Waylander – Kindred Spirits

1000x1000

Avis :

Il y a des groupes qui restent relativement peu connus à cause de leur musique, trop extrême pour passer sur les ondes ou sur les plateaux de grande écoute ou encore à cause d’un travail basique qui ne suscite pas forcément un grand intérêt. Waylander était un groupe inconnu pour moi alors que Kindred Spirits est leur quatrième album. Originaire d’Irlande, le groupe propose un death métal allié avec du folk métal qui n’est pas sans rappeler les musiques celtiques et irlandaises. Seulement, le groupe s’est fondé en 1993 et donc, faire que quatre albums en autant de temps, cela ne se présente pas sous les meilleures augures. Soit le groupe est très précautionneux et prend un temps fou pour faire un album chiadé, soit la motivation n’est pas présente et sortir un skeud représente une source de revenu nourricière. Enfin, qu’importe, j’ai l’occasion d’écouter cet album et donc je ne me fais pas prier ! Alors l’album sent-il les vertes prairies irlandaises ? Le chant guerrier rugissant tel un viking en période de rut est-il convaincant ? Le groupe mérite-t-il plus de reconnaissance ? Chaussons notre casque à cornes, aiguisons nos épées et flamberges et partons à l’assaut des esprits familiers !

Alors qu’est-ce que le folk death métal ? Là est toute la question car il s’agit d’un mélange qui se fait de plus en plus. D’un côté nous avons le death métal classique, avec une voix grave, des riffs ravageurs et une rythmique très rapide. De l’autre, nous avons le folk métal, plus calme (quoique) mais avec une pointe de musique folklorique suivant les origines du groupe. Waylander, groupe irlandais propose donc des morceaux à tendance celtique, notamment grâce à la présence d’une flûte. Le groupe propose donc un mélange des deux, et personnellement, j’ai plutôt apprécié. Le titre s’ouvre sur Echoes of the Sidhe et on s’attardera beaucoup sur la mélodie de la flûte. Alors pour certains, c’est un défaut, mais la batterie est bien présente avec une bonne double pédale, les guitares sont rapides avec des riffs ravageurs et tout cela donne une bonne envie de bouger la tête dans tous les sens. Le deuxième morceau inclura une introduction sympathique avant d’entamer un passage très dark et puissant, pour redescendre et reprendre par la suite. Le seul problème, c’est qu’il dure sept minutes et la chanson devient assez vite redondante. Twin Fires of Beltine reprend les mêmes allures que les deux morceaux précédents et tout cela reste très agréable, surtout la présence de la flûte qui donne une autre dimension aux morceaux. Of Fear and Fury offre une dimension très guerrière avec un refrain qui reprend des chœurs et c’est vraiment très prenant. Le plus gros défaut de l’album, c’est de ne proposer que des chansons qui durent plus de cinq minutes. Alors on en a pour notre argent, mais c’est vrai que parfois, les morceaux se ressemblent, ou ressemblent à d’autres groupes et que c’est un peu longuet, mais rien de bien dramatique. L’interlude Grave of Giants est d’une beauté incroyable et donne un peu de répit avant la seconde tempête celtique. Il est vrai qu’elle ressemble un peu à la première partie, mais finalement, les guitares, la flûte, la batterie, tout s’accorde pour donner un son sincère et puissant, qui fait penser aux verts pâturages irlandais et à des films épiques comme Le Seigneur des Anneaux.

waylanderpichi

Comme tout groupe de Death qui se respecte, la voix du chanteur est bien grave et envoie du pâté quand il faut. Elle est d’ailleurs en totale opposition avec son physique (un peu comme Randy Blyhte de Lamb of God pour ceux qui connaissent). Elle s’accorde bien avec les rythmiques du groupe et donne d’ailleurs un élan plutôt guerrier. Quelques tentatives de chants clairs se font sentir, notamment sur le morceau A Path Well Trodden, mais c’est là que l’on ressent les faiblesses du chanteur, qui le sait et qui va vite revenir vers un chant plus guttural, mais que l’on comprend, pas comme pour Deicide par exemple ! Parfois, le bonhomme pousse aussi la voix, comme sur l’intro de Quest for Immortality et cela rend vraiment. Pour quelqu’un comme moi qui a plutôt du mal avec le death métal, Waylander fait office de bonne transition, avec des morceaux nerveux, épiques, mais aussi entrainants, grâce à la présence d’une flûte. Bien entendu les paroles font office d’histoires de guerriers et de batailles épiques, comme pourrait le laisser entendre le nom du groupe qui est aussi le nom d’un livre d’Héroïc-Fantasy signé David Gemmell.

Au final, Kindred Spirits, le dernier album de Waylander est un album plaisant, aux sonorités puissantes et à l’envoutement presque immédiat. On reconnait bien les instruments classiques celtiques et la flûte apporte un son vraiment très bon à l’album. Le skeud est assez homogène et propose de bels intros avec des morceaux très nerveux. Bref, j’ai apprécié cet album qui me pousse à écouter d’autres groupes de Death.

  1. Echoes of the Sidhe
  2. Lamh Dearg
  3. Twin Fires of Beltine
  4. Of Fear and Fury
  5. Grave of Giants
  6. A Path Well Trodden
  7. Quest for Immortality
  8. Erdath
  9. Kindred Spirits

Note : 14/20

Image de prévisualisation YouTube

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Facebook : Lavisqteam.fr – Contact: lavisqteam@laposte.net