octobre 29, 2020

Chroniques d’Erzebeth

chroniques_derzebeth-royaumeassailli-dvd

Titre Original: Bathory

De : Juraj Jakubisko

Avec Anna Friel, Franco Nero, Hans Matheson, Karel Roden

Année: 2008

Pays: Royaume-Uni, Hongrie, Slovaquie

Genre : Drame, Historique

Résumé :

Alors que la guerre fait rage aux frontières, le royaume d’Erzebeth s’enfonce dans le chaos. Le roi vient de mourir, les seigneurs sans scrupule se pressent aux portes de la capitale. Le Reine veuve, mystérieuse et fascinante, prend le pouvoir. On la dit à moitié folle, on lui prête des pouvoirs surnaturels, certains parlent d’une créature inhumaine. Au milieu du tumulte, Cyril, jeune apprenti débrouillard et son maître Peter sont dépêchés par l’église afin de percer les mystères qui s’accumulent…

Avis :

Au même titre que les créatures mystiques et mythologiques, les légendes urbaines et les légendes historiques ayant une pointe de mysticisme et de surnaturel ont toujours plu et attiré les pires hypothèses. On pense invariablement au prince Vlad Tepes dit l’Empaleur et qui sera renommé Dracula par la suite et qui donnera naissance au mythe des vampires. L’Europe de l’Est est vraiment une terre fertile en matière de légendes historiques et d’histoires surnaturelles. S’il y a bien entendu les vampires, on y retrouve aussi les sorcières comme la Baba Yaga, les ogres ou encore les poltergeists. Si l’on mêle histoire et fantastique, une femme qui a vraiment existé aura fait fantasmer bon nombre d’historiens et de romanciers. Erzebeth Bathory est une comtesse qui avait pour habitude, selon les dires, de se baigner dans du sang de vierges afin de rester jeune éternellement. On retrouve quelques films traitant de ce sujet sans prendre un recul historique comme Eternal ou encore La Comtesse de Julie Delpy. Chroniques d’Erzebeth va essayer de proposer une version vraiment historique, en relatant les évènements de la comtesse selon toute vraisemblance. Alors le film est-il bon ? La vérité à propos de cette femme sera-t-elle rétablie ? Petit bond en arrière à la frontière caucasienne.

19796482.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx

Voilà une sacrée belle bougie !

Le scénario se porte essentiellement sur le côté historique de l’histoire de Erzebeth Bathory. On voit donc voir comment elle devient comtesse, avec son mari qui est plus souvent à la guerre qu’à la maison et qui revient transformé et plus violent. On va voir aussi comment elle tombe amoureuse d’un peintre capturé par son mari, Carvaggio, et comment ce dernier se sauve pour échapper au mari jaloux. Enfin, on va voir sa fin, avec les stratagèmes mis en place par ses ennemis, dont Thurzo, qui ne souhaite rien d’autre que la gloire et des terres. Ainsi, plutôt que de s’appesantir sur une légende factice, on va voir les hommes qui ont marqué la vie de Erzebeth et sa bataille contre ce monde d’hommes qui se sentent supérieurs. Tout cela est raconté par un prêtre qui fut l’un des envoyés de l’église pour espionner la comtesse, qui était suspectée de faire de la sorcellerie pour rester jeune et vive. Tout cela aurait pu être fort intéressant et bien sympathique, seulement, encore faut-il avoir un peu de talent. Si la mise en scène reste soignée, on remarque immédiatement le problème de budget et la volonté de faire un film épique. Les scènes de bataille sont assez faméliques et on se contentera de quelques scènes sans grande prétention. Le découpage en chapitre est inopportun et casse le rythme de l’histoire. D’autant plus que cela ne sert pas à grand-chose, étant donné que les trois hommes ayant marqué la vie de la comtesse sont présents dès le début, malgré des ampleurs différentes au fil des ans. L’autre léger point faible du film, c’est que malgré la volonté de faire un drame historique, le narrateur et le scénariste n’ont pu s’empêcher de mettre de la sorcellerie. On aura la présence d’une sorcière qui possède de vrais dons puisqu’elle prédit l’avenir et rend la comtesse complètement parano et à moitié folle suite à la perte de son mari. Du coup, le côté réaliste en prend un coup et on aura bien du mal à se replonger dans cette histoire.

Le film possède des longueurs insupportables et on s’ennuie la plupart du temps. On a droit à beaucoup de blabla sans grand intérêt, les passages de folie de la comtesse sont visuellement pénibles et n n’aura pas grand-chose de vivant à quoi se raccrocher. C’est dommage car il y avait matière à faire. Au niveau du casting, Anna Friel campe une très belle comtesse et elle s’investit de façon convaincante dans son rôle. On remarquera tout de même qu’elle surjoue lors des moments de folie. C’est assez malheureux  à dire, mais les meilleurs acteurs sont Hans Matheson qui joue le peintre Caravaggio et Karel Roden incarnant Thurzo. Le premier est assez touchant malgré des débuts difficiles et il est peut-être le seul à voir la comtesse comme une personne normale. Le second est assez charismatique en méchant au grand front qui essaye de se faire la comtesse avant de vouloir la condamner pour sorcellerie. Il se fera bien avoir sur la fin, mais cette dernière est d’une longueur et d’une lourdeur scénaristique à ne plus rien comprendre. C’est vraiment dommage de se contenter du minimum et d’utiliser la scène de la baignoire en ne disant qu’une seule chose, que ce sont des plantes rouges qui colorent la flotte. Bref, rien de bien sulfureux, et côté historique, il faut vraiment se concentrer sur les passations de pouvoir, sur les jeux de stratégie de cour et tout cela est vraiment trop long.

19796486.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx

Non, ce n’est pas Jésus, mais le méchant de l’histoire.

Au final, Chroniques d’Erzebeth est un film historique prenant quelques libertés en essayant de racoler un public avide de fantastique. Il en résulte un drame mou du genou, qui possède une réalisation correcte mais qui est beaucoup trop long. Dans le même genre, il sera plus judicieux de choisir un Barry Lyndon, un poil plus long et diablement plus touchant, efficace et historique. Bref, voilà un film dispensable sur la comtesse Bathory.

Note : 09/20

Image de prévisualisation YouTube

Par AqME

AqME

Amateur d'horreur, Métalleux dans l'âme, je succombe facilement à des images de chatons.

Voir tous les articles de AqME →

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.