Leave no Trace – Captain Presque Fantastic

De : Debra Granik

Avec Ben Foster, Thomasin McKenzie, Jeff Kober, Isaiah Stone

Année: 2018

Pays: Etats-Unis

Genre: Drame

Résumé:

Tom a 15 ans. Elle habite clandestinement avec son père dans la forêt qui borde Portland, Oregon. Limitant au maximum leurs contacts avec le monde moderne, ils forment une famille atypique et fusionnelle.
Expulsés soudainement de leur refuge, les deux solitaires se voient offrir un toit, une scolarité et un travail. Alors que son père éprouve des difficultés à s’adapter, Tom découvre avec curiosité cette nouvelle vie.
Le temps est-il venu pour elle de choisir entre l’amour filial et ce monde qui l’appelle ?

Avis:

Réalisatrice venue du cinéma indépendant, Debra Granik ce sont deux/trois films en quatorze ans de carrière. Et si son premier, « Down to the Bone« , avec la talentueuse Vera Farmiga, demeure introuvable, son second film, « Winter’s Bone« , sorti en 2011, à lui eu bien plus d’échos, notamment à travers les festivals, puis c’est le film qui a révélé une certaine Jennifer Lawrence. D’ailleurs, on ne peut que vous envoyez voir ce film, tant il méritait bien ses éloges. Après sept années sans nouvelle de Debra Granik, voici que la réalisatrice fait son retour avec « Leave no trace« , une histoire emmenée par un joli duo d’acteurs.

Drame rappelant un certain « Captain Fantastic » mais en moins angélique, Debra Granik livre ici un film simple, épuré, qui offre des personnages on ne peut plus intéressants à découvrir, mais aussi à suivre, et c’est entre le drame familial et la réflexion sociale que la cinéaste nous entraîne sur les routes et dans les forêts d’Oregon…

Tom a quinze ans et elle habite avec son père en toute clandestinité dans un parc près de Portland. Son père a fui la société voilà des années et Tom a grandi avec les limites de son père pour qu’elle découvre le monde extérieur. Un jour, ils se font « expulser » de la forêt. Soutenus par une association, ce père et sa fille se voient offrir un toit, une scolarité, et même un travail. Mais alors que son père a bien du mal à reprendre contact avec la société, Tom, elle, découvre un nouveau monde qu’elle apprécie.

« Leave no trace« , troisième film pour Debra Granik, est une jolie petite surprise à plus d’un titre.

« Leave » no trace » est un film qui tient une bonne intrigue qui est aussi divertissante qu’elle pousse à une réflexion. Gardant une certaine part de mystère, « Leave no trace » nous présente deux personnages intéressants. Chacun d’eux apporte une réflexion et ensemble, même s’ils ne vont pas évoluer de la même manière, ils se complètent. Tenu par un bon scénario, « Leave no trace » nous tiendra aussi bien sur l’éveil de cette adolescente que sur le mutisme de son père, fuyant la folie de la société. Ce qui est très bien avec le film de Debra Granik, c’est qu’elle laisse une certaine part de mystère. Distillant des indices çà et là sur le passé du père de la jeune fille, « Leave no trace« , de ce côté, peut avoir des aspects d’enquête policière de la part d’un spectateur qui souhaiterait en savoir bien plus sur cet homme, qui va être aussi attachant qu’étrange.

Avec le parcours de ce personnage qu’on ne connaîtra qu’à moitié, et surtout les choix qu’il a fait, la réalisatrice propose une vision différente de la société, et même si parfois il est vrai que le propos ne va pas assez loin, il reste plus qu’intéressant et surtout, il pousse à la réflexion sur ces hommes et ces femmes qui ne se trouvent pas à leur place dans la société. Comme je le disais plus haut, le film est tenu par un bon scénario et pour faire la balance, Debra Granik nous présente un personnage qui dans son évolution, va être au diapason de ce père de famille. Et oui, car si cette vie sauvage et plus saine convient à cet homme, sa fille nous offre une autre vision du monde et c’est tout aussi intéressant, car la vision est neuve, pure, innocente et surtout, alors qu’elle était dans une forme de rejet, plus l’intrigue avance et plus le rejet devient optimisme et finalement, on se laisse entraîner avec une certaine forme de suspens. Ce père abdiquera-t-il pour le bonheur de sa fille ?

Si le propos est intéressant, si la mise en scène est belle, simple et efficace, offrant de très beaux plans sur l’Oregon, ou encore sachant créer une très belle scène de complicité perdue en forêt en ouverture de film, « Leave no trace » fonctionne aussi très bien grâce à ce duo de comédiens remarquables, Ben Foster et la jeune Thomasin McKenzie. Inutile de préciser que Ben Foster fait encore une fois des merveilles dans un rôle terriblement complexe. Un rôle beau et en même temps un poil agaçant.

Il y a sept ans de cela, Debra Granik avait révélé Jennifer Lawrence, et cette fois-ci, avec « Leave no trace« , il se pourrait que la cinéaste récidive et nous révèle Thomasin McKenzie qui crève tout simplement l’écran dans ce rôle fait pour elle. Touchante, pour ne pas dire bouleversante, la jeune fille d’à peine dix-sept ans au moment du tournage est incroyable de talent, de maturité.

Jolie surprise donc que ce « Leave no trace« . Intéressant, divertissant et intelligent, ce troisième film de Debra Granik confirme tout le bien qu’on pensait déjà de la réalisatrice. Maintenant, on espère simplement ne pas attendre autant de temps avant d’avoir de ses nouvelles.

Note : 15/20

Image de prévisualisation YouTube

Par Cinéted

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Facebook : Lavisqteam.fr – Contact: lavisqteam@laposte.net