Fleuve Noir – Cassel à la Dérive

De : Erik Zonca

Avec Vincent Cassel, Romain Duris, Sandrine Kiberlain, Elodie Bouchez

Année : 2018

Pays : France

Genre : Thriller

Résumé :

Au sein de la famille Arnault, Dany, le fils aîné, disparaît. François Visconti, commandant de police usé par son métier, est mis sur l’affaire. L’homme part à la recherche de l’adolescent alors qu’il rechigne à s’occuper de son propre fils, Denis, seize ans, qui semble mêlé à un trafic de drogue. Yan Bellaile, professeur particulier de Dany, apprend la disparition de son ancien élève et propose ses services au commandant. Il s’intéresse de très près à l’enquête. De trop près peut-être…

Avis :

Erik Zonca est un réalisateur français au parcours particulier. De vingt à trente ans, il bourlingue et vit à l’étranger, notamment à New-York. Puis de retour en France, il travaille sur les émissions d’Arthur. S’essayant au cinéma par le biais du courts-métrages, il y a prend goût et finit par réaliser son premier film en 1998 à l’âge de quarante-deux ans. Instantanément culte, « La vie rêvée des anges » reçoit même le César du meilleur film cette année-là. Depuis, c’est entre petits succès, travers et publicité qu’Erik Zonca vit depuis vingt ans.

Après l’injuste échec de « Julia« , Erik Zonca aura bien eu du mal à faire un nouveau film et passer à autre chose. S’il a bien réalisé un téléfilm pour Canal +, pour revoir un film d’Erik Zonca au cinéma, il aura fallu attendre dix ans. Mais nous y voilà, « Fleuve Noir » est sorti et autant dire que malgré les critiques on ne peut plus négatives, j’étais tout excité. Son casting flamboyant, sa bande-annonce sombre, un polar signé Zonca, les retrouvailles de Duris/Cassel ou encore Zonca/Bouchez … Bref, tout laissait présager un sacré bon moment de cinéma, mais au final, malgré une intrigue intéressante et certains personnages passionnants, « Fleuve Noir » est une belle et amère déception !

Le fils de la famille Arnault, Dany, seize ans, a disparu. C’est le commandant François Visconti qui est mis sur l’affaire. Bon flic, même si alcoolique, très vite pour le commandant, un homme se détache du lot. Cet homme, c’est Yan Bellaile, un professeur de français avec qui le jeune Dany avait l’air d’avoir liés des liens particuliers. Pourquoi cet homme s’intéresse-t-il autant à cette disparition ? Pourquoi est-il si étrange ?

Déception, mais quelle déception que ce « Fleuve Noir« . Il y avait tellement d’éléments pour que le film soit bon, tellement d’intrigues et de pistes sur lesquelles il aurait pu partir. Il y avait tellement d’autres cordes à utiliser que celles qu’a choisies Erik Zonca pour nous raconter cette histoire.

Si l’on prend dans les grandes lignes, « Fleuve Noir« , c’est un polar très sombre qui peut remplir son cahier des charges. Une disparition, un suspect, une enquête, un suspens, et le tout tenu par de grands comédiens. On ajoutera à cela que le film peut se vanter d’avoir une photo sublime, une atmosphère bien tenue, et même certaines idées de mise en scène (qui mettent mal à l’aise, certes) qui ont de la gueule. Mais voilà, derrière cette intrigue qui peut tenir la route, le film accumule les clichés tous plus gros les uns que les autres. Des clichés qui finissent par agacer, et même parfois tournent le tout en ridicule difficilement supportable, et là, tout particulièrement, on va s’arrêter sur le personnage tenu par Vincent Cassel. Flic alcoolique, dépressif, cradingue, agressif avec tout le monde, et qui a des soucis avec sa hiérarchie comme dans sa vie de famille (tout ce qui tourne autour de son fils ne sert à rien ici), le personnage est une crise d’hystérie qu’on a bien du mal à arrêter pendant tout le film. Détestable au possible, cette espèce de show ininterrompu finit par nous essouffler et l’on attend que le film passe sur d’autres personnages, histoire d’avoir quelque chose d’intéressant à se mettre sous la dent. Ce personnage, tenu par un Vincent Cassel par conséquent insupportable, a donc le don de casser tout ce qui est bon dans ce film. Malgré un personnage ô combien passionnant tout en nuances tenu par un Romain Duris incroyable de crédibilité, dans un rôle qui était très loin d’être facile. Malgré tout, le reste du casting excelle, Sandrine Kiberlain, Elodie Bouchez, Lauréna Thellier.

Malgré une ambiance tendue, des scènes prenantes et marquantes, malgré le mystère autour de la disparition du jeune homme, on ne retient désagréablement que Vincent Cassel et ce rôle et c’est vraiment dommage.

« Fleuve Noir » est donc une belle déception. Intéressant, malgré certains clichés, tenu par une intrigue qui arrive à convaincre, c’est triste que tous ces bons éléments soient ainsi brisés par un acteur et un personnage qui est tout sauf nuancé, crédible et agréable. Bref, c’est vraiment dommage.

Note : 7,5/20

Image de prévisualisation YouTube

Par Cinéted

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Facebook : Lavisqteam.fr – Contact: lavisqteam@laposte.net