Merlin – La Quête de l’Épée

Auteurs : Jean-Luc Istin et Nicolas Demare

Editeur : Soleil

Genre : Fantasy

Résumé :

Le christianisme s’est imposé malgré l’opposition farouche d’anciennes divinités, telle Ahès. Merlin a achevé son initiation dans la douleur, après s’être perdu dans les ténèbres. L’heure a sonné : il est temps, à présent, de préparer la venue d’un roi unique, pour une nouvelle ère de légende ! Il devra brandir une épée hors du commun. Cette épée sera forgée dans un métal indestructible, elle deviendra l’épée légendaire que tous les hommes connaîtront sous le nom de… Excalibur !

Avis :

Merlin, la quête de l’épée est un cycle de 5 tomes qui se lit après avoir lu le cycle initiatique comportant 10 tomes et narrant la jeunesse de Merlin. La critique du cycle initiatique est déjà présente sur le site. Sans avoir lu ces récits auparavant, il est tout de même possible de lire ce cycle en le comprenant quasi entièrement et en y prenant plaisir. Certains personnages sembleront parfois venir de nulle part et leurs relations avec Merlin apparaîtront artificielles alors qu’elles étaient présentes depuis longtemps. Ce cycle montre un Merlin adulte qui se remémore certains faits de son enfance et il est vraiment agréable de les comprendre et de constater toute l’ampleur de leurs conséquences.

Ce cycle est dit « parallèle » car il ne constitue pas le cycle 2 qui est celui intitulé Merlin le prophète et constitué également de 5 tomes. Merlin, la quête de l’épée est vraiment à part car il ne constitue pas une suite en tant que telle et ne poursuit pas l’intrigue principale qui touche davantage au roi Arthur et au rôle de conseiller de Merlin. Ici, l’enchanteur que l’on connaît bien essaie à tout prix de créer l’épée légendaire, Excalibur, qui choisira son porteur et le roi de Bretagne. Une épopée magique, qui se déroule au sein d’un sidh* haut en couleur où les magiciens, les elfes et quelques autres espèces cohabitent à l’écart des Hommes.

Ces 5 tomes, bien plus encore que les précédents, mettent en scène les mythes et légendes celtes en nous faisant assister à la guerre ancestrale opposant les Tuatha de Danaan et les Formorii, deux peuples ayant envahi l’Irlande à des époques bien distinctes et se disputant les mêmes terres. Les combats sont féroces, joliment dessinés et ne s’étendent pas sur trop de pages. Le rythme des aventures est plutôt bon, variant passages calmes et passages effrénés. De nombreuses planches prennent la double-page et éblouissent par leurs couleurs vives et vivifiantes. Le dessin est totalement différent de celui du premier cycle, mais reste tout aussi bon et travaillé. Certains trouveront que le trait manque de maturité sur certaines planches. Néanmoins, le défi de la reprise des personnages mythiques du cycle initiatique est réussi avec prouesse.

On retrouve Ana, prêtresse d’Avalon, découverte lors du cycle précédent. Son caractère est davantage mis en valeur et sa relation avec Merlin est intéressante et complexe. Leur petit groupe de voyageurs grossit au fur et à mesure des tomes, accueillant un nain jovial Ethé et une elfe impétueuse Lyadriel qui doit subir les blagues douteuses du barbu chamailleur. Ce groupe hétéroclite, quoiqu’un peu cliché dans les univers d’heroic-fantasy, fait du bien et nous apaise, nous positionnant en terrain connu. Leurs relations évoluent tout au fil de l’histoire et en deviennent captivantes, notamment quand de l’amour se fait sentir dans l’air. L’authenticité des personnages fait oublier les stéréotypes engagés.

Le combat entre l’ancienne religion païenne et la nouvelle religion monothéiste continue de faire rage, et cette dernière gagne davantage de terrain, au grand désespoir des protagonistes. Ce cycle s’attarde néanmoins beaucoup moins dessus étant donné que l’histoire se déroule au sein d’un sidh. Cependant, un de ses éminents habitants, le puissant mage Iweret, n’a de cesse de vouloir se venger de la triste fin du culte d’Ahès, pour qui il développe toujours des sentiments ardents. Sa folie et son sadisme n’aideront pas Merlin dans sa quête et amèneront la mort et le renouveau dans le petit groupe.

En plus des complots d’Iweret, nos héros doivent trouver leur place au sein du conflit Tuatha versus Formorii, aider ceux qu’ils ont choisis, déjouer les plans diaboliques du camp adverse et continuer à chercher la source draconique devant aider à la création de l’épée légendaire. Des intrigues secondaires font leur apparition, ajoutant plus de complexité et d’intérêt à cette saga magnifiquement écrite. Les sages paroles de Merlin parsèment tous les tomes, ajoutant une dimension spirituelle au récit, et aussi lyrique quelque fois.

Jean-Luc Istin nous donne sa vision personnelle de Merlin et elle ravira les fanatiques du conseiller comme les novices dans le genre. Encore une pépite qui se termine sur une fin étonnante, annonçant clairement le cycle suivant, Merlin, le prophète et faisant de Merlin une personne totalement différente. L’épreuve de ce cycle aura marqué profondément notre héros.

Le lecteur est vraiment transporté loin, dans des contrées merveilleuses où le temps s’est arrêté et où le terme fantaisie a réellement trouvé sa place.

Note : 19,5/20

* lieu se situant dans un autre monde

Par Lildrille

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Facebook : Lavisqteam.fr – Contact: lavisqteam@laposte.net