Death Wish – Bruce Prend les Armes

De : Eli Roth

Avec Bruce Willis, Vincent D’Onofrio, Elisabeth Shue, Camila Morrone

Année : 2018

Pays : Etats-Unis

Genre : Action

Résumé :

Quand il ne sauve pas des vies, Paul Kersey, chirurgien urgentiste, mène une vie de rêve, en famille, dans les beaux quartiers de Chicago… Jusqu’au jour où tout bascule. Sa femme est sauvagement tuée lors d’un cambriolage qui tourne mal… Sa fille de 18 ans est plongée dans le coma. Face à la lenteur de l’enquête, il se lance dans une chasse à l’homme sans merci.

Avis :

Eli Roth est un acteur et surtout un réalisateur intéressant qui donne dans le cinéma de genre et d’horreur. Sa carrière de réalisateur commence fort avec « Cabin Fever » et les deux « Hostel« , qui ont fortement marqué les esprits. On n’avait plus vraiment de nouvelles d’Eli Roth depuis que ce dernier avait fait un tour dans la jungle amazonienne pour son « The Green Inferno« , sorti directement en DVD.

Trois ans plus tard, Eli Roth est de retour et il s’attaque à du lourd, puisqu’il a décidé de faire un remake du culte « Un justicier dans la ville« , film avec Charles Bronson. Et avant même sa sortie, le film était déjà critiqué, et très lourdement attendu.

Personnellement, « Un justicier dans la ville » fait partie de ma très longue, pour ne pas dire infinie, liste des films à voir. Je ne pourrais donc parler que de ce film en lui-même et je dois dire que le plaisir a bien été présent. Chronique de l’Amérique de Trump fascinée par les armées et la violence, « Dearth Wish » est un bon divertissement, partagé entre une atmosphère noire bien maîtrisée, une mise en scène efficace, et un bon scénario qui, s’il n’est pas très épais sur sa ligne rouge, demeure vraiment bon dans tout ce qui est fait autour de l’intrigue et tout ce que le réalisateur s’amuse à y dénoncer.

Paul Kersey est tous les jours confronté à la montée de la violence de Chicago. Chirurgien urgentiste, Paul passe sa vie à essayer de sauver des vies. Mais un jour sa vie bascule encore plus dans la violence quand lors d’un cambriolage chez lui, sa femme est tuée et sa jeune fille de dix-huit ans prend une balle dans la tête et se retrouve entre la vie et la mort. Lui, l’homme qui a tout fait dans les règles, qui a tout respecté, a échoué dans son plus grand rôle et il ne peut pas vraiment compter sur l’aide de la police, tant cette dernière croule sous les affaires. Animé par la haine, la colère et la vengeance, Paul, l’homme bien rangé, va alors arpenter les rues de Chicago pour rendre la justice, jusqu’à ce qu’il trouve qui a tué sa famille.

Étonnante surprise que ce « Death Wish » version Eli Roth à la réalisation, Joe Carnahan à l’écriture et Bruce Willis à l’image. Oui, je dis étonnant, car au vu des critiques catastrophiques que le film s’est payé, et malgré la hype de revoir sur grand écran Bruce Willis, je pensais vraiment me diriger sur une bouse. Et surprise, c’est bien tout l’inverse de la bouse que j’ai trouvé là. Alors peut-être est-ce parce que je n’ai jamais vu l’original et que pour le coup, ce serait une chance, mais cette version 2018 de « Un justicier dans la ville » m’a vraiment fait passer un bon moment.

Pour ce « Death Wish« , j’avais envie de commencer tout d’abord par la petite déception, car c’est peut-être l’un des seuls vrais éléments que j’avais envie de lui reprocher, son scénario. Enfin, surtout son fil rouge, qui tient vraiment sur un post-it, ce qui est décevant, surtout venant d’un type comme Joe Carnahan qui nous a habitués à mieux que cela, car rappelons que c’est lui qui avait écrit un film comme « Narc« .

Mais si d’un côté ce scénario n’a rien de vraiment étoffé et demeure très convenu, puisqu’on sait sans surprise ce qui va se passer, d’un autre côté, l’histoire est tout à fait intéressante puisqu’elle se trouve être une grosse critique sévère de l’Amérique de Trump, de l’Amérique fascinée par les armes et son deuxième amendement. Une critique de la société d’aujourd’hui, des réseaux sociaux, des médias, des faux débats et des buzz. Une profondeur qu’on n’attendait pas et qui offre une vision intéressante et parfois même glaçante. C’est vraiment ici que le film tient tout son sens et son intérêt.

On ajoutera à cela la mise en scène très efficace d’Eli Roth qui offre pile ce que l’on était venu chercher. « Death Wish« , c’est sérieux et en même temps ça reste assez fun, et parfois jubilatoire. On l’a vu dans la bande-annonce, mais toute la scène du garage est terrible, tout comme le final. Eli Roth nous offre un film dynamique, parfois un peu gore, qui ira même s’aventurer dans l’émotion, ce qui est bien vu et bien venu.

Et enfin, avec « Death Wish« , il est impossible de ne pas bouder notre plaisir quand on voit Bruce Willis en justicier encapuchonné péter des gueules sur du AC/DC ou du Beach Boys. Un Bruce Willis d’une étonnante profondeur, qui démontre que bien dirigé, il peut encore nous surprendre. Puis ça fait du bien de le voir de retour comme ça, parce qu’en ce moment, le pauvre enchaîne les séries Z. Pour le reste du casting, Eli Roth s’est fait plaisir et a réuni des gens comme Elisabeth Sue, Vincent d’Onofrio, Dean Norris, ou encore Len Cariou.

Loin d’être le désastre annoncé, ce « Death Wish » fut tout à fait plaisant. Bruce Willis est au top, le film est un bon mélange d’action et de critique, il a une bonne ambiance et il sait en plus être fun. Franchement, hormis le fil rouge de son scénario, pour le reste, je me suis bien amusé, comme souvent d’ailleurs chez Eli Roth.

Note : 14,5/20

Image de prévisualisation YouTube

Par Cinéted

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Facebook : Lavisqteam.fr – Contact: lavisqteam@laposte.net