Gueule d’Ange – Enfin Sans ma Fille

De : Vanessa Filho

Avec Marion Cotillard, Alban Lenoir, Ayline Aksoy-Etaix, Amélie Daure

Année : 2018

Pays : France

Genre : Drame

Résumé :

Une jeune femme vit seule avec sa fille de huit ans. Une nuit, après une rencontre en boîte de nuit, la mère décide de partir, laissant son enfant livrée à elle-même.

Avis :

Baroudeuse, si Vanessa Filho a mûri sa « Gueule d’Ange » pendant une bonne quinzaine d’années, on ne peut pas dire qu’elle ait chômé entre temps. S’incrustant sur des tournages pour observer et apprendre, elle tourne un moyen métrage en 2001 avant d’enchaîner les clips. De plus, elle s’investit dans la photo et signe même quelques pochettes d’albums.

Et voilà qu’après l’avoir travaillé et retravaillé, Vanessa Filho arrive enfin à faire son premier film. Et quel premier film ! Si sa « Gueule d’Ange » ne sera pas le bouleversement attendu, il demeure un premier film osé et intéressant à plus d’un titre. Débarquant avec un sujet assez dur, puisque la jeune réalisatrice dresse le portrait d’une mère perdue et d’une enfant tout aussi perdue, « Gueule d’Ange » pourra compter sur une Marion Cotillard extraordinaire, et de véritables envolées bourrées de charme. Ce premier film nous fait alors passer un joli moment de cinéma, et il met surtout en lumière une jeune réalisatrice au regard intéressant et dont on restera très curieux d’un deuxième essai.

Marlène, la trentaine bien passée, est la mère d’Elli, une jeune fille de huit ans. Si Marlène aime sa fille, elle est surtout perdue et vit en permanence déconnectée de la réalité, un peu comme ces stars de téléréalité qu’elle aime tant. Un soir, Marlène fait une rencontre en boite et décide de suivre cet homme d’une nuit ou peut-être plus. Ce soir-là, Marlène ne rentre pas et laisse Elli toute seule…

Portrait de femme, mais aussi film sur l’enfance et le regard que les enfants peuvent avoir sur leur monde, avec « Gueule d’Ange« , Vanessa Filho livre ici un bien joli film qui mérite qu’on s’y arrêter, au moins l’espace d’une séance. Car oui, si le film demeure joli, il est vrai aussi que « Gueule d’Ange » peut décevoir un peu, tant il s’annonçait comme un petit bouleversement qu’il ne sera pas.

« Gueule d’Ange« , c’est plusieurs sujets plutôt osés, surtout quand on les aborde de plein fouet et dans un premier film. Avec ce film, Vanessa Filho aborde le rôle de parent et l’éducation, tout comme elle aborde avec justesse et sincérité une certaine déconnection de la réalité, comme on peut le voir avec le personnage de Marlène, bien plus intéressée par une émission de téléréalité que par sa petite fille qui a faim. Ce qui est intéressant ici, c’est que sa réalisatrice, tout comme son actrice, ne vont pas s’amuser à juger le personnage de Marlène, capable des pires horreurs comme des plus jolies douceurs. Un personnage libre et parcouru d’ambiguïté, incapable d’être une mère et en même temps débordante d’amour. Une ambiguïté parfaitement saisie par une Marion Cotillard incroyable. Bref, ce personnage sans fard nous est présenté ainsi et Vanessa Filho nous laisse libre de penser ce que l’on veut de Marlène.

On restera cependant déçu à cause d’un scénario parfois trop lisse, dont on attendait plus, malgré sa richesse. C’est assez dingue, car en plus des thèmes évoqués plus haut, le film parlera aussi admirablement de l’enfance, de ces enfants laissés à l’abandon, avec une éducation chaotique et pourtant, malgré les bonnes idées et le talent, il manque cruellement quelque chose à « Gueule d’Ange« .

On restera aussi déçu de par la prévisibilité du film. Oui, une fois qu’on a lu entre les lignes, « Gueule d’Ange » ne nous réserve plus de surprise et c’est bien dommage. On se retrouve donc à suivre le film, l’intrigue, les personnages avec intérêt, mais sans frisson, sans passion, sans suspens et finalement, même si le moment de cinéma demeure joli, il sera loin de marquer. On ressort donc de « Gueule d’Ange » partagé.

Partagé, car on a pris plaisir à suivre cette intrigue triste et pleine de vérité. Partagé, car le film est illuminé par ses acteurs. Oui, si Marion Cotillard y est fabuleuse, il est impossible de passer à côté de la maturité incroyable d’Ayline Aksoy-Etaix ou encore de la générosité d’Alban Lenoir. Mais partagé, car « Gueule d’Ange » manque d’émotion. Partagé, car techniquement parlant, le film n’est pas toujours au meilleur, offrant une image qui tremble de manière agaçante parfois. Et partagé, car finalement, « Gueule d’Ange » faisait plein de promesses et il ne se révèle pas aussi marquant et prenant qu’on l’aurait aimé.

Quoi qu’il en soit, ce premier film pour Vanessa Filho, avec ses défauts comme ses qualités, aiguise notre curiosité et en apprenant de ses erreurs, on espère que le second film de cette jeune réalisatrice saura combler nos attentes.

Note : 12/20

Image de prévisualisation YouTube

Par Cinéted

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Facebook : Lavisqteam.fr – Contact: lavisqteam@laposte.net