Lavisqteam

Monsieur Je-Sais-Tout – Duo Touchant

De : François Prévôt-Leygonie et Stephan Archinard

Avec Arnaud Ducret, Max Baissette de Malglaive, Alice David, Caroline Silhol

Année : 2018

Pays : France

Genre : Comédie, Drame

Résumé :

Vincent Barteau, 35 ans, entraîneur de foot d’1,92 m, voit débouler dans son quotidien de célibataire invétéré, son neveu, Léo, 13 ans, 1,53 m autiste Asperger et joueur d’échecs émérite. Cette rencontre aussi singulière qu’explosive va bouleverser l’existence de Vincent et offrir à Léonard la chance de sa vie.

Avis :

Duo de réalisateurs français, François Prévôt-Leygonie et Stephan Archinard se sont rencontrés sur le tournage de « Le Bossu » de Philippe De Broca, voilà plus de vingt ans maintenant. Depuis, les deux réalisateurs sont inséparables. D’abord sur des courts-métrages, puis sur des longs-métrages à partir de 2013, année de sortie de « Amitiés sincères« . « Monsieur je-sais-tout » est leur troisième long-métrage.

Un nouveau film du duo François Prévôt-Leygonie et Stephan Archinard, c’est un projet qu’on peut accueillir avec beaucoup de craintes, puisqu’on ne peut pas dire que les deux hommes ont brillé. « Amitiés sincères » était quelque peu plan-plan, quant à « Tout schuss« , on a préféré même oublier que ce film à exister. Alors quand ce « Monsieur je-sais-tout » a commencé à faire parler de lui et qu’il est porté par Arnaud Ducret, acteur sympathique mais toute la filmographie est loin d’être incroyable, ce nouveau film avait tendance à réunir beaucoup d’éléments à charge. Mais au final, c’est un petit miracle qui s’est produit, car si ce nouveau film est déjà-vu, il reste très touchant, très efficace, porté par un joli duo d’acteurs, et s’avère finalement être le meilleur et plus beau film de ces deux réalisateurs.

Vincent Barteau est entraîneur de foot dans un petit club. Alors que sa vie est « bien rangée » et qu’il n’a plus de contact avec sa famille, il va apprendre l’existence d’un neveu de treize ans. Ce neveu, c’est Léo et Léo, il aime les échecs. Léo, il est dans sa bulle. Léo, il compartimente tout. Léo, il est Asperger et c’est aujourd’hui Vincent, l’homme sans attache, qui doit s’en occuper. Cette rencontre aussi étrange qu’inattendue va être alors la source de beaucoup d’ »emmerdes », beaucoup de joie, beaucoup d’amour et surtout chacun va grandir en apprenant l’un de l’autre.

Il est clair que le film du duo Prévôt-Leygonie/Archinard demeure terriblement classique dans sa mise en scène et sans vraiment de surprises dans son scénario. Oui, d’emblée, on sait très bien comment tout ou presque va se passer. On devine sans le chercher que le cœur de cet entraîneur bourru et égoïste va s’attendrir. Bref, les chemins que va emprunter ce « Monsieur je-sais-tout » ont déjà été tant emprunté qu’on les connaît par cœur. On notera toutefois que ce film met en lumière les gens atteints du syndrome d’Asperger, sujet assez inédit dans le cinéma français.

Mais malgré ça, malgré ce manque de surprise, avec « Monsieur je-sais-tout« , il va se produit un petit quelque chose qu’on n’attendait absolument pas, ça fonctionne, ça marche et le film va être très touchant. Mais alors pourquoi et comment ce chemin balisé est-il arrivé à être le meilleur film des deux réalisateurs ? La réponse est simple, c’est son casting qui fait tout le film. Porté par un Arnaud Ducret dans son meilleur rôle, et surtout, ô grand surtout, par Max Baissette de Malglaive (le gamin du « Mea Culpa » de Fred Cavayé) qui est tout simplement incroyable de justesse et d’émotion. Si Arnaud Ducret saura nous attendrir avec le regard qu’il va poser sur le gamin, et plus largement sur sa vie, et tout ce qu’il a pu rater (oui, oui, je vous l’ai dit, on connaît ce film par cœur), c’est bien Max Baissette de Malglaive qui vole la vedette à tous. Bouleversant de vérité, il trouve là le rôle qui le révèle. Parfois drôle, parfois agaçant, et particulièrement émouvant dans ses grandes tirades ou ses silences, le jeune acteur de dix-sept ans étonne par sa maturité, et la force de son jeu. Leur duo à l’écran fonctionne à merveille et l’on se plaît à les suivre dans leurs prises de tête, dans leurs fous-rires ou encore dans leurs entraînements de foot qui sont autant de bons moments à vivre.

Il n’y a donc pas grand-chose à dire de plus de cette jolie surprise. Prévisible, mais surtout très touchant, tenu par un très beau casting, emporté par la révélation Max Baissette de Malglaive, « Monsieur je-sais-tout » de François Prévôt-Leygonie et Stephan Archinard est un bon et beau moment de cinéma. On sourit, on se marre, on y croit et l’on est touché. Que demander de plus ? Parfois, ce sont les choses les plus simples qui fonctionnent le mieux.

Note : 14,5/20

Image de prévisualisation YouTube

Par Cinéted

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Facebook : Lavisqteam.fr – Contact: lavisqteam@laposte.net