décembre 2, 2020

22 Miles

Titre Original : Mile 22

De : Peter Berg

Avec Mark Wahlberg, Lauren Cohan, Iko Uwais, Ronda Rousey

Année : 2018

Pays : Etats-Unis

Genre : Action

Résumé :

Un officier d’élite du renseignement américain tente d’exfiltrer un policier qui détient des informations compromettantes. Ils vont être traqués par une armée d’assassins tout au long des 22 miles les séparant de l’avion qui leur permettra de quitter le pays.

Avis :

Peter Berg / Mark Wahlberg, chapitre 4 ! Peter Berg et Mark Wahlberg, c’est une histoire d’amour qui commence à durer maintenant. Une histoire d’amour commencée en 2014 avec « Du sang et des larmes« . Depuis Peter et Mark ne se sont plus quittés et comme toute histoire d’amour, elle a ses hauts (« Traque à Boston« ) et ses bas (« Du sang et des larmes » oui, oui …).

Pour ce quatrième film ensemble, on attendait un très bon retour, surtout qu’il fait « suite » au « Traque à Boston« , qui avait été pour le coup une sacrée surprise. Mais si l’opus précédent avait su être plus qu’emballant, celui-ci va l’être beaucoup moins. Film d’action basique, avec « 22 Miles » Peter Berg nous offre un film qui est divertissant et puis c’est tout. Ça se regarde, on ne s’ennuie pas, mais entre une mise en scène parfois illisible et un scénario tiré par les cheveux, on ressort surtout déçu et c’est bien dommage.

Pour résoudre une crise, tout d’abord, on fait appel à la diplomatie. Quand cette dernière ne fonctionne pas, alors on fait appel à l’armée. Enfin, quand cette dernière solution n’a, elle non plus, pas fonctionné, alors on fait appel à la division Overwatch. James Silva est l’un de ses agents et c’est lui qui dirige une équipe. Sa mission cette fois-ci, c’est d’exfiltrer un policier d’Indocarr. Le policier en question détient des informations importantes et bien sûr cette exfiltration ne va pas être une partie de plaisir.

« 22 Miles » ou la petite déception. Oui petite, car, dans un sens, le film fait le taf qu’on lui demande, c’est-à-dire d’être un film d’action divertissant devant lequel on ne s’ennuie pas. De ce côté-là, on peut faire confiance à l’artisan Peter Berg qui a toujours bien su gérer les rythmes de ses films même quand ceux-ci ont parfois été de piètres qualités.

Au programme de « 22 Miles« , on trouvera donc de l’intrigue, de la castagne, des fusillades, de l’infiltration, des complots, des courses-poursuites, et encore et toujours de la castagne. Castagne qui plus est est menée par Mark Wahlberg, Lauren Cohan et Iko Uwais qui, il faut le dire, se donnent vraiment à fond, quoi que le côté un peu cool de Wahlberg qui envoie des vannes à tout-va peut vite devenir agaçant. Bref, si l’on ne fait attention qu’à ce côté du film de Peter Berg, alors on peut être « comblé », car le film offre pile ce qu’il nous vendait.

Mais voilà, si l’on ne s’ennuie pas un instant, « 22 Miles » a des énormités qui viennent toutefois gâcher l’ambiance. « 22 Miles« , ce sont principalement deux défauts qui prennent le pas. Le premier, c’est cette intrigue complétement tirée par les cheveux. Si dans un sens, elle peut tenir le coup, va être très vite décrédibilisée par un twist final qui tombe à l’eau, car finalement, c’est beaucoup se compliquer la vie. Pourquoi faire simple quand on peut faire compliquer ? Puis surtout, cette intrigue tordue donne l’impression de faire du twist pour faire du twist et c’est vraiment dommage. D’autant plus que le film aurait bien mieux fonctionné s’il ne s’était pas compliqué la vie.

En plus de cela, on ajoutera que le scénario a grossi certains personnages et notamment celui de Mark Wahlberg qui incarne ici un surdoué, qui est obligé de se canaliser pour ne pas péter les plombs. Puis enfin, dernier point sur le scénario, ce sont les incohérences et notamment une finale qui casse une bonne partie de l’intrigue à twist mise en place. Une incohérence obligatoire, car elle laisse place pour une suite qui est déjà en préparation.

Puis deuxièmement, il y a cette mise en scène. Peter Berg est loin d’être un manche et il a toujours su nous offrir du bon spectacle à travers ses films et si parfois « 22 Miles » fonctionne très bien, offrant un film nerveux et violent comme on les aime chez Berg, il est aussi parfois totalement illisible, au point qu’on devine plus ce qu’il se passe qu’on ne le comprend et chez Peter Berg, c’est une première et c’est terriblement frustrant, surtout que les chorégraphies de combat, quand c’est lisible, ont vraiment de la tronche.

Vous l’aurez donc compris, « 22 Miles » est une déception. Divertissant d’un côté et terriblement faiblard de l’autre. Des faiblesses qui finissent malheureusement par prendre le pas sur le dit divertissement et sur les bons côtés que le film peut avoir, car oui, je le redis, « 22 Miles« , ce n’est pas totalement raté.

Note : 12/20

Image de prévisualisation YouTube

Par Cinéted

AqME

Amateur d'horreur, Métalleux dans l'âme, je succombe facilement à des images de chatons.

Voir tous les articles de AqME →

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.