Coast Guard

Titre Original : Hae Anseon

De : Kim Ki-Duk

Avec Jang Dong-Gun, Park Jee-Ah, Hye-Jin Yu, Jeong-Hak Kim

Année: 2004

Pays: Corée du Sud

Genre: Drame

Résumé:

En Corée du Sud, une base militaire sur la côte veille à ce qu’aucun espion de Corée du Nord ne pénètre dans le pays. Pour nombre de militaires présents, cette mission tient plus de la corvée que du sacerdoce. Le soldat Kang, par contre, prend tout cela très à cœur : il ne vit en fait que pour une chose, pouvoir abattre un espion nord-coréen.
Un soir, alors qu’il monte la garde, il aperçoit une ombre sur la plage avoisinante. Pas de doute, un homme se cache derrière les rochers. Kang ouvre le feu et, afin de ne laisser aucune chance à sa cible, lance même une grenade. Une fois rendu sur place avec son unité, le jeune obsédé de la gâchette découvre pourtant une réalité bien différente : l’homme qu’il a abattu est un pêcheur du coin qui était en train de faire l’amour avec sa douce, Mee-Young…

Avis:

Le cinéma coréen regorge de merveilles qui ne cessent de nous éblouir chaque année. Parmi l’immense variété de cinéastes qui nous viennent du pays du matin calme, il y en a un qui se démarque beaucoup de par son regard unique et sans concession qu’il livre sur son pays et sa société, ce cinéaste, c’est Kim Ki-duk. Cinéaste moins connu qu’un Park Chan-wook ou un Boong Joon-ho, Kim Ki-duk n’en est pas moins l’un des réalisateurs les plus importants de ces vingt dernières années et sa filmographie est une merveille incroyable à découvrir.

Juste avant de réaliser l’un de ses films les plus connus, « Printemps, été, automne, hiver et … printemps« , Kim Ki-duk avait sorti ce petit film bien moins connu, « Coast Guard« , qui est un petit bouleversement. Fort d’un thème qui tient à cœur au réalisateur, « Coast Guard » est un film indéniablement politique. C’est un film qui ne fait aucune concession et fait un constat sans appel. « Coast Guard« , même s’il ne sera pas aussi puissant et prenant qu’un « Entre deux rives« , dernier cru de Kim Ki-duk sorti en 2017, qui aborde là aussi les deux Corée, demeure toutefois un film phare, qu’on place aux côtés de films tels que « Joint security area » de Park Chan-wook ou « Frères de sang » de Kang Je-gyoo.

Corée du Sud, à la frontière ultra gardée entre les deux Corée. Une base militaire surveille sans relâche l’horizon, la mer et les côtes. Les soldats ont ordre de tirer sans aucune somation sur quiconque entrerait dans la zone à défendre, car tous sont soupçonnés d’être des espions. Une nuit, le caporal Kang abat un homme, mais très vite, il se rend compte que l’homme en question n’était qu’un pécheur du coin, venu par une nuit de folie faire l’amour à sa copine sur la plage. Bouleversé et n’arrivant pas à faire face à son acte, bientôt le caporal va sombrer dans une folie destructrice.

Kim Ki-duk, c’est un réalisateur que j’ai découvert il y a peu de temps, mais malgré ça, j’ai envie de dire que Kim Ki-duk et son cinéma, c’est peut-être ce que j’ai découvert de mieux ces dernières années. Chaque film est une claque et chaque claque est terriblement différente de la précédente.

Avec « Coast Guard« , Kim Ki-duk se lance dans un film au sujet on ne peut plus intéressant et dur. « Coast Guard« , c’est une critique sévère de l’armée, des militaires, des ordres et des soldats. Tenant un scénario au premier postulat assez simple, Kim Ki-duk va livrer ici un véritable réquisitoire sur l’engagement militaire. Ici, il est question d’un homme qui va suivre toutes les règles et faire à la lettre ce qu’on lui a appris et ordonné. Un homme simple, dont l’acte (de bravoure pour certains) va être une bombe qui va faire vaciller ses fondations et les répercussions vont être encore plus violentes que l’acte qu’il a commis.

Avec ce film, Kim Ki-duk prend le temps d’installer l’engagement de ces soldats, comme les tensions qui règnent à cette frontière. Il prend aussi le temps de peu à peu détruire cet homme, au départ si joyeux et impliqué. De par ce procédé, « Coast Guard » va être terriblement touchant, et entre la critique politique et militaire, ce Kim Ki-duk est aussi d’une grande tristesse. C’est un film qui étend son drame et les répercussions de cet acte, et plus encore, de la débilité de cette guerre entre les « deux pays ».

Très sombre, sans vie, sans lumière, « Coast Guard« , c’est aussi une mise en scène qui ne laisse aucun choix. C’est une mise en scène qui, certes, si le manque de moyens se fait ressentir, demeure néanmoins prenante, et même étouffante. Une mise en scène qui saura aussi se faire touchante, offrant un personnage en totale rupture, auquel on s’accroche. D’ailleurs, la dernière scène est un petit bouleversement en soi et est d’une très grande tristesse.

Bref, même en offrant un film moins puissant et fort que « entre deux rives » ou « Samaria » par exemple, Kim Ki-duk livre là du très bon et très grand cinéma. Moins connu que certains autres, « Coast Guard » mérite qu’on le mette en lumière et qu’on incite le plus grand nombre à le découvrir et plus largement à découvrir l’œuvre de Kim Ki-duk.

Note : 15/20

Image de prévisualisation YouTube

Par Cinéted

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Facebook : Lavisqteam.fr – Contact: lavisqteam@laposte.net