Ma Ma

De : Julio Medem

Avec Penelope Cruz, Luis Tosar, Alex Brendemühl, Asier Etxeandia

Année : 2016

Pays : Espagne, France

Genre : Drame

Résumé :

Magda est institutrice et mère d’un petit garçon de 10 ans. Elle a du mal à faire face à la perte de son emploi et le départ de son mari. Mais lorsqu’on lui diagnostique un cancer du sein, plutôt que de se laisser abattre, elle décide de vivre pleinement chaque instant. Elle profite de son fils, de son médecin bienveillant et d’un homme qu’elle vient à peine de rencontrer. De son combat contre la maladie va naître une grande histoire d’amour entre tous ces personnages.

Avis :

À cinquante-neuf ans, Julio Medem, réalisateur espagnol, s’est bâti une jolie et discrète filmographie. Ayant fait des études de médecine et ayant un diplôme de chirurgien, il abandonnera cependant cette voie. Réalisant depuis son plus jeune âge, c’est dans les années 80 que ces premiers « vrais » courts-métrages se font remarquer. Il tourne son premier long en 1992 et depuis, le cinéaste n’a de cesse de nous présenter de nouveaux films. Son plus connu reste aujourd’hui le sulfureux « Lucia et le sexe« , sorti en 2000.

Après cinq années d’absence, c’est donc en 2016 que Julio Medem fait son retour sur les grands écrans. Un retour qui demeure dans la lignée de ce que le réalisateur a toujours connu, c’est-à-dire en toute discrétion et c’est bien dommage, car son dernier né « Ma Ma » mérite qu’on s’y attarde bien plus. Porté par une Penelope Cruz lumineuse, « Ma Ma » est un très beau drame qui, il est vrai, tire beaucoup sur la corde, mais il n’en demeure pas moins original, touchant et vibrant. Bref, un joli film inconnu à découvrir.

Magdalena est à un tournant de sa vie. Professeure, elle va bientôt être au chômage et c’est justement ce moment-là que son mari a choisi pour la quitter, pour aller dans les bras d’une blonde bien plus jeune qu’elle. Et comme si cela ne suffisait pas, après quelques mois à repousser un petit contrôle de rien du tout chez le médecin, elle découvre qu’elle a un cancer du sein et pour la soigner, il faudra lui enlever son sein droit. Bref, on ne peut pas dire que la vie de Magda soit au plus beau fixe et pourtant, malgré tout ça, Magda croit encore en l’avenir et c’est avec une force et une énergie toute positive qu’elle essaie de transformer ses malheurs en bonheur…

Jolie surprise que ce « Ma Ma« , qui est pourtant à la frontière du trop. Je m’explique. Ce qui est très étonnant avec « Ma Ma« , c’est le choix de son réalisateur et scénariste d’offrir à son personnage principal un récit qui clairement relève du miracle. Sans trop en dévoiler, hormis ce qui est résumé plus haut, « Ma Ma » est un drame qui aurait très bien pu être risible, tant le destin de son personnage est poussé jusqu’au bout de ce que l’on pouvait faire, car entre cancer, chômage, amour perdu et plus encore, Julio Medem aurait premièrement très bien pu nous étouffer, tirant en permanence sur la corde de l’émotion et deuxièmement nous faire rire, tant, et je me répète, c’est trop au point d’en être presque pas crédible.

Mais voilà, petite étrangeté, « Ma Ma« , tout en tirant sur sa corde, est un film qui fonctionne et on peut même dire qu’il fonctionne très bien, puisqu’il se trouve être aussi sensible, beau, qu’émouvant et attachant. Et ça, on le doit à une mise en scène qui ne donne jamais dans le tire larmes. Une mise en scène simple, juste et surtout très lumineuse. Oui, malgré le comble de malheur qui s’abat sur cette femme, à aucun moment Julio Medem ne sombre dans quelque chose de lourd, dans quelque chose de rébarbatif. Non, le réalisateur a toujours le ton juste, le ton « beau », et c’est avec plaisir, tristesse et injustice qu’on suit les décisions de cette femme qui ne cesse de surprendre, et finalement, si l’on est touché et ému, c’est par ses personnages et leur façon de réagir et non pas parce que le réalisateur aura appuyé tel ou tel malheur.

Mais cette mise en scène ne fait pas tout non plus, et si « Ma Ma » se trouve être aussi sensible et lumineux, c’est aussi et surtout grâce à la composition de Penelope Cruz qui campe l’un de ses plus beaux personnages. Belle, incroyablement belle, osant aller aussi bien dans le drame que la comédie, avec un sujet aussi dur, la comédienne démontre encore une fois qu’elle est une très grande actrice. Une actrice qui sera capable d’être émouvante dans un silence, comme dans un sourire. Il y a quelque chose de délicat et de sincère qui se dégage de la comédienne, on sent vraiment qu’elle comprend son personnage. On notera qu’elle est aussi entourée d’un sacré joli casting, avec notamment un Luis Tosar étonnant.

« Ma Ma » est donc un joli petit film que j’ai découvert un peu par hasard et je ne le regrette pas. Si d’un côté, on peut lui reprocher un scénario presque rocambolesque, tant c’est trop, de l’autre, Julio Medem, accompagné de sa comédienne, ont su trouver le ton juste pour raconter cette histoire et nous émouvoir. Bref, un joli portrait de femme, de mère, doublé d’un beau combat contre la maladie.

Note : 15/20

Image de prévisualisation YouTube

Par Cinéted

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Facebook : Lavisqteam.fr – Contact: lavisqteam@laposte.net