octobre 29, 2020

A Coup Sûr

De : Delphine De Vigan

Avec Laurence Arné, Eric Elmosnino, Didier Bezace, Valérie Bonneton

Année : 2014

Pays : France

Genre : Comédie

Résumé :

Elevée dans le culte de la performance et dans l’idée que toute compétence doit être optimisée, Emma est une jeune femme méthodique, volontaire et, en apparence, relativement sûre d’elle. Mais deux échecs consécutifs (réels ou supposés) lui laissent croire qu’elle a un vrai problème : elle est nulle au lit. Parce qu’elle est plus fragile qu’il n’y paraît, Emma décide donc de devenir… le meilleur coup de Paris !
Emma se lance alors dans la mise en œuvre d’un redoutable plan d’action (théorie, TP, validation des acquis…), lequel ne tarde pas à provoquer autour d’elle toute une série de malentendus et de catastrophes. D’une part, sa méthode ne s’avère pas très adaptée à son champ d’investigation et, d’autre part, Emma a sans aucun doute omis un détail : l’amour, lui, n’obéit à aucun plan.
Dans cette quête absurde et loufoque, Emma apprendra à lâcher prise, à perdre le contrôle et, au bout du compte, devra conquérir sa liberté.

Avis :

La France est une terre fertile pour le septième art. Du moins plus que nos voisins, si l’on regarde le nombre d’entrées dans les salles de cinéma allemandes par exemple. Mais le cinéma français reste une exception dans le monde, car malgré des débuts tonitruants avec les courts-métrages de Georges Méliès qui ouvraient grand la fenêtre pour faire du fantastique, c’est le côté prout-prout qui a gagné afin de faire des films dramatiques profondément dépressifs et chiants ou des comédies ringardes avec un fond sociétal pour faire bien. Et depuis quelques années maintenant, il semblerait que les producteurs ne fassent plus que ça, donnant aux cinéphiles une maigre récolte de films intéressants ou un tant soit peu sulfureux. La comédie est donc devenue un genre usée jusqu’à la moelle qui n’arrive plus à faire rire, sauf les moins difficiles. Prenons un exemple concret : A Coup Sûr.

Sorti en 2014, il s’agit du premier film de l’écrivaine Delphine De Vigan qui a déjà signé quelques œuvres littéraires comme No et Moi ou encore Les Heures Souterraines. Et si la littérature est un autre domaine que le cinéma, on peut se dire qu’avec son bagage culturel, elle peut amener quelque chose de différent et donc d’intéressant. Malheureusement pour nous, ce ne sera pas le cas, puisque A Coup Sûr va sombrer dans les abysses de tout ce qu’il ne faut pas faire dans une comédie, à savoir tenter de faire un sujet profond, le détourner en ridicule, et tenter à la toute fin de faire une morale sensible. Car oui, comme toutes les comédies françaises contemporaines, il faut un message, ici sur le culte de la performance sexuelle, pour pouvoir se permettre de faire faire n’importe quoi à ses personnages et offrir des situations qui sont plus gênantes que drôles.

Le film s’ouvre donc sur une jeune fille qui essaye de faire du ski nautique et dont le père la pousse pour faire une belle performance. Quelques années plus tard, cette jeune fille est rédactrice dans un magazine et la vie lui sourit, sauf la vie sexuelle. Elle sort alors avec son dentiste, mais il va rapidement la quitter car il la trouve inactive au pieu et elle va alors décider de prendre des cours pour s’améliorer. Très clairement, on se retrouve sur la base du culte de la performance que nous impose notre société, à vouloir produire plus vite, mieux, et donc être très efficace pendant l’amour. Enfin… l’amour, c’est vite dit, puisque le film va rapidement éluder toute question portant sur les sentiments et leur importance. Le métrage de Delphine De Vigan est clair, on parle de cul, rien que de cul. Mais le plus choquant n’est finalement pas son fond qui est assez ridicule en soi, mais bel et bien son ouverture avec une scène qui pourrait presque s’apparentait à une sorte de viol. En gros, le dentiste saute sur Laurence Arné, qui est au départ surprise, puis qui décide de succomber au sexe. Une introduction pour le moins maladroite, qui va permettre alors de lancer la jeune héroïne dans une quête improbable, devenir le meilleur coup de Paris.

A partir de là, le film va partir en vrille complet, tout en restant dans des rails scénaristiques évidents et des moments complètement abracadabrantesques. La jeune femme décide alors de s’entrainer au sexe avec le stagiaire de la boîte de rédaction, un geek complètement frappé du ciboulot qui fait des concours de photocopieuses. Elle prend aussi des cours de séduction avec une nana qui peut se faire n’importe qui. Elle va même voir un sexologue qui lui donnera lui aussi des cours. Bref, tout y passe, même l’acteur porno dont la femme est une institutrice de maternelle et rien ne vole bien haut dans ce film qui est complètement raté sur tous les points. En fait, le principal problème, outre le fond qui n’amène à rien, ni à aucune réflexion intéressante si ce n’est de ne pas rechercher la performance à tout prix, c’est que rien, absolument rien n’est drôle dans ce film. Que ce soit les dialogues, les mises en situation, les changements de personnalité, rien ne fonctionne d’un point de vue humoristique.

Tout comme rien ne va dans la mise en scène, l’éclairage ou encore le cadrage. Le film est très anecdotique et ne sera qu’une succession de champs/contre-champs avec des dialogues très souvent lourdingues. Certains plans seront même très maladroits, faisant passer le film pour un court-métrage de fin d’étude. La photographie est terne, il n’y a aucune recherche pour mettre en valeur certains plans ou personnages et l’ensemble se noie dans une sorte de linéarité qui devait être confortable pour la réalisatrice. Enfin, les personnages sont eux aussi relativement ratés. Ils sont soit dans la caricature, soit trop terre à terre et l’ensemble ne colle vraiment pas. On ne ressentira aucune empathie pour qui que ce soit, notamment à cause de caractères trop trempés ou trop hauts en couleurs, voire parfois insultant comme ce personnage geek ridicule. Il y a même un certaine mépris dans ce film pour certaines personnes, comme la quarantenaire jouée par Valérie Bonneton qui ne prend son plaisir que durant les enterrements et qui restera quelqu’un de négatif tout le film. Bref, tous les personnages sont complètement ratés et seul Elmosnino surnage dans ce marasme.

Au final, A Coup Sûr est une comédie complètement à côté de ses pompes. Il s’agit d’un film qui n’est ni drôle, ni intelligent et qui en plus de ça, peut se targuer d’avoir une mise en scène transparente, parfois mauvaise. Jouant son va-tout sur le physique sublime de Laurence Arné, le film sombre dans une parodie de comédie portant sur le sexe sans jamais en creuser le sujet et préférant survoler cela de façon frivole, désinvolte et parfois injurieux, oubliant même l’importance des sentiments. Bref, encore une comédie française complètement ratée.

Note : 03/20

Image de prévisualisation YouTube

Par AqME

AqME

Amateur d'horreur, Métalleux dans l'âme, je succombe facilement à des images de chatons.

Voir tous les articles de AqME →

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.