octobre 26, 2020

La Prophétie de l’Horloge – Tic Tac Roth

Titre Original : The House With a Clock in its Walls

De: Eli Roth

Avec Owen Vaccaro, Jack Black, Cate Blanchett, Sunny Suljic

Année: 2018

Pays: Etats-Unis

Genre: Fantastique

Résumé:

Cette aventure magique raconte le récit frissonnant de Lewis, 10 ans, lorsqu’il part vivre chez son oncle dans une vieille demeure dont les murs résonnent d’un mystérieux tic-tac. Mais lorsque Lewis réveille les morts accidentellement dans cette ville, en apparence tranquille, c’est tout un monde secret de mages et de sorcières qui vient la secouer.

Avis:

Eli Roth est un comédien réalisateur qui a tendance à baigner dans le cinéma horrifique et violent, comme ses deux « Hostel » entre autres, peuvent l’attester, ou encore son « Green Inferno« . Il y a quelques mois de cela, Eli Roth a eu l’idée de faire un remake de « Un justicier dans la ville« , film culte avec Charles Bronson. L’idée était audacieuse et le résultat fut mitigé entre deux opposés, ceux qui ont adoré et ceux qui ont détesté.

Restant dans le domaine de l’horrifique, mais allant plus vers le grand public et le film familial, avec « La prophétie de l’horloge« , Eli Roth signe son « Jumanji« , c’est-à-dire un petit film sympathique, inoffensif, et qui amusera tout le monde ou presque. Conte « Halloweenesque », « La prophétie de l’horloge » nous fait passer un bon petit moment de cinéma, malgré son côté conventionnel et sans grande surprise en fin de compte. Bref, un petit film sympa parmi tant d’autres.

Lewis, dix ans, vient de prendre ses parents dans un accident de voiture. Le jeune garçon est alors confié à son oncle, un homme excentrique qui habite une grande maison qu’on dit hantée. Très vite, Lewis va apprendre que son oncle est un magicien et ce dernier va lui apprendre la magie. Alors que le garçon reprend peu à peu goût à la vie, son oncle lui cache un terrible secret.

On a connu le cinéma d’Eli Roth violent, on a connu le cinéma d’Eli Roth amusant avec « Knock Knock« , on a connu le cinéma d’Eli Roth intéressant avec « Death Wish » (pour le regard qu’il portait sur la société qui m’a personnellement beaucoup intéressé), voici que l’on découvre le cinéma d’Eli Roth enfantin et familiale. Si vous jamais vous cherchiez un conte macabre et horrifique alors passez votre chemin, car « La prophétie de l’horloge » est bien loin de cela.

Pour son septième film en tant que réalisateur, Eli Roth a décidé de se détendre et de nous offrir un petit conte d’Halloween amusant. Moins marquant dans la filmographie du réalisateur, bien plus grand public, surtout très conventionnel et très lisse, « La prophétie de l’horloge » est le film qu’on aurait beaucoup aimé avoir quand on était enfant. Amusant, son intrigue est sympathique et se suit avec un certain plaisir, surtout pour les plus petits. Si le scénario est très lisse et ne prendre aucun risque, au point que le film en devient alors archi prévisible, il n’en sera pas moins efficace. On se laisse embarquer dans ce tourbillon d’aventures et de magie, qui entre nous soit dit, est bien mis en scène. Le film peut même se vanter de quelques jolies envolées. On notera aussi que le film tient de jolis effets spéciaux, malgré là encore un esthétisme très enfantin. Toujours du côté de l’esthétisme, « La prophétie de l’horloge » jouit de décors fabuleux. C’est beau, il y a là un joli souci du détail, surtout dans cette maison qui prend vie.

On apprécie la mesure que le réalisateur installe dans son film oscillant entre le conte fantastique, la comédie, développant quelques gags et quelques répliques rigolotes, le couple Jack Black/Cate Blanchett fonctionne à merveille de ce côté-là et le tout avec un joli fond qui aborde une petite touche de drame, abordant le deuil ou encore le devoir de parent.

Si « La prophétie de l’horloge » est si appréciable c’est aussi et grâce à ses comédiens. Le couple Black/Blanchett fonctionne parfaitement, mais les deux acteurs fonctionnent aussi très bien en solo, trouvant tous les deux deux rôles dans lesquels ils peuvent s’amuser. Puis voir Cate Blanchett déglinguer de la citrouille vivante avec un parapluie à la « Kingsman« , c’est toujours fun. La jolie découverte aussi, c’est bien sûr le jeune Owen Vaccaro, qui s’avère très touchant. Puis enfin, comment passer à côté du Kyle MacLachlan en bad guy un peu kisctchouille, qui cabotine à fond, mais qui en même temps arrive à nous amuser.

Cette « … prophétie de l’horloge » est donc une petite gourmandise. Convenu mais divertissant, ce nouveau film pour Eli Roth est l’un de ses plus inoffensifs, mais au final, il fonctionne bien, et même s’il ne marquera pas les mémoires (des plus grands), il demeure un petit moment de cinéma amusant. Il n’est donc pas essentiel, mais si jamais l’envie vous en dit, alors il reste à voir au moins une fois (Ne serait-ce que pour Cate Blanchett qui dézingue de la citrouille !).

Note : 12/20

Image de prévisualisation YouTube

Par Cinéted

AqME

Amateur d'horreur, Métalleux dans l'âme, je succombe facilement à des images de chatons.

Voir tous les articles de AqME →

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.