Roulez Jeunesse

De : Julien Guetta

Avec Eric Judor, Laure Calamy, Brigitte Roüan, Ilan Debrabant

Année : 2018

Pays : France

Genre : Comédie

Résumé :

Alex, 43 ans, est dépanneur automobile dans le garage que dirige d’une main de fer sa mère. Un jour, il dépanne une jeune femme et passe la nuit chez elle, mais au petit matin elle a disparu lui laissant sur les bras trois enfants.

Avis :

Scénariste puis réalisateur, Julien Guetta a fait son petit bonhomme de chemin depuis plus d’une dizaine d’années. Un petit bonhomme de chemin qui l’a énormément amené sur les chemins du court-métrage, aussi bien pour lui que pour les autres. Si l’on regarde sa jeune filmographie de plus près, il n’y figure alors qu’un long-métrage (hormis le sien) au scénario, puisque c’est en partie à lui que l’on doit le scénario du « … petit locataire« , première comédie joliment réussie de Nadège Loiseau. Bref, donc de projet en projet, Julien Guetta a fini par arriver à son premier long-métrage, « Roulez Jeunesse« .

Dans les sorties de ce mois de Juillet 2018, on ne peut pas dire que « Roulez jeunesse » faisait partie des attentes du mois. D’ailleurs, avant que la bande-annonce ne tombe, on n’en avait pas entendu parler, et le film fut une agréable, très agréable, surprise. Bien plus dramatique que comédie, même si l’on se marre bien, « Roulez Jeunesse » est surtout un film sensible, qui propose un très beau portrait de personnage, tenu par un Eric Judor impeccable.

Alex a quarante-trois ans et on ne peut pas dire que sa vie soit incroyable. Dépanneur automobile, il travaille pour sa mère. D’ailleurs, en parlant de sa mère, il faut savoir qu’Alex vit dans une sorte de garage aménagé dans le jardin de sa mère. Alex, qui parfois oublie de grandir, a aussi un gros problème, il a bien du mal à dire non. Et c’est justement ce manque d’audace à dire non qui va faire basculer sa vie, quand ce dernier ramène une cliente chez elle. Après une nuit « agitée » et décevante, Alex, célibataire sans enfant de quarante-trois ans, se retrouve à devoir s’occuper de trois enfants, car la mère avec laquelle il a passé la nuit, a purement et simplement disparu…

Parfois, il y a des films qu’on ne voit pas du tout arriver et « Roulez jeunesse » fait clairement partie de ceux-là. Partagé entre humour et drame, le premier film de Julien Guetta se trouve être bien loin de ce que l’on pouvait s’imaginer. Et oui, si jamais vous cherchiez un film qui enchaînerait les gags sans vraiment de scénario et avec la seule ambition de vous faire rire, alors passez votre chemin, car le film de Julien Guetta est bien loin de cela. Certes, « Roulez jeunesse » détient des moments vraiment drôles et propose parfois des situations plutôt cocasses, mais le cœur du film est bien plus un très beau drame qu’autre chose.

Derrière la petite comédie et les amusements, « Roulez jeunesse » est avec un film qui aborde avec beaucoup de gravité et de justesse deux thèmes lourds, le passage à l’âge adulte d’un côté et l’abandon familial de l’autre. Et c’est avec ces deux sujets-là que le film surprend et se fait prenant. Très bien écrit, c’est avec plaisir qu’on suit l’évolution du personnage d’Alex, qui en quelques jours va bien plus apprendre sur lui, les autres, et même l’avenir, qu’en quarante-trois ans. Parfaitement tenu, le scénario de ce côté-là est simplement impeccable, proposant une évolution nuancée, faite de petits riens qui rendent le personnage de plus en plus touchant. Un personnage qui est ici tenu par un Eric Judor bluffant. Un Eric Judor qui sort de sa zone de confort et saura aussi bien nous faire rire avec ses vannes très bien venues, que nous toucher quand son personnage demande bien plus d’implication. Bref, on découvre Eric Judor sous un autre angle et dans un sens, c’est peut-être bien son meilleur rôle jusqu’à maintenant.

De l’autre côté, « Roulez jeunesse » est un film qui aborde l’abandon de la famille, les foyers, et les enfants livrés à eux-mêmes et toutes les dérives et autres dangers qui peuvent en découler. Là encore, le film est touchant et surtout bluffant, car on n’attendait pas des sujets aussi graves dans une « comédie » où l’on trouve Eric Judor. Ce qui est bien et beau avec ce film, et ses sujets, c’est le fait que Julien Guetta n’en fasse jamais trop. Le jeune réalisateur a parfaitement su trouver le ton juste pour nous faire autant sourire que nous émouvoir.

« Roulez jeunesse« , sous ses airs de comédie typiquement française, est très loin de sa bande-annonce finalement. Plus grave, plus dur et plus triste que comique (même si, je le redis, parfois, on se marre bien), pour son premier film, Julien Guetta étonne et livre un premier essai qui offre de jolies promesses pour la suite !

Note : 14/20

Image de prévisualisation YouTube

Par Cinéted

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Facebook : Lavisqteam.fr – Contact: lavisqteam@laposte.net