octobre 29, 2020

Batman – Un Long Halloween

B-Un-long-halloween-cv

Résumé :

Quelques mois après sa première victoire contre l’empire du crime qui phagocyte. La cité de Gotham, le vigilant Batman enquête sur une série de meurtres perpétrés uniquement lors des fêtes. Travaillant en parallèle avec le jeune procureur Harvey Dent et le Lieutenant James Gordon, le Chevalier Noir engage une course contre ce calendrier morbide qui égrène chaque mois une victime supplémentaire. Une quête dont la conclusion pourrait bien sonner la chute du plus grand espoir de Gotham, et la naissance de l’un de ses pires monstres de foire…

Avis :

Aujourd’hui, quand on parle de Batman, on pense de suite aux films, notamment les plus   récents, la trilogie de Christopher Nolan et David S. Goyer, Batman Begins, The Dark Knight et The Dark Knight Rises. Si l’on tombe sur des passionnés, ils parleront certainement des deux premiers films de Tim Burton, mas certainement pas des deux autres étrons signés Joel Schumacher. Enfin, les plus hardis vous citeront les différents comics qui ont forgé l’image du chevalier noir et qui en font aujourd’hui une icône à part entière dans l’imagerie publique. Parmi ceux qui ont fait de Batman ce qu’il est aujourd’hui, on peut parler de Batman Année Un et The Dark Knight Returns de Frank Miller, ou encore du diptyque Un Long Halloween suivi de Amère Victoire, et ça tombe bien, parce que l’on va vous parler du formidable Un Long Halloween dont Nolan et Goyer se sont inspirés pour faire leur trilogie. Enfonçons-nous dans Gotham !

Batman-The Long Halloween #13

D’habitude, les histoires de super-héros sont toujours un peu identiques. On a un gros méchant qui fait de vilaines choses et notre héros vient pour le friter et lui mettre la misère. Depuis quelques temps, cet adage ne fait plus partie des comics, car la recherche de nouveaux points d’ancrage se fait sentir et le public demande toujours quelque chose de mature et de novateur. Un Long Halloween n’est pas une aventure comme les autres pour Batman. En effet, il s’agit-là d’un polar, à l’ambiance sombre et à l’enquête digne des plus grands policiers. Il s’agit d’une suite directe à Batman Année Un de Frank Miller. Alors que le triumvirat Batman, Gordon et Dent cherche des preuves pour inculper le Romain, le plus grand mafieux de la ville, un tueur sème le trouble dans cette enquête, ne tuant que les personnes de la famille du romain les jours de fête et en laissant un objet en lien avec la fête. La presse le baptise alors Holiday. Se sentant menacer, le Romain va faire libérer des malades d’Arkham, créant un chaos et un surplus de travail pour Batman. Alors pour quelqu’un qui adore les méchants, car ce sont bien eux qui font le héros, on est gâté. C’est bien simple, ils sont quasiment tous présents et cela fait vraiment plaisir à voir. Ils servent bien l’histoire, s’imbriquant parfaitement entre les tueries du vrai vilain. Mais le plus intéressant, c’est que chaque méchant à son propre intérêt dans l’histoire, comme le Joker qui veut tuer tout le monde, en espérant buter Holiday dans la masse. Mais quand on s’éloigne un peu du récit et de tous les vilains, on se rend compte que l’on est devant un polar se rapprochant du Parrain de Coppola. Sombre, intrigant et surtout magnifiquement monté, le scénario laisse planer un doute sur le tueur tout au long de l’intrigue et même jusqu’à la fin. Nous sommes face à un vrai policier noir qui manipule habilement le lecteur. On verra ainsi les doutes des personnages, nos doutes à nous concernant l’identité du tueur, et la folie latente qui envahit Harvey Dent avant qu’il ne devienne Double-Face. Bref, il s’agit d’un récit riche et dense.

Le dessin est quant à lui parfait. Batman a de la gueule et une musculature impressionnante, mais le plus important sont ses poses qui imposent le respect et la classe. Chaque planche est un petit bijou du genre et les traits sont bien nerveux comme il se doit. Une précision est apportée à chaque méchant, comme le Joker et son immense sourire carnassier accentuant son air fou, ou encore Catwoman, tout en muscle et athlétique. On passera sur les autres comme L’Epouvantail rappelant celui du Magicien d’Oz, respectant ainsi le méchant d’origine. J’émettrai un léger ola sur le design de Harvey Dent, un peu trop transparent et qui prend de l’ampleur seulement quand il tourne méchant. Par contre, Poison Ivy est sublime, et les aplats de noir avec ses quelques feuilles vertes sont vraiment du plus bel effet. On aimera aussi le contraste frappant entre la prison de verre de Julian Day dit le Calendrier et le noir ambiant de Gotham City. Bref, que ce soit au niveau du dessin ou des couleurs, on sent un travail vraiment réfléchi et important sur chaque planche. D’ailleurs, les dessins prenant deux planches sont vraiment impressionnants et d’une grande beauté !

LongHalloween-Chap01-016017-1

Au final, Batman Un Long Halloween est une tuerie monumentale que tout fan de l’homme chauve-souris doit avoir. Sombre, mené tambours battants et s’inspirant des meilleurs polars, ce comic est un véritable bijou de narration et de design. Un must-have qu’il me tarde de compléter avec Amère Victoire pour conclure ce chapitre épique. Pas étonnant que Nolan s’en soit inspiré pour faire sa trilogie !

Note : 19/20

Par AqME

ServalNote de Serval: 19/20

AqME

Amateur d'horreur, Métalleux dans l'âme, je succombe facilement à des images de chatons.

Voir tous les articles de AqME →

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.