Le Prénom

De : Alexandre de la Patellière et Matthieu Delaporte

Avec Patrick Bruel, Charles Berling, Valérie Benguigui, Guillaume de Tonquédec

Année : 2012

Pays : France

Genre : Comédie

Résumé :

Vincent, la quarantaine triomphante, va être père pour la première fois. Invité à dîner chez Élisabeth et Pierre, sa sœur et son beau-frère, il y retrouve Claude, un ami d’enfance.
En attendant l’arrivée d’Anna, sa jeune épouse éternellement en retard, on le presse de questions sur sa future paternité dans la bonne humeur générale… Mais quand on demande à Vincent s’il a déjà choisi un prénom pour l’enfant à naître, sa réponse plonge la famille dans le chaos.

Avis :

Duo de scénaristes (et réalisateur pour l’un, puisque Matthieu Delaporte avait, dans les années 2000, réalisé « La Jungle« , une comédie avec Patrick Mille et Guillaume Gallienne) Alexandre De La Patellière et Matthieu Delaporte s’est fait un nom avant au théâtre avec leur pièce « Le prénom« . Si les deux scénaristes étaient déjà connus, c’est avec cette pièce de théâtre qu’ils décrochent les regards, et même les financements pour passer des planches à l’image.

Gros succès cinéma de l’année 2012, pour leur premier film en commun, les deux scénaristes désormais réalisateurs nous offrent une engueulade magistrale. Une de ces engueulades que personne n’a vu venir et qui restera sûrement dans le paysage du cinéma français comme un classique des années 2010. Doté d’un casting en or, Patrick Bruel en tête, d’une mise en scène dynamique et drôle, « Le prénom » oscille avec merveille entre humour noir, drame et critique sociale. Bref, une bien belle réussite pour ce premier film qui est indéniablement à découvrir.

Vincent, la quarantaine, va être père pour la première fois. Un soir, sa sœur Babou l’invite, ainsi que son meilleur ami, à un dîner chez elle et son mari. Ce jour-là, Anna, la femme de Vincent, a passé une échographie, et les deux parents savent désormais le sexe de leur enfant. Alors que la soirée avait tout pour être parfaite, la quête du prénom du futur fils de Vincent va alors être l’étincelle qui va mettre le feu aux poudres…

Petit bijou de comédie, ce premier film signé Alexandre De La Patellière et Matthieu Delaporte a bel et bien tous les ingrédients réunis pour trouver le succès. Très drôle, parfaitement rythmé et tenu, le scénario que tient les deux réalisateurs est une perle comme on en trouve que trop rarement dans la comédie française. Ce qui est merveilleux avec « Le prénom« , c’est le sens génial de l’écriture.

« Le prénom » est un film qui est fait de dialogues et les deux réalisateurs ont parfaitement su faire rebondir leur film, car finalement, ce prénom qui pose tant de problèmes n’est qu’une entrée. Une entrée géniale en elle-même, et qui amène vers un dîner tout aussi bon et un dessert absolument merveilleux. Un dessert qui scelle cette comédie (dramatique) comme l’une des plus merveilleuses qu’on ait pu avoir au cours de cette décennie 2010.

« Le prénom » est donc parsemé de rebondissements totalement inattendus, certains sont même voués à eux seuls à devenir culte. Divertissant, « le prénom » est un film qui est d’une richesse assez folle, arrivant toujours à renouveler cette engueulade magistrale, au point qu’on peut se demander jusqu’où elle va bien pouvoir se finir. Des dialogues savoureux, des piques tordantes, d’autres plus vachardes, des moments plus intenses, des retenues, des envolées, une mise en scène qui a de la gueule, ne lâchant jamais son rythme et son spectateur, on trouvera même du suspens, et le tout enfermé dans un appartement. Bref, on comprend le succès de la pièce de théâtre d’un côté, puis celui du film de l’autre, tant Alexandre De La Patellière et Matthieu Delaporte ont réussi leur pari.

Puis derrière l’humour toujours bien dosé, « Le prénom » peut aussi être un film qui est plus dramatique qu’il n’en a l’air, car si l’on s’amuse des personnages, quand on les décortique, finalement, ils sont plus tristes que drôles. On s’amusera aussi du côté politique que « Le prénom » tient. La gauche, la droite, le centre, par de petites vannes bien dissimulées par-ci par-là.

Enfin, si « Le prénom » s’est révélé être une bonne surprise, il a su encore plus nous surprendre en nous offrant un Patrick Bruel absolument démentiel. Cette troupe d’acteurs réunis est parfaite, Valérie Benguigui est touchante, tout comme Guillaume De Tonquédec. L’hystérie de Charles Berling est à mourir et la répartie de Judith El Zein est parfaite. Puis l’alchimie entre tous ces personnages animés par autant d’amour que de rancœur transperce l’écran. Mais malgré ce casting au top du top, c’est bel et bien Bruel qui ressort du lot, dans une prestation comme jamais il ne nous en avait offert jusque-là. Drôle et dramatique, naturel et inconscient, le comédien trouve-là le meilleur rôle de sa carrière.

Bref, la surprise est totale, alors même que le bouche à oreille était on ne peut meilleur. Pour leur premier film ensemble, Alexandre De La Patellière et Matthieu Delaporte offrent une comédie en or. On se marre du début à la fin, on est emporté par cette blague qui tourne au cauchemar et l’on suit ce « … prénom » avec autant de sourires amusés que des sourires catastrophés. Bref, c’est de la bonne et grande comédie.

Note : 17/20

Image de prévisualisation YouTube

Par Cinéted

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Facebook : Lavisqteam.fr – Contact: lavisqteam@laposte.net