octobre 29, 2020

Dangerous Women – Partie 1

Auteurs : Joe Abercrombie, Jim Butcher, Joe R. Lansdale, Lawrence Block, Brandon Sanderson, Lev Grossman, S.M. Stirling, Sam Sykes, George R.R. Martin

Editeur: J’ai Lu

Genre: Fantasy, Urban Fantasy, Western, Thriller

Résumé:

Qu’elles soient héroïnes d’une bataille, souveraines d’un territoire, sorcières, muses, conspiratrices, valeureuses cavalières, ou intrigantes de cour, toutes les femmes que vous rencontrerez dans ces nouvelles ont un point commun : elles sont dangereuses…

Avis :

Tout comme des réalisateurs font des courts-métrages avant de s’attaquer à des longs, les écrivains écrivent bien souvent des nouvelles pour commencer à se faire connaître. C’est le cas de nombreux talents américains, qui ont commencé par écrire de petites histoires pour le journal de leur lycée ou pour les journaux de leur bled. Aujourd’hui, la nouvelle est assez répandue et il existe de nombreux ouvrages qui sont en fait des recueils avec des thématiques très précises. Seulement, si on veut vendre un peu plus de recueils, il faut y associer des noms prestigieux afin de mettre de la lumière sur le dit bouquin, comme c’est le cas avec ce Dangerous Women sur lequel on peut lire en gros, George R.R. Martin. Et si l’écrivain du Trône de Fer est présent, ce n’est pas pour rien, car ce recueil, qui a remporté le prix World Fantasy Award 2014 de la meilleure anthologie, propose une longue nouvelle inédite prenant place dans le monde de Game of Thrones. Mais est-ce que cela est un gage de qualité ?

Comme son titre l’indique, Dangerous Women va mettre en avant des femmes fortes, des héroïnes puissantes qui vont manipuler leur petit monde ou qui vont avoir tendance à faire tourner les têtes. Pour cette première partie, seuls les écrivains masculins sont conviés (ne vous inquiétez pas mesdames, dans la partie 2, plus longue, nous aurons droit uniquement à des écrivaines) et ils vont mettre en place différents univers avec des personnages féminins intéressants, parfois forts, parfois chanceux, mais qui tirent toujours leur épingle du jeu. Pour parler de ce recueil, il faudrait y aller nouvelle par nouvelle, car les univers sont très divergents et c’est un peu le point faible de cet ouvrage qui peine à trouver du liant entre chaque histoire, même en présentant des femmes fortes.

Le premier texte est un pur western. Desperada nous met directement dans le bain avec une jeune femme qui a volé de l’argent à trois brigands et qui souhaitent donc le récupérer. Elle se réfugie dans une ville abandonnée pour tenter de se protéger. Ce premier texte est assez réussi, même s’il manque de repères espace/temps au début, perdant vite le lecteur avant de le rattraper avec des indices importants. La deuxième nouvelle, Cocktail Explosif, change complètement d’univers, puisqu’il s’agit d’Urban Fantasy prenant place et lieu dans la saga de Henry Dresden de Jim Butcher. On va y suivre une jeune magicienne qui va infiltrer une fête guindée pour empêcher un attentat. Si on est dans un domaine assez classique, l’histoire est plutôt réussie et le pari de mettre en avant une femme au caractère bien trempé est relevé.

Cependant, le niveau va baisser d’un cran par rapport à la thématique souhaitée. Catcher Jesus est une histoire contemporaine avec un soupçon de fantastique où un catcher à la retraite continue à se battre face à son ennemi juré pour gagner le cœur d’une femme qui semble irrésistible. Le récit est vraiment bien, on est pris dans cette lutte acharnée pour une femme vénéneuse, le style est très percutant et on globalement, il s’agit peut-être de l’histoire la plus intéressante du recueil. Mais la femme n’est là que comme une potiche et non pas comme une héroïne, ce qui gâche un peu le but premier de ce recueil. Mais la suite sera pire avec Je Sais Comment les Choisir, puisqu’ici, nous sommes dans le thriller pur jus où un homme raconte comment il a rencontré une beauté dans un bar. Et comment il va la tuer. Un choix donc étonnant et qui n’a aucunement sa place dans ce recueil, et cela malgré le fait que ce soit vraiment bien écrit.

Fort heureusement, la suite sera un peu plus dans le thème. Des Ombres pour Silence dans les Forêts de l’Enfer est un récit de Fantasy original et très plaisant, aussi bien dans son intrigue que dans sa lecture. L’histoire est menée à un rythme haletant, il y a de l’angoisse, du suspens, des moments de peur, et il s’agit de la meilleure nouvelle du recueil. Ce qui ne sera pas le cas de La Fille du Miroir, un Harry Potter like aux Etats-Unis, pour une histoire peu passionnante, avec des adolescentes têtes à claques qui font un coup monté à un pauvre garçon pour une histoire de verres de vin pas assez remplis. La nouvelle n’est pas palpitante et manque cruellement d’originalité. Avec Annoncer la Sentence, on change vraiment de registre pour tomber dans un monde post-apocalyptique où des femmes rendent la justice si un homme manque à son devoir envers une communauté. Entre des dialectes celtiques durs à lire et une histoire qui « glorifie » presque la peine de mort, on reste un peu sur notre faim malgré de bonnes idées. Quant à Nommer la Bête, on est vraiment dans un récit opaque et un peu trop étrange. Reste la nouvelle de George R.R. Martin, la plus longue, souvent intéressante, sans pitié, avec beaucoup de dragons, mais qui nous perd pas mal avec sa multitude de personnages et de noms similaires. Cependant, l’auteur possède une plume de qualité qui fait que tout ça se lit très bien et très vite.

Au final, Dangerous Women, du moins la première partie, est un recueil fort intéressant et très varié qui met la femme au centre de presque toutes les histoires, ce qui fait un bien fou. Par contre, il est juste dommage qu’il y ait autant de disparité dans les histoires, aussi bien en termes de contenu que de contenant, certaines nouvelles n’ayant clairement pas leur place dans cette anthologie, ternissant un peu l’ensemble. Mais ne boudons pas notre plaisir, car dans son ensemble, ça reste quelque chose de bienveillant et de très agréable à lire.

Note : 14/20

Par AqME

AqME

Amateur d'horreur, Métalleux dans l'âme, je succombe facilement à des images de chatons.

Voir tous les articles de AqME →

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.