un films, dont le dernier, avec Penelope Cruz, « La Reine d’Espagne« , est sorti en 2016.

Après avoir fait tourner Antonio Banderas et Mélanie Griffith dans « Two Much« , le remake de « Jumeau« , film d’Yves Robert, Fernando Trueba qui signait aussi son premier film américain, est de retour en terre espagnole, et entraîne ses spectateurs en pleine Seconde Guerre mondiale. Avec « La fille de tes rêves« , Fernando Trueba signe ici un film sympathique qui se loge quelque part entre la comédie et le drame historique. Beau succès à l’époque de sa sortie, « La fille de tes rêves » demeure néanmoins un petit film qui habille une soirée, mais qui se trouve aussi loin d’être essentiel.

1940, alors que la guerre fait rage, une équipe de film espagnole a réussi à décrocher un contrat avec l’un des plus gros studios berlinois. Minimisant l’horreur du nazisme, cette équipe est plutôt convaincue de venir tourner ce film à Berlin, mais très vite, sur place, ils vont être confrontés de plein fouet à l’horreur du régime d’Hitler. Le tournage devient alors loin d’être évident, et quand Macarena Granada, la star du film, tombe sous le charme d’un figurant juif et russe que la production a fait sortir des camps, le tournage risque fort bien de virer à la catastrophe…

Pour son huitième film, Fernando Trueba a décidé d’aller explorer une période, ou plutôt un fait que beaucoup aimeraient oublier, les liens qui unissaient l’Espagne de Franco à l’Allemagne d’Hitler. Pour mettre cette « amitié » en avant, le réalisateur a eu l’idée d’un faux tournage sur les terres nazies. Avec ce genre de scénario, on aurait pu imaginer un film qui aborderait une mission d’infiltration d’espions afin d’assassiner tel ou tel dirigeant ou alors faire tomber le régime nazi, mais ce n’est pas du tout le cas. Non, ici, à travers la comédie et parfois même le burlesque, Fernando Trueba a décidé de filmer une prise de conscience et une « aventure » en plein Berlin dans le milieu du cinéma. Original et amusant, « La fille de tes rêves » est un film qui demeure sympathique.

Le scénario est bien ficelé, et l’on suit cette mésaventure qui va devenir de plus en plus dangereuse et absurde au fur et à mesure que les protagonistes vont être confrontés au régime nazi du troisième Reich. Ainsi, à travers ce scénario, Fernando Trueba saura tenir en équilibre sur le fil, offrant de l’amusement quand l’intrigue le demande et quelque chose de plus sérieux, voire même de tendue, quand là encore l’intrigue le demande. Seul manque alors à l’appel, une émotion, car si l’on suit cette intrigue avec sourire et attention, il est vrai que même si ces personnages sont attachants, quand l’intrigue demande de l’émotion, cette dernière apparaît comme fabriquée et l’on est peu touché au final, ce qui est dommage. Un manque d’émotion qui du coup renvoie le film à l’amusante anecdote, à la place d’être marquant.

La fille de nos rêves, c’est ici Penelope Cruz, et même si le film est tenu par d’excellents comédiens, mention spéciale pour Johannes Silberschneider immonde à souhait dans le rôle du Dr Goebbels, c’est bel et bien Penelope Cruz qui captive l’écran. D’ailleurs, la comédienne est si présente que « La fille de tes rêves » n’aurait certainement pas la même saveur sans elle. Oui, dans un sens, elle fait le film.

« La fille de tes rêves » demeure donc un film sympathique et intéressant, notamment parce qu’il aborde un sujet peu abordé, ces liens qui unissaient ces deux régimes. Bien mené, sans temps mort, le film de Fernando Trueba, même s’il ne restera pas comme un essentiel dans la carrière du cinéma espagnol, mérite qu’on s’y arrête au moins une fois.

Note : 12/20

Image de prévisualisation YouTube

Par Cinéted

AqME

Amateur d'horreur, Métalleux dans l'âme, je succombe facilement à des images de chatons.

Voir tous les articles de AqME →

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.