Sentient Horror – Ungodly Forms

Avis :

Le Death Métal est un genre qui est assez fermé et qui n’est réservé qu’à certaines personnes qui apprécient les chants en growl et les riffs brutaux qui défouraillent dans tous les sens. De ce fait, c’est un genre un peu underground, mais qui est énormément représenté par des groupes qui n’ont malheureusement pas la renommée qu’ils mériteraient. Si le genre est assez cosmopolite, on le retrouve surtout en Scandinavie, où nos amis danois, suédois, norvégiens et finlandais en sont devenus des spécialistes. Le plus compliqué pour les groupes qui évoluent dans ce genre, peu importe leurs origines, c’est de se faire connaître et de réussir à plus ou moins percer tout en gardant une bonne ligne de conduite. Sentient Horror est un groupe qui est né en 2014 sous le nom Sentience, avant de changer de nom en 2016. Très rapidement, la formation sort un premier album, Ungodly Forms, dont la jaquette laisse peu de doute sur le style, mais surtout sur les thématiques qui vont explorer les mythologies lovecraftiennes et les récits horrifiques. Le Death semble se prêter à merveille à des thèmes comme celui-ci, encore faut-il maîtriser son sujet et sa technique. Est-ce le cas avec ce groupe qui nous vient de Stockholm… dans le New Jersey !?

Le skeud débute avec Into the Abyss…, un morceau qui fait office d’introduction et qui essaye de montrer de quoi est capable le groupe. C’est assez drôle, car si certains se seraient contentés de faire une musique d’ambiance horrifique, Sentient Horror décide de ruer dans les brancards et de lâcher directement les riffs bien lourds. Dès le départ, ça pulse et on aura droit à une petite mélopée à la guitare soliste qui montre que le groupe n’est pas un manche niveau technique. Et avec Abyssal Ways, le groupe ne cache plus très longtemps sa volonté de rentrer dans le vif du sujet et d’en découdre avec les tympans des auditeurs. Le morceau est rapide, virulent, et la voix du chanteur, tout en growl, est suffisamment puissante pour apporter l’adhésion de ceux qui écoutent. Avec Die Decay Devour, le groupe franchit un nouveau palier dans la violence et ne laisse personne indifférent avec ce titre qui démarre de façon très brutale, mais qui va s’adoucir un peu en son milieu pour presque faire un pont en Groove métal avant d’attaquer un solo absolument dantesque et qui va très très vite. Du coup, malgré la virulence du morceau, nous faisons face à tout le panel dont est capable Sentient Horror. Parmi les titres les plus remarquables, et qui sont un peu dans cet ordre là, on peut aussi noter Splinter the Cross ou encore Ungodly Forms et Celestial Carnage (que des noms poétiques). C’est d’ailleurs assez marrant, puisque le groupe se fait vraiment remarquer avec les morceaux plus longs, dépassant bien souvent les quatre minutes.

Par contre, tout n’est pas parfait dans ce premier effort. On va vite remarquer que le groupe, malgré les longs titres réussis, intercale cela avec des morceaux plus courts et beaucoup moins marquants. On peut citer Beyond the Curse of Death, Of Filth and Flesh ou encore A Host of Worms dans une moindre mesure. Ces morceaux sont très brutaux, ne font pas dans la dentelle et du coup, on ressent moins la technicité assez incroyable du groupe. Ces titres sont trop rapidement expédiés et ils ne marquent pas vraiment. D’autant plus qu’ils sont assez redondants dans leurs structures et du coup, on ressent une vraie lassitude à force d’écoute. Fort heureusement, le groupe se rattrape vraiment avec les morceaux plus longs et surtout avec certaines variations plutôt salvatrices, comme le titre instrumental Mourning, qui se pose avant d’enclencher le dernier gros morceau, ou encore Blood Rot qui démarre à la batterie et qui fait immédiatement penser à un titre plus thrash et donc plus accessible (ce qui ne sera plus trop le cas par la suite). Dans sa globalité, ce premier album est d’une belle qualité, mais il possède encore un tout petit défaut, c’est sa production. Paru chez Testimony Records, on ressent un budget amoindri et cela se ressent surtout sur l’enregistrement de la voix du chanteur qui est parfois en retrait par rapport au volume des instruments, sans que cela soit un effet de style. Rien de bien alarmant, mais suffisamment pour être notifié.

Au final, Ungodly Forms, le premier album de Sentient Horror, nouveau venu sur la scène Death, est un jolie réussite, même s’il comporte quelques scories inhérentes au fait que ce soit un premier album. Sans révolutionner le genre, le groupe essaye de poser de jolis solos, de faire des mélodies qui s’impriment bien dans l’oreille et globalement, ça marche plutôt bien, notamment sur les compositions plus longues. Bref, un excellent début et on attend de se pencher sur un EP paru cette année.

  1. Into the Abyss…
  2. Abyssal Ways
  3. Die Decay Devour
  4. Blood Rot
  5. Splinter the Cross
  6. Beyond the Curse of Death
  7. Ungodly Forms
  8. Suffer to the Grave
  9. A Host of Worms
  10. Of Filth and Flesh
  11. Mourning
  12. Celestial Carnage

Note : 15/20

Image de prévisualisation YouTube

Par AqME

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Facebook : Lavisqteam.fr – Contact: lavisqteam@laposte.net