octobre 29, 2020

Taken 2

affiche-francaise-taken-2_51cb6bb88e1f4

De : Olivier Megaton

Avec Liam Neeson, Maggie Grace, Famke Janssen, Leland Orser

Année : 2012

Pays : France

Genre : Action

Résumé :

Dans Taken, Bryan Mills, ex-agent de la CIA aux compétences si particulières, a réussi à arracher sa fille des mains d’un gang mafieux. Un an plus tard, le chef du clan réclame vengeance. Cette fois-ci, c’est après lui qu’ils en ont.

Avis :

C’est bien connu, quand un film marche, il faut nécessairement faire une suite. Et cela, même quand ce n’est pas écrit par avance ou que cela ne semble pas utile et probant. Si en plus, le film est français et cartonne aux States, il faut s’empresser d’en faire une suite pour essayer d’engranger un maximum de thunes. Et lorsque le producteur et scénariste n’est autre que Luc Besson, on s’attend bien entendu à quelque chose de maigre et de peu intelligent. Taken, réalisé par Pierre Morel était une bonne surprise. Décérébré, rapide, nerveux et plutôt bien mis en scène, le film était une franche réussite malgré un scénario famélique et improbable. Ayant fait un carton outre atlantique, le père d’Arthur a décidé de faire une suite à la tagline débile et a confié les rênes à Olivier Megaton, spécialiste de l’action française avec des acteurs américains. Alors quel est le constat ? Le film est-il à la hauteur du premier opus ? Allons voir cela de plus près.

taken2

Fais gaffe tu vas tuer le réalisateur !

Dans le premier film, on se souvient que c’est la fille du héros qui se fait enlever par un groupe albanais pour qu’elle travaille dans un bouge en tant que prostituée. Alors qu’elle se fait tirer par les pieds, elle décrit, avec une précision improbable son agresseur et surtout, un tatouage sur sa main. Le papa, un ancien agent de la CIA, se met en tête de la récupérer malgré les menaces du groupe. S’ensuit alors moult poursuites et bagarres, jusqu’à la découverte de sa fille (youpi !). Cet opus est donc a suite directe du premier métrage. On retrouve un ex agent de la CIA qui s’est reconverti dans la sécurité et qui essaye de renouer des liens avec sa femme et sa fille. En parallèle, on voit un vieil homme qui enterre des corps dont l’un de ses fils et il décide de lancer une vendetta contre cet homme qui a tant tué. En gros, la cible change, mais le propos reste toujours le même. Le problème, c’est que là où le premier était rapide, le second est mou dès le départ. On s’ennuie ferme devant les problèmes familiaux du héros et on ne comprend pas bien pourquoi son ex-femme et sa fille décide de le retrouver en Turquie pour des vacances, pays frontalier des troubles de la famille. D’ailleurs, le film ne sera qu’incohérences sur incohérences. On peut être dubitatif sur la méthode utilisée par Liam Neeson pour que sa fille puisse le retrouver, ou encore sur le sauvetage in extremis de sa femme (enfin, ex-femme… enfin, future ex-femme… euh, non… future femme qui fut son déjà son ex, c’est mieux !). La réalisation n’est pas mieux, et pourtant, Olivier Megaton est un spécialiste de l’action comme il l’a montré avec Le Transporteur 3 et Colombiana. Bon, il est vrai que les deux films ne sont vraiment pas terribles, mais on aurait pu s’attendre à mieux de la part de ce cinéaste. Les scènes d’action sont illisibles et ne rendent pas hommage au talent de l’acteur principal mais aussi des cascadeurs. On ne sait même pas comment meurt le dernier méchant avec la baston qui dure un peu plus longtemps. Bref, tout cela est bien faible et filmé avec les pieds.

Le casting aurait pu se limiter à Liam Neeson et Maggie Grace. En effet, ils sont les deux seuls personnages à avoir un peu d’ampleur. Bien entendu, ce bon vieux Liam est relativement charismatique et on le sent à l’aise dans ce genre de rôle de père protecteur qui casse la gueule à de la racaille, mais il n’est que l’ombre de ses capacités dans ce métrage. Maggie Grace, jouant la fille n’est pas terrible mais elle reste l’atout charme du film. Du coup, en ce sens, le spectateur va voir quelques petits sentiments pour elle. Rien de bien méchant cependant. Famke Janssen ne sert strictement à rien puisqu’elle passe le plus clair de son temps dans les vapes et demeure le poids mort du métrage. Pour faire simple, elle n’est là que pour prendre le chèque et apposé son nom sur l’affiche du film. Du côté des méchants, c’est la douche froide. Aucun n’est charismatique, jusqu’au dernier avec lequel le combat est un peu plus compliqué. Mais le pire dans tout ça, c’est réellement le père réclamant vengeance. Plutôt que de nous mettre un grand gaillard combattif, le scénariste a préféré mettre un vieillard acariâtre ressemblant à Jean-Jacques Debout, et qui ne possède aucune once de charisme. La fin est réellement ratée, n’annonçant rien de bon pour la suite, si ce n’est… une suite ! Et vu la qualité de cet opus, on ne languit pas forcément de voir un prochain épisode.

taken-2-trailer-clip

Pan, un flare dans la gueule !

Au final, Taken 2 est une bonne grosse déception. Déception à l’égard du premier qui était bien fendard et costaud, mais déception aussi à l’égard de tous les films d’action. Mal filmé, avec des scènes de baston dégueulasses, mais aussi et surtout avec une histoire familiale qui ne tient pas debout, on est face à une suite opportuniste qui n’apporte rien à l’histoire originale et qui n’est là que pour engendrer du blé. Pas étonnant que ce soit signé Luc Besson… Bref, un mauvais film d’action qui fait encore d’Olivier Megaton un réalisateur médiocre en termes de film de baston. Il faudrait qu’il s’essaye à autre chose.

Note : 06/20

Image de prévisualisation YouTube

Par AqME

TrasherNote de Trasher: 05/20 Mais quelle connerie…

AqME

Amateur d'horreur, Métalleux dans l'âme, je succombe facilement à des images de chatons.

Voir tous les articles de AqME →

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.