Skyscraper

De : Rawson Marshall Thurber

Avec Dwayne Johnson, Neve Campbell, Chin Han, Roland Moller

Année: 2018

Pays: Etats-Unis

Genre: Action

Résumé:

Ancien chef du commando de libération des otages du FBI et vétéran de l’armée américaine, Will Sawyer est désormais responsable de la sécurité des gratte-ciels. Alors qu’il est affecté à Hong Kong, il est accusé d’avoir déclenché un incendie dans la tour la plus haute et réputée la plus sûre du monde … Considéré comme fugitif, Will doit retrouver les criminels, prouver son innocence et surtout sauver sa femme et ses deux enfants prisonniers du bâtiment en flammes…

Avis:

Rawson Marshall Thurber, ce nom ne vous dit rien… Et c’est normal, car si le réalisateur est loin d’être un débutant, il fait partie de ces artisans du cinéma divertissant d’Hollywood, dont finalement on n’entend jamais parler. Rawson Marshall Thurber est un réalisateur américain dont « Skyscraper » est le cinquième film. Dans les réalisations de Rawson Marshall Thurber, on mentionnera son premier, le délirant « Dodge Ball« , ou encore « Les Miller, une famille en herbe » avec notamment Jennifer Aniston et Jason Sudeikis. Nous n’avions plus de nouvelles de Rawson Marshall Thurber depuis l’échec de son dernier film, « Agents presque secrets« , déjà avec Dwayne Johnson, sorti en 2016.

Après s’être donné à la comédie, le réalisateur a cette fois-ci décidé de passer à l’action et pour cela, il nous a imaginé une sorte de « Piège de cristal« , mélangé à une « Tour infernale« , le tout servi avec un Dwayne Johnson handicapé d’une jambe en moins. Comédie involontaire, presque nanar de luxe, « Skyscraper » vaut son détour pour son scénario invraisemblable et surtout la testostérone d’un Dwayne Johnson encore plus incontrôlable que jamais ! Franchement, ça ne tient pas une seconde la route, c’est con au possible et finalement, qu’est-ce qu’on se marre… Bref, je crois bien qu’on tient là un plaisir coupable !

Il y a dix ans de cela, Will Sawyer faisait partie d’une unité d’élite du FBI. Mais à la suite d’un « accident », il est aujourd’hui responsable de sécurité. Son nouveau poste se tient à Hongkong, où un magnat a défié la gravité et construit une tour haute d’un kilomètre. Une tour à la pointe de la technologie, mais malheureusement, quelques jours avant l’ouverture des étages supérieurs, un commando met le feu à la tour. Que veut ce commando ? Mais le vrai problème de Will n’est pas là, puisque sa famille se trouve piégée dans la tour. Will va alors tout mettre en œuvre pour sauver sa femme et ses enfants, tout en se frottant à ce commando et découvrir ce qu’ils veulent…

Avec « Skyscraper« , je pense qu’on tient là l’une des Palmes d’or de l’année ! Un petit bijou où toute réalité, logique et cohérence sont alors oubliées, pour ne laisser qu’un divertissement, un spectacle où le but est de faire sourire, et même rire son spectateur. « Skyscraper » est le film qui ne peut être pris au sérieux, tant tout, mais absolument tout, est tiré par les cheveux.

Ne cherchez donc pas un scénario élaboré, puisque celui de « Skyscraper » tient sur un post-it. Mais un post-it qui n’est que divertissement, action, spectacle, grandiose, rythme, rebondissements rocambolesques et autres moments de bravoure incroyables, dont désormais seul Dwayne Johnson a le secret.

Ce qui est très étrange avec ce film, c’est que malgré son côté terriblement poussif, il y a quelque chose qui fait que malgré tout, ça fonctionne quand même. « Skyscraper » est un film qui marche et amuse, et finalement offre un moment de cinéma plutôt divertissant. Un moment de cinéma qui malgré son poussif, ne tombe pas dans le grotesque, ce qui aurait pu être très facile, tant la limite entre le poussif et le grotesque est plus que proche.

On notera toutefois que le film a de réels bons points. « Skyscraper » est un film qui a vraiment de la gueule. Il est vrai que pour ce film, Rawson Marshall Thurber nous a sorti l’artillerie lourde et d’un point de vue spectacle, les effets spéciaux sont excellents. Que ce soit avant l’incendie ou pendant, le film assure le show et remplit son cahier des charges.

Autre bon point, c’est qu’en plus d’y retrouver Dwayne Johnson (qui a décidément un très gros capital sympathie), on retrouve la trop rare Neve Campbell. Alors certes, l’actrice a un petit rôle et ce dernier est cliché au possible, mais on doit dire que ce fait toujours plaisir de revoir Neve Campbell sur un écran.

Complétement con et improbable, incohérent et très loin de toute réalité, « Skyscraper » est donc ce que l’on appelle un vrai plaisir coupable. Faisant le minimum question écriture, ce blockbuster estival s’éclate dans l’offre d’un spectacle, et il se laisse regarder avec des sourires. Bref, c’est con, mais ça fonctionne l’espace de la séance au moins.

Note : 12/20

Image de prévisualisation YouTube

Par Cinéted

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Facebook : Lavisqteam.fr – Contact: lavisqteam@laposte.net