Le Bleu du Ciel

Auteur : Kara

Editeur : Soleil

Genre : Fantastique

Résumé :

Le Diable doit revenir à l’aube du 3e millénaire pour annoncer la fin du monde. Mais un décalage dans le calendrier chrétien la fait revenir en fait en 1997. Oui, la fait revenir. Le Diable est une femme, Déborah Lucifer. Et c’est une autre femme, Lilith, vampire de son état, qui l’accueille à son retour et lui annonce qu’il lui faut attendre 3 ans avant de passer à l’acte. Lilith propose à Déborah de profiter de ces 3 ans pour découvrir ce que sont devenus les hommes pendant les 1500 ans de son absence. Mais certains ne l’entendent peut-être pas de cette oreille…

Avis :

Le bleu du ciel est une trilogie incroyable pour plusieurs raisons : les dessins sont d’une beauté à couper le souffle, tout en formes, couleurs vives et détails impressionnants ; l’histoire allie éléments surnaturels, religions et légendes ; les personnages sont beaux aussi bien à l’extérieur qu’à l’intérieur ; et le discours, loin d’être moralisateur, sublime une idéologie intéressante avec des arguments et exemples dignes d’un livre philosophique. L’auteur Kara marque ici une œuvre grandiose mais bien particulière qui ne plaira pas à tout le monde.

Effectivement, les actions se font rares au fur et à mesure des tomes qui mettent plutôt au premier plan la religion et des paroles philosophiques sur l’humanité et ses croyances. Ce rythme n’est pas du tout dérangeant tant l’intrigue principale est captivante, donnant sans cesse de multiples révélations pour sustenter le lecteur avide. Le tome 3 est celui qui est le plus prenant, le tome 2 est une vraie transition et frustre tant on veut savoir la suite alors que le tome 1 est une belle mise en place.

Le premier tome nous présente les personnages principaux : Lilith, une vampire maladroite et attachante, curieuse, immortelle, qui s’est intéressée à l’histoire dans son ensemble et qui a participé à certains faits historiques majeurs ; Tristan, l’assistant de Lilith qui est prêt à la suivre dans ses entreprises les plus folles et qui d’une drôle de nature ; Déborah, rien de moins que le Diable et Salomé, une démone qui l’accompagne. L’arrivée du Diable est magique et introduit le thème de la trilogie : le jugement dernier. L’humanité passera-t-elle les tests et survivra-t-elle ? Kara traite des humains avec beauté et parle d’eux avec amour. De plus, la féminité est mise en avant dans cette trilogie et d’une magnifique manière. Les personnages sont intelligents, loin des clichés des créatures surnaturelles que l’on rencontre habituellement et font montre d’une grande sagacité.

Le tome 1 se termine par de belles scènes de bataille contre des femmes à l’allure d’amazone accompagnées d’armes immenses, bien plus grandes qu’elles. Les armes de cet univers sont tout simplement uniques et semblent féeriques. Cela donne à l’univers une dimension davantage fantasmagorique et totalement folle, à l’image de l’épée de Zack dans les jeux vidéo Final Fantasy. Les derniers cadres de ce tome révèlent un aspect de Tristan auquel le lecteur ne s’attend pas. Le suspens est à son comble !

Le tome 2 s’intéresse davantage au passé de Lilith qui a frayé du côté de Jérusalem à l’époque où les débuts de la religion chrétienne faisaient rage dans le monde romain. L’auteur a réinventé l’Histoire, notamment celle de Jésus, et ce, d’une belle manière, en liant sa vie à celle de notre vampire et donnant à cette dernière un rôle non négligeable dans la mise en place de son mythe. Les sujets abordés sont complexes, liés à la foi, à l’utilité de la religion, aux desseins de l’humanité et à la dualité Diable/Dieu. Un esprit ouvert est nécessaire pour apprécier pleinement ce tome.

Le tome 3 conclue la trilogie avec grâce et fougue. On en apprend davantage sur le passé tumultueux de Lilith qui a participé à des expériences proches de celles du bien tristement connu docteur Frankenstein ; on en apprend également davantage sur les desseins de Dieu, qui est une femme ; on en découvre plus sur le passé du Diable qui a voulu aider les Hommes en s’exilant aux Enfers et on comprend pourquoi Salomé souffre et quelle est sa quête. La conclusion de ce tome est belle, pleine d’espoir et peut-être même utopique. Le titre de la trilogie prend tout son sens à la dernière page, laissant au lecteur un sentiment de plénitude et d’apaisement bienvenue qui lui permettra de réfléchir et de penser à tout ce qu’il vient de lire tranquillement.

Le bleu du ciel n’est pas à mettre entre n’importe quelle main. Elle demande une ouverture d’esprit indéniable de par les sujets abordés, et une curiosité prononcée étant donné les réflexions abordées et les points de vue intéressants de l’auteur. Cette trilogie est un savoureux mélange entre plusieurs styles, en passant par du fantastique, du féérique, du presque-steampunk, du religieux, du philosophique, et de l’aventure. Une belle lecture qui ne laissera pas non plus indifférent visuellement. Le style de dessin de Kara se rapproche de la culture japonaise, rajoutant un côté manga qui sied bien à cette trilogie.

Note : 18,5/20

Par Lildrille

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Facebook : Lavisqteam.fr – Contact: lavisqteam@laposte.net