Whitney – Houston, on a un Problème

De : Kevin MacDonald

Avec Whitney Houston

Année: 2018

Pays: Etats-Unis, Angleterre

Genre: Documentaire

Résumé:

Elle a vendu 200 millions d’albums.
Elle détient le record du plus grand nombre de numéros 1 consécutifs.
Sa chanson « I Will Always Love You » est le single le plus vendu par une chanteuse.
Derrière les records, les rumeurs, les scandales, les secrets et la gloire, voici la vraie Whitney.

Avis:

Réalisateur écossais, Kevin MacDonald, c’est l’art et la manière de passer du documentaire au cinéma de fiction, et inversement. Nous n’avions plus vraiment de nouvelle depuis le discret et superbe « How I Live Now » (maintenant, c’est ma vie ») sorti en 2013. Bon, il y a bien eu entre temps le petit thriller sous-marin « Black Sea » avec Jude Law, mais ce dernier est sorti encore plus discrètement que le film précédent, qu’on avait bien du mal à croire que c’était un film de Kevin MacDonald.

Depuis le début de sa carrière, Kevin MacDonald aime le documentaire, tout comme il aime aborder dans ses documentaires des légendes. Pour exemple, on peut prendre « Chaplin’s Goliath » et Howard Hawks tous deux sortis à la fin des années 90, ou plus récemment « Marley« , qui abordait bien entendu l’immense Bob Marley. Avec une telle filmographie, il était presque logique que ce soit lui qui s’attaque à une icône de la soul, du R’N’B et de la pop, disparue bien trop tôt, Whitney Houston.

Immense star des années 80 et 90, tout le monde connaît le destin tragique de Whitney Houston et six ans après sa disparition, c’est en image que Kevin MacDonald va nous raconter les coulisses de Whitney dans un documentaire plutôt joli, mais un brin longuet et livré sur un format trop classique, ce qui fait que même si « Whitney » demeure un bon moment de cinéma et de souvenir, il n’est pas aussi marquant qu’on l’aurait voulu.

« I Will Always Love You« , « My Love is your love« , « I’m your baby tonight« , « One moment in time« , « Step by step », « When you believe« , on a tous entendu ces titres de la chanteuse. Mais connaissons-nous vraiment Whitney Houston ? C’est donc derrière les titres, derrière les rumeurs, derrière les scandales, derrière les récompenses et la gloire que Kevin MacDonald nous propose de découvrir la vraie et l’unique Whitney Houston.

Une voix puissante, un naturel sympathique et des chansons inoubliables, Whitney Houston était une star, une vraie, mais c’était aussi une femme renfermée, secrète et tout en souffrance. Une femme que peu connaissait finalement sous son vrai jour. Une femme au surnom de Nippy. Un peu comme si Whitney Houston était un personnage que la femme s’était inventée pour répondre à la « starisation ».

Avec « Whitney« , Kevin MacDonald a décidé de nous raconter la femme, plus que la star. Loin des caméras officielles, fait d’images privées réalisées par la famille, les amis et des intimes, « Whitney« , c’est donc deux heures dans la vie de la star de la pop soul. Offrant un joli travail de recherche et de montage, Kevin MacDonald a réussi à mettre en deux heures de temps, toute la vie, ou du moins une très grande partie de la vie, de Whitney Houston. Des chants de Gospel dans les églises à son adolescence difficile, de ses premiers concerts anonymes pour remplacer sa mère à ses premiers contrats ou encore ses premières télés et bien entendu les titres, la gloire, la déchéance, la drogue, Kevin MacDonald, grâce à ces images, mais aussi les interviews qu’il a fait des proches, arrive à tout aborder. Le portrait est beau, touchant, parfois drôle et surtout, il déborde de sincérité. On retient notamment des intervenants qui pour la plupart n’hésitent pas à parler des penchants les plus noirs qu’elle pouvait avoir. Oui, elle prenait de la cocaïne et oui cela a été caché pendant très longtemps. Bref, on en apprend beaucoup, et c’est ce côté sans phare dans ces interviews qui est bon dans le film de Kevin MacDonald.

Mais si son « Whitney » a des côtés solides, beaux et bons, il a aussi ses défauts et le premier qui se ressent vite, c’est un effet de longueur. Alors que son film est intéressant et qu’on aime découvrir ou redécouvrir avec nostalgie certains moments de la vie de cette immense chanteuse, « Whitney » est un peu longuet.

Autre petit hic, c’est dans le choix de certaines images. Pour montrer le temps qui passe, les mentalités qui évoluent, ou simplement les époques qui changent, Kevin MacDonald a beaucoup incrusté d’images de guerre, de révolte, de conflit et on doit avouer que parfois, ça arrive comme un cheveu sur la soupe, et l’on sort du film. D’où peut-être les longueurs ressenties décrites plus haut.

Puis enfin, même si son « Whitney » est bien fait et qu’il est intéressant à plus d’un titre, la structure même du film est trop classique. On a l’impression que Kevin MacDonald remplit tout le cahier des charges du documentaire, et finalement, sur l’ensemble, rien n’est surprenant et c’est bien dommage, d’autant plus quand on connaît le talent de son réalisateur.

« Whitney » est donc un bon et sympathique documentaire. Kevin MacDonald, malgré des défauts, des manques et des longueurs, nous immerge parfaitement dans la vie de l’artiste. On en ressort nostalgique, avec surtout l’envie de ressortir les albums de Whitney Houston et de la mettre à fond et ça, c’est très bien.

Note : 14/20

Image de prévisualisation YouTube

Par Cinéted

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Facebook : Lavisqteam.fr – Contact: lavisqteam@laposte.net