Sans un Bruit – Silent Blunt

Titre Original : A Quiet Place

De : John Krasinski

Avec Emily Blunt, John Krasinski, Millicent Simmonds, Noah Jupe

Année: 2018

Pays: Etats-Unis

Genre: Horreur

Résumé:

Une famille tente de survivre sous la menace de mystérieuses créatures qui attaquent au moindre bruit. S’ils vous entendent, il est déjà trop tard.

Avis:

Jason Blum est rapidement devenu le producteur le plus prolifique de tout Hollywood en ce qui concerne les films d’horreur. Ayant rapidement compris le concept du film à petit budget qui peut en rapporter beaucoup, on lui doit toute la nouvelle vague horrifique de ces dernières années. Pourtant, il n’est pas le seul sur le marché, puisque nous avons aussi Platinum Dunes, une boîte de production qui fut créée par un certain Michael Bay. Et étrangement, ce n’est pas pour faire des explosions à tout va. Avec cette firme, le réalisateur des Transformers a voulu faire des films d’horreur avec des budgets légers et nous a fourni quelques petites choses sympathiques comme American Nightmare, les deux Ouija (oui le premier est pourri) ou encore les remakes de Massacre à la Tronçonneuse et Vendredi 13. Un concurrent de taille pour Blumhouse et qui semble revenir en force cette année avec Sans un Bruit, un petit film d’horreur qui ne paye pas de mine sur le papier et qui pourtant va se révéler efficace.

Avec ce film, John Krasinski enfile trois casquettes, celles de producteur, réalisateur et acteur et il va prendre des risques en adaptant un scénario original, qui n’est issu d’aucun bouquin. Sans un Bruit est un film qui se déroule dans un futur proche où l’humanité est en voie d’extinction, la faute à des bestioles virulentes qui attaquent au moindre bruit. Avec sa famille, un homme tente de survivre dans ce monde hostile, et il va tout faire pour protéger sa famille dans une ferme qu’il a plus ou moins customisée. Le pitch de base du film est relativement simple et on pourrait croire que l’on va tomber sur énième Monster Movie sans âme et sans réelle patte. Ce qui ne sera pas forcément vrai. En effet, le scénario est très balisé et suit des sentiers battus, mais il va jouer intelligemment avec les sentiments des protagonistes et avec les différents bruits que l’on peut entendre autour de nous. John Krasinski va faire un travail très précis sur le son et livre même une introduction silencieuse, où le moindre bruit va prendre des proportions intéressantes. Il appuie cet état de fait avec un drame violent qui va survenir et qui va permettre d’appuyer sur le côté dramatique du métrage.

Car de drame, il en est question dans ce film où tout va se jouer autour de la famille. Sans véritablement spoiler, le film se base sur la perte d’un enfant et la volonté d’en avoir un nouveau pour redonner du sens à la vie. Sauf que ce décès va enclencher des réactions humaines logiques, comme la volonté du suicide chez une jeune fille sourde qui s’en veut d’avoir donné quelque chose à son défunt frère, ou encore d’un père mutique qui essaye pourtant de protéger sa famille. Tout le film se base sur les bruits, ou plutôt sur le silence, mais aussi et surtout sur l’empathie que l’on peut ressentir pour les personnages. Et cela marche vraiment grâce à ce début un peu longuet qui présente la famille dans la douleur, mais aussi dans son quotidien qui semble de plus en plus difficile. La force du film est que ces protagonistes sont humains et possèdent des réactions logiques de survie et d’adaptation. John Krasinski est terriblement touchant en père de famille qui cherche des solutions, tout comme Emily Blunt qui campe un rôle complexe, celui d’une femme enceinte qui ne doit pas faire de bruit. Mais les acteurs jouant les enfants sont encore plus forts, notamment Millicent Simmonds, sourde de naissance, qui donne un vrai relief à cette histoire et un écho véritable assez intéressant. Du coup, entre la véracité des personnages et les émotions que l’on ressent pour eux (notamment dû à la musique de Marco Beltrami), Sans un Bruit fonctionne parfaitement et les moments de tension sont d’autant plus efficaces.

Si le concept de base demeure assez maigre, le film va jouer avec nos nerfs plus d’une fois tout en étant très classique dans sa démarche. La seconde moitié du métrage bascule complètement dans le film d’horreur et se situe sur plusieurs champs. En premier lieu, il va y avoir une balade découverte pour le père et le fils, mais ils vont mal tomber, ce qui sera un apprentissage pour l’enfant. Ensuite, il y aura la fille sourde qui part seule sur la tombe de son défunt petit frère. Puis enfin, il y a la femme enceinte qui perd les eaux et qui va devoir faire face à un monstre qui entend ses gémissements. Jouant sur plusieurs tableaux, le film va alors prendre des allures de course contre la montre pour sauver tout ce petit monde. Maniant la caméra de façon habile, lui donnant toujours de lents mouvements pour créer du dynamisme, le réalisateur n’oublie pas non plus les passages horrifiques avec la présence insistante des montres. Déambulant comme des Boogeymen au sein de la maison, le cinéaste a l’intelligence de placer quelques moments inattendus sans pour autant avoir recours à des jump scare inutiles. Le son ne sert pas à faire sursauter, mais juste à créer la tension avant de faire intervenir le monstre. Du coup, on se retrouve avec quelques passages bien trouvés, bien troussés et sans être révolutionnaire, le film fait le job et offre ce que l’on était venu chercher, de la peur. Mais encore une fois, si cela fonctionne, c’est parce que l’on a pris le temps de présenter les personnages, de leur créer une identité et de ressentir des choses pour eux, afin de se mettre à leur place.

Au final, Sans un Bruit est un long-métrage relativement simpliste mais qui fonctionne à merveille et qui exploite au maximum son concept de base, le silence. Il s’agit d’un film qui est peut-être sans surprise mais qui remplit parfaitement son cahier des charges et qui ne pète pas plus haut que son cul, sachant rester simple mais efficace et toujours fidèle à son idée principale. Bref, nous sommes face à un film qui fait le taf et c’est déjà pas mal.

Note: 15/20

Image de prévisualisation YouTube

Par AqME

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Facebook : Lavisqteam.fr – Contact: lavisqteam@laposte.net