En Eaux Troubles – Jason Cousteau

Titre Original : The Meg

De : Jon Turteltaub

Avec Jason Statham, Bingbing Li, Cliff Curtis, Rainn Wilson, Ruby Rose

Année: 2018

Pays: Etats-Unis

Genre: Thriller, Action

Résumé:

Au cœur de l’océan Pacifique, le sous-marin d’une équipe de chercheurs a été attaqué par une créature gigantesque qu’on croyait disparue : le Megalodon, un requin préhistorique de 23 mètres de long.
Le sauveteur-plongeur Jonas Taylor doit risquer sa vie pour sauver les hommes et les femmes prisonniers de l’embarcation… et affronter le prédateur le plus terrible de tous les temps.

Avis :

Dans la famille des bons petits artisans du cinéma qui nous divertissent régulièrement mais dont le nom n’est pas si connu que ça, je demande cette fois-ci Jon Turteltaub. Oui Jon Turteltaub… Ce nom ne vous dit pas grand-chose ? Pourtant, c’est un réalisateur qui exerce depuis maintenant presque trente ans et on lui doit bon nombre de succès. On commencera par le culte et indémodable « Rasta Rockett » ou encore « Instinct » avec Anthony Hopkins, « Phénomène » avec Travolta ou encore la franchise « Benjamin Gates« . Bref, un cinéma de divertissement honnête qui n’a pas d’autre but que de nous amuser. Après l’échec que fut « Last Vegas » sorti en 2013, nous n’avions plus de nouvelles de Jon Turteltaub, si ce n’est à la production de séries télé. Puis voilà qu’après cinq années d’absence, le réalisateur est de retour avec un film de requin.

Cela fait quelques années que le film de requin est à la mode, même si c’est bien plus souvent à la sauce nanar qu’on le trouve, mais faire un nanar n’était pas le but de Jon Turteltaub. Non, lui nous revient avec un film de requin qui se veut fun, tout en étant bien fait, et si ça ne vole pas bien haut, on peut dire que cette « En eaux troubles » est plutôt réussi. Débile et amusant, même s’il lui manque beaucoup pour entrer dans la légende, En eaux troubles fait son taf et c’est déjà très bien.

Une équipe de scientifiques à trois cent kilomètres des côtes de la Chine fait une découverte exceptionnelle. Et oui, alors que le monde pensait avoir trouvé depuis des années les fonds marins les plus profonds, cette équipe vient de découvrir de nouvelles profondeurs bien cachées. Tout un monde s’ouvre alors à eux. Un monde avec un écosystème encore protégé et parmi ces merveilles se trouve le prédateur ultime. Un prédateur que l’on pensait disparu depuis deux cent millions d’années. Ce prédateur a un nom, c’est un mégalodon… Un requin d’au moins vingt-cinq mètres de long…

Une envie de petite bêtise bien conne au possible ? Une envie de voir Jason Statham se fighter avec un squale d’une vingtaine de mètres de long, le tout agrémenté de fun et d’humains qui se dégustent comme des sushis ? Alors malgré des défauts ne cherchez plus, car « Meg » (oui « En eaux troubles« , quel titre à la con) est fait pour vous. Ici, oubliez tout ce que vous savez, car tout est faux et le programme que nous réserve le dernier de Jon Turteltaub vaut son pesant de cacahuètes, alors accrochez-vous, car au programme vous trouverez :

– Un requin géant comme promis.

– Un corps-à-corps monstrueux entre l’homme et la préhistoire.

– De grands moments de bravoure et d’héroïsme.

– Un tsunami de clichés que c’en est finalement tordant.

– Du suspens.

– Des clins d’œil évidemment.

– Un Jason Statham plus charismatique que jamais prêt à aller en découdre.

– Des seconds rôles qui tiennent la route pour donner du « relief » à son héros.

– La romance et les traumatismes habituels et obligatoires.

– Et un final qui ne s’arrête pas.

Bref, tout ce que l’on avait envie de voir en allant découvrir un tel film, on le trouve et l’on s’amuse beaucoup à suivre cette intrigue incroyable dans tous les sens du terme.

Mais si le film a génialement ses bons points, et qu’on s’amuse de lui, de ce qui s’y passe ou encore de ses personnages, il faut aussi noter de petits points désagréables, comme par exemple un problème de rythme. Et oui, si l’on s’amuse tout du long, paradoxalement en son milieu, on commence à trouver le temps long. Sans que l’on s’ennuie, il y a quelque chose qui manque à ce film pour vraiment nous éclater. Car plus que de nous amuser, on avait surtout envie de s’éclater avec ce film. Un peu plus de punchlines de la mort qui tue, une caricature un peu plus poussée, un film peut être un peu moins lisse dans les attaques de son mégalodon, surtout vers la fin, qui dans un sens détient même un petit côté « Inspecteur Gadget ». Des petites choses qui finalement font passer ce bon petit film de requin dans une catégorie tout public. Une catégorie qui a ses codes et on aurait adoré que Jon Turteltaub ose bousculer ces codes et s’en amuser.

Après, comme je le disais, on ne passe pas un mauvais moment devant cette petite « bêtise de Proust », et c’est entre amusement et une pointe de déception qu’on quitte « Meg« . Bref, « En eaux troubles » est donc un bon petit film qui mérite son petit coup d’œil, doublé d’un bon petit plaisir coupable.

Note : 13/20

Image de prévisualisation YouTube

Par Cinéted

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Facebook : Lavisqteam.fr – Contact: lavisqteam@laposte.net