mars 2, 2021

Eyes Wide Shut

eyes_wide_shut

De : Stanley Kubrick

Avec Nicole Kidman, Tom Cruise, Sydney Pollack, Marie Richardson

Année: 1998

Pays: Royaume-Uni

Genre: Drame

Résumé:

William Harford, médecin, mène une paisible existence familiale. Jusqu’au jour où sa femme, Alice, lui avoue avoir eu le désir de le tromper quelques mois auparavant…

Avis :

On a souvent tendance à croire que le dernier film d’un réalisateur décédé, et qui plus est, avant sa finition ou sa sortie en salle est mauvais signe. En témoigne Trésor, le dernier film de Claude Berri qui est une merde immonde, excusez mon propos, ou encore Eyes Wide Shut de Stanley Kubrick qui possède une très mauvaise réputation. Sauf qu’entre Berri et Kubrick, il y a un gouffre et que le second est beaucoup plus talentueux que le premier. J’ai voulu vérifier par moi-même si ce film, Eyes Wide Shut était vraiment mauvais ou s’il s’agissait encore une fois des médisances de quelques journaleux coincés du cul. Et bien il faut croire que je suis assez libertin, car j’ai trouvé ce film très bon, et même s’il n’est pas le meilleur de la filmographie de Kubrick, il n’en est pas le pire, loin de là. Alors pourquoi j’ai bien aimé ce film ? Y-a-t-il meilleure sortie de piste qu’un « fuck » lancé d’une voix suave ? Ouh ! Que j’ai envie de faire de vilaines choses !

eyes_de_007

Une sodomie à la hussarde, une !

Le scénario de Eyes Wide Shut est très étrange et se focalise sur les relations de couple et sur la fidélité. On va donc suivre le docteur Harford et sa femme, qui ont tout l’air d’un couple aimant et qui ont une petite fille. Lors d’une soirée, Alice, la femme du docteur se fait ouvertement draguer par un vieux monsieur. Elle remarque que son mari se fait aussi draguer par deux jeunes mannequins et que celui-ci rentre bien dans leur jeu. Il est alors appelé d’urgence à l’étage pour aider l’un de ses amis qui est avec une prostituée qui fait une overdose. En revenant, sa femme lui pose la question pour savoir s’il l’a trompée. Il lui dit que non, et elle lui révèle qu’un beau jour, elle a rencontré un type et qu’elle a fait un rêve érotique à son propos et que s’il avait été présent le lendemain, elle aurait certainement couché avec lui. Broyé par cette révélation, le docteur va se poser plein de questions et va essayer de tromper sa femme. Cela va le mener vers des chemins obscurs en prostituées et sectes de la baise. Alors certains diront que le film est totalement improbable, car tout au long du film et malgré toutes les opportunités, ce bon vieux docteur ne baisera jamais, mais c’est justement son hésitation et ses questionnements qui ne lui feront jamais franchir le pas. Il s’agit-là d’une exploration du sexe dans le couple et de la force de la fidélité. Est-ce que tromper mentalement ou avoir eu la volonté de tromper sans jamais le faire équivaut-il à un adultère ? Et c’est là tout le problème du film, qui va s’axer sur les doutes, et sur les chemins sinueux que cela nous fait prendre, à nos risques et périls. On y voit aussi la chute d’un couple jusqu’alors aimant  à cause d’un fantasme avoué. Cela en vaut-il le coup ? Toutes ces questions et les sentiments que cela met en jeu sont exacerbés par une mise en scène solide et surtout par une chape lourde qui baigne le film, donnant une atmosphère mystique et presque gothique.

On peut aussi voir que tout prête à la décadence, que ce soit les adultères commis par l’ami du couple, un vieux médecin se tapant des prostituées ou encore le vieux vendeur de costumes qui prostitue sa fille, et cela ajoute un côté lourd à l’ambiance latente du métrage. On est toujours interpellé, essayant de voir où veut en venir le réalisateur et quels indices provocants il laisse sur le chemin. Les acteurs sont bien entendus fascinants, à commencer par la sublime Nicole Kidman, qui joue à la merveille. Sensuelle, sexuelle et provocante, elle n’hésite pas à tout montrer dans ce film, où la nudité féminine et aussi importante que la décadence du couple et la dérive du mari. Tom Cruise est impeccable lui aussi, en proie à ses démons et ne franchissant jamais le pas. Même sur la fin, où il doit être apeuré, il est très crédible. Il suffit de voir la scène de face à face autour du billard avec son ami queutard, absolument hypnotique pour voir toute la prouesse de l’acteur. Sydney Pollack est devant la caméra pour une fois et il est relativement bon, fournissant un second couteau important et ayant des réponses, pour le moins… mystérieuses. Les autres seconds rôles sont parfois délurés, comme le vendeur de costumes et sa fille, interprétée par Leelee Sobieski ou alors très touchants comme Vinessa Shaw dans le rôle de la prostituée Domino ou Thomas Gibson dans le rôle d’un mari aimant. Bref, le casting est aux petits oignons. La fin peut susciter un questionnement de plus, notamment sur les fondements d’un couple, à quoi il tient et le mot de fin, prononcé par Kidman, résumé relativement bien le film.

eyes_wide_shut__1999__8075_north_522x

Gasp !

Au final, Eyes Wide Shut est loin d’être le mauvais et long film annoncé, bien au contraire. Pourvu de scènes démentielles, comme l’introduction dans la secte avec ses trois notes de piano ou encore le duel autour du billard, le film et loin d’être inintéressant et entretient un mystère incroyable sur toute la durée. Bref, un film troublant, intéressant et doté d’un mysticisme d’une force incroyable. Et puis, finir sa carrière et sa vie sur un Fuck, lancé sensuellement pas Nicole Kidman, quelle magnifique fermeture de rideau !

Note : 15/20

Image de prévisualisation YouTube

Par AqME

AqME

Amateur d'horreur, Métalleux dans l'âme, je succombe facilement à des images de chatons.

Voir tous les articles de AqME →

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.