Un Couteau Dans le Cœur

De : Yann Gonzalez

Avec Vanessa Paradis, Nicolas Maury, Kate Moran, Jonathan Genet

Année : 2018

Pays : France

Genre : Thriller

Résumé :

Paris, été 1979. Anne est productrice de pornos gays au rabais. Lorsque Loïs, sa monteuse et compagne, la quitte, elle tente de la reconquérir en tournant un film plus ambitieux avec son complice de toujours, le flamboyant Archibald. Mais un de leurs acteurs est retrouvé sauvagement assassiné et Anne est entraînée dans une enquête étrange qui va bouleverser sa vie.

Avis :

Yann Gonzalez est un réalisateur pour le moins atypique, dans le sens où son cinéma sort radicalement des sentiers battus. Réalisateur à la patte reconnaissable, il a suscité la curiosité dès ses premiers courts-métrages. Courts-métrages qui ont su autant fasciner que déranger. Puis il y a cinq ans de cela, Yann Gonzalez a présenté son premier film, « Les rencontres d’après-minuit« , drame tout à fait dans le style de son réalisateur. Le résultat ? Un film tranchant, autant aimé qu’il a pu être détesté. Pour ma part, je l’ai découvert il y a quelques mois, et je rentre dans la seconde catégorie.

Après avoir découvert la bande-annonce de ce second film, « Un couteau dans le cœur » était l’un des films qui piquait le plus impatiemment ma curiosité, mais malheureusement, c’est encore une nouvelle déception qui pointe le bout de son nez. Une déception qui laisse un goût amer, car le nouveau film de Yann Gonzalez est bourré de belles et bonnes idées. « Un couteau dans le cœur » est un film qui fait une proposition de cinéma, et si sur l’ensemble de son intrigue, on reste à côté tant celle-ci a bien du mal à convaincre, on lui gardera des scènes marquantes, une photo aussi belle qu’elle est dérangeante et encore une fin ouverte qui, si elle lorgne quelque peu sur « La chasse » de William Friedkin, demeure magistrale !

Paris, 1977, Anne est une productrice de films pornographiques gay. Alors qu’elle rencontre de très gros problèmes dans son couple qui n’est plus que le fantôme de lui-même, un matin, le corps d’un jeune garçon est retrouvé, sauvagement assassiné. Le jeune homme était l’un des acteurs d’Anne et si ce meurtre aurait pu être le fruit du « hasard », très vite, les comédiens des films d’Anne se font tous assassiner les uns après les autres.

Le premier long-métrage de Yann Gonzalez fut un véritable calvaire. Pourtant, malgré cela et c’est peut-être à cause de mon côté optimiste, j’étais tout à fait confiant face à ce « … couteau dans le cœur« . Le sujet, le casting, ou encore la bande-annonce, tout faisait mettre mes détecteurs en alerte et finalement, c’est encore une fois déçu que je ressors, sauf qu’à la différence des « … rencontres d’après-minuit« , le nouveau film de Yann Gonzalez a des éléments pour lui et même de très bons éléments.

La première chose qui frappe quand je repense au film de Yann Gonzalez, c’est sa patte, son grain, son ambiance. Il est clair que le réalisateur sait filmer, il sait créer des ambiances qui fascinent son spectateur, et ce « … couteau dans le cœur » accroche immédiatement. Son ouverture annonce la couleur, le film est glauque, acide et dur. Yann Gonzalez livre là un film bien plus accessible dans son intrigue et sa démarche que son précédent.

On reconnaîtra aussi à Yann Gonzalez d’essayer d’offrir un cinéma qui fait bouger les choses. Il y a ce quelque chose dans ce « … couteau dans le cœur » qui est plus qu’intéressant. La mise en scène est particulièrement prenante, et dégage énormément d’inventivité. Yann Gonzalez propose des choses, que ce soit dans ses plans, le montage de ses scènes, ou encore dans sa photographie, mélange ingénieux de couleur et de glauque qui arrive sans aucun mal à nous convaincre et à peindre le milieu dans lequel évolue son intrigue.

Mais voilà, si tout ce qui est technique est presque irréprochable, on ne pourra pas en dire autant en ce qui concerne ce que le réalisateur nous raconte. Si l’intrigue nous réserve de très bons moments, notamment tous les meurtres qui sont aussi cruels qu’esthétiques et terrifiants, pour le reste, il faudra repasser, tant cette intrigue sonne creux et laisse dubitatif. Une dubitation si grande que pour véritablement l’appuyer, le réalisateur ira même jusqu’à nous la raconter sur une voix off à la fin pour être sûr qu’on comprenne bien tout. Et même comme ça, certaines zones d’ombre demeurent et notamment la justification de ces meurtres qui se mélange au côté fantastique de l’histoire. Un mélange grotesque, qui perd plus qu’autre chose.

Puis enfin, et c’est sûrement avec plus de regrets encore que cette histoire tirée par les cheveux, que l’on constate ce casting très mal dirigé. Ou du moins tellement dirigé et poussé par son réalisateur, qu’on a bien du mal à s’accrocher à eux et plus encore, on finit par trouver ces acteurs plus que mauvais. Mention à Vanessa Paradis, d’ordinaire excellente actrice qui a bien du mal à s’en sortir, tout comme Nicolas Maury qui finit par être la caricature de lui-même.

Si « Un couteau dans le cœur » demeurera bien meilleur que « Les rencontres d’après-minuit« , on ne peut pas encore dire que c’est avec ce film que Yann Gonzalez arrivera à convaincre. Si la mise en scène est intéressante, son intrigue elle, laisse terriblement dubitative. Entre incohérences et interrogations, au final, on ressort du film de Yann Gonzalez avec plus de pourquoi que de satisfaction. Bref, c’est vraiment dommage.

Note : 08/20

Image de prévisualisation YouTube

Par Cinéted

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Facebook : Lavisqteam.fr – Contact: lavisqteam@laposte.net