Tellement Proches

De : Eric Toledano et Olivier Nakache

Avec Vincent Elbaz, Isabelle Carré, François-Xavier Demaison, Audrey Dana

Année : 2009

Pays : France

Genre : Comédie

Résumé :

Famille : Groupe de personnes réunies par des liens de parenté et un fort sentiment de solidarité morale et matérielle. Quand Alain a épousé Nathalie, il ne savait pas qu’il épouserait aussi sa famille. Ce samedi, comme toutes les semaines, ils sont invités à dîner chez son beau-frère, Jean-Pierre à Créteil. Mais ce soir, plus que d’habitude, Alain est à bloc, il bout comme une cocotte prête à exploser. Il en a marre, marre de se planter à chaque fois sur le chemin pour aller à Créteil, marre de se taper les petits conseils de vie de Jean-Pierre et de sa femme Catherine qui élève ses enfants comme des chevaux, marre d’attendre de dîner l’estomac vide en regardant les spectacles soporifiques de leur fille Gaëlle, marre de regarder pour la énième fois la vidéo de leur mariage, marre aussi de son autre belle-soeur Roxane, qui, affolée par son horloge biologique, a jeté son dévolu sur Bruno, jeune interne en médecine qui se demande un peu comment il a atterri à ce dîner. C’est vrai, Alain en a marre de ces dîners familiaux, mais il ne sait pas encore ce qui l’attend véritablement ce soir-là… Ni les jours qui suivent.

Avis :

En deux films, Eric Toledano et Olivier Nakache ont fait bien plus que se faire remarquer. Si « Je préfère qu’on reste amis … » demeurait un joli petit film oubliable mais qui avait su trouver son petit succès, les deux réalisateurs nous ont offert « Nos jours heureux » qui a largement dépassé le million de spectateurs. Un très joli score surtout pendant les années 2000, où les salles de cinéma étaient très loin d’être pleines face au téléchargement qui explosait. Trois ans après « Nos jours heureux« , Eric Toledano et Olivier Nakache sont de retour, et après avoir analysé les amitiés et les colonies de vacances, c’est à la famille qu’ils s’attaquent, avec ce qui demeure encore aujourd’hui l’un de leur meilleur film.

Portrait aussi drôle qu’il est touchant, « Tellement proches« , sous ses traits de comédie, est un petit requiem d’amour. Un petit requiem qui fait qu’au départ, vu le bordel ambiant, on se dit qu’on détesterait faire partie de cette famille de dingues et qu’au final, ils deviennent tous essentiels et on a bien du mal à se passer d’eux.

Quand Alain a épousé Nathalie, il était loin de se douter qu’il épousait sa famille entière. Des années plus tard, un fils turbulent plus tard, Alain n’en peut plus de ce train-train quotidien et surtout de cette famille toujours plus envahissante. Ce samedi soir-là, comme beaucoup d’autres, Alain et Nathalie sont invités à Créteil pour dîner chez Jean-Pierre et Catherine. Ce samedi soir-là, Alain sature et ne compte pas faire d’effort. Il entend déjà les remarques de Catherine sur sa vie ou les enfants. Il sait déjà qu’il va se taper le petit concert soporifique de sa nièce. Il entend encore plus les conseils de Jean-Pierre, petit avocat de bas étage. Et il sait qu’il va être soûlé par Roxanne, la cadette de la famille, qui désespère de ne pas avoir construit une vie comme son frère et sa sœur. Mais ce samedi soir-là, Alain était très loin de se douter que sa saturation arrivait à bout et que bientôt sa vie, comme celle des autres membres de cette famille, allait changer…

Qu’ils sont forts ces deux-là ! Troisième film du duo Nakache/Toledano et encore une fois, c’est une très belle réussite. « Tellement proches » est un film qui porte parfaitement son titre. C’est un film qui, plus on avance dans cette intrigue, plus on apprend à connaître ces personnages tous hauts en couleurs, tous plus ou moins barges, et surtout tous plus attachants les uns que les autres, fait qu’au final, quand on les quitte, nous qui ne voulions pas entrer dans cette famille, on se sent tellement proche d’eux. C’est un petit coup de génie !

Dans sa construction, « Tellement proches » n’a rien de vraiment extraordinaire, ou plutôt d’innovant. Non, quand on regarde ce film, en surface, il a tout de la petite comédie française lambda. C’est bien fait, bien filmé, bien monté, avec un très bon sens du rythme et de la comédie, mais dans l’ensemble, on a déjà vu ce film. Mais alors pourquoi ce dernier fonctionne-t-il si bien, au point d’en être l’un des meilleurs films du duo ? Et bien tout simplement pour la finesse et les nuances de la peinture de cette famille pas comme les autres et en même temps, qui ressemble à tout le monde. Oui, c’est bien-là que le film de Nakache et Toledano fonctionne le mieux, et ça on le sait dès le début.

Les deux réalisateurs, qui sont aussi les scénaristes de tous leurs films, ont su trouver les mots et les maux justes pour faire de cette famille dysfonctionnelle, mais qui déborde d’amour, une famille qui ressemble à tout le monde. Jouant parfaitement entre le drame et la comédie, « Tellement proches » est parfois drôle, d’autrefois hilarant, (le coup de la poêle, je ne m’en suis jamais vraiment remis ou encore tout ce qui est fait autour du personnage d’Audrey Dana et surtout les yeux de son mari divinement incarné par François-Xavier Demaison qui n’en peut plus, vraiment) puis d’autres fois encore, il est très touchant, et ça, même quand il est drôle. Tout le travail sur le personnage hystérique de Joséphine de Meaux (oui encore elle) est plus qu’amusant, et en même temps, si touchant dans sa détresse. Puis il y a ce final, totalement inattendu, qui met une saveur encore plus belle à l’ensemble. Si le film avait su fonctionner jusqu’ici, ce final clôture le tout et fait passer « Tellement proches » de la sympathique comédie très réussie à l’un des plus beaux films du duo.

« Tellement proches« , c’est donc un savoureux mélange d’humour et de tendresse. C’est des situations, des répliques et des personnages inoubliables. C’est une troupe d’acteurs géniaux qui s’éclatent à incarner toute cette folie douce. Eric Toledano et Olivier Nakache ont vraiment un don pour nous amuser (avec des sujets parfois difficiles, le temps qui passe, la religion, l’amour et la famille ici), autant qu’ils sont capables de nous entraîner dans un tourbillon d’émotions et ce film en est la digne preuve.

Note : 17/20

Image de prévisualisation YouTube

Par Cinéted

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Facebook : Lavisqteam.fr – Contact: lavisqteam@laposte.net