Escape Room

De : Will Wernick

Avec Evan Williams, Annabelle Stephenson, Elisabeth Hower, Dan J. Johnson

Année: 2017

Pays: Etats-Unis

Genre: Horreur

Résumé:

Six amis testent leur intelligence dans un jeu qui prend un vilain tour.

Avis:

Si les jeux vidéo ont depuis longtemps conquis le grand écran pour de médiocres adaptations, le jeu de société semble échapper à cette règle empirique qui fait que l’on doit adapter tout ce qui marche dans la pop culture. Et bien que certains pourraient croire le jeu de plateau est ringard, il n’a jamais été autant en forme, avec de nombreux créateurs et des jeux de plus en plus complexes et beaux. Enfin, il semble compliqué d’adapter un Monopoly ou une Bonne Paye, mais certains jeux avec une ambiance plus marquée pourraient parfaitement faire l’affaire dans un film. Mais il y a un nouveau phénomène de société qui s’empare des âmes des pauvres hères aimant jouer, l’Escape Game. Le principe est tout simple, une équipe de potes est enfermée dans une pièce et elle a une heure pour résoudre toute les énigmes afin de sortir de la pièce. Le phénomène est devenu tellement populaire que des Escape Game s’ouvre un peu partout dans le monde. Il n’en fallait pas plus pour que certains scénaristes et producteurs peu scrupuleux s’en emparent pour en faire un film d’horreur. Est-ce une bonne idée ? Visiblement non quand on regarde Escape Room qui enfile tout ce qu’il ne faut pas faire comme des perles.

Le film démarre déjà relativement mal avec un homme, blessé, qui trouve deux clés et décide d’en utiliser une, mais il est piqué mortellement par un poison. Le générique passe avec des bruits de fond où un homme se fait électrocuter car il répond mal à des énigmes, tout ça sur fond de plans aériens d’une ville quelconque. C’est long et surtout ça n’apporte rien au film ou à l’intrigue principale. On va ensuite retrouver une bande de sept potes qui se retrouvent autour d’une table de restaurant pour l’anniversaire de l’un d’eux, un type hyper intelligent et top classe. Sa fiancée lui offre alors son cadeau, un escape game qui se déroule de suite. Malheureusement, l’affaire va tourner au cauchemar. Alors sur le pitch de départ, on a envie de dire pourquoi pas. En effet, un Escape Game tenu par un taré qui s’amuse à piéger ses proies, à la limite, ça peut passer. Mais il faut un minimum d’écriture et de crédibilité pour que cela fasse vraiment peur et suscite un quelconque intérêt. Là, c’est le néant total.

Les personnages sont tous, absolument tous, des connards insupportables blindés de fric et qui ne regardent pas les dépenses. Outre l’opulence qu’ils montrent sans vergogne, leurs discussions ne vont pas bien loin et hormis quelques piques gentillettes, on ne saura pas grand-chose de leur vie, hormis peut-être que l’une travaille dans une galerie d’arts. C’est assez succinct et rien n’est fait pour que l’on ressente de l’empathie pour eux. C’est même tout le contraire, on se languit qu’ils se fassent dérouiller pour ne plus subir leur jérémiades et autres jacassements. Du coup, l’implication du spectateur est absente et même le petit plaisir lorsque l’un d’entre eux se fait buter n’est pas présent, la faute, encore une fois, à des personnages insignifiants et complètement plats. Pour dire, ils rentrent même dans le cliché de base, avec le couple qui ne pense qu’à baiser, le couple qui ne s’entend plus avec la nénette qui est en fait attirée par le héros, qui lui ne pense qu’à sauver sa femme, enfermée dans une cage on ne sait où. Bref, des caricatures sur pattes qui deviennent vite insupportables.

Ensuite, le film est complètement incohérent avec la logique même de l’Escape Game.  Dans ce jeu, il faut résoudre les énigmes pour s’en sortir avant le temps imparti. Dans le film, c’est presque tout l’inverse qui se produit puisque lorsqu’une énigme est résolue, c’est la mort qui attend au tournant. C’est totalement incohérent et n’a aucun sens. Pourquoi, dès qu’une énigme est résolue, les gens sont punis alors que ça devrait être le contraire ? On n’a pas de réponse et tout le film est basé sur ça, ainsi que sur les individualismes de chacun. Au départ, ça veut bien faire, en montrant les notions d’équipe, chacun apportant sa pierre à l’édifice, mais très vite, l’égoïsme reprend le dessus, laissant même certaines personnes sur le carreau. D’ailleurs, un personnage sera même oublié sur la fin, alors que normalement, elle n’est pas morte. Bref, c’est du gros foutage de gueule. Et si on ajoute à cela des effets gores minimes et inutiles, comme ce passage où les deux amoureux fondent à cause d’un gaz toxique, on obtient le pompon du n’importe quoi.

Et faut-il vraiment parler de la réalisation. Plate au possible, elle n’apporte rien au film. Il n’y a ni inventivité, ni envie de bien faire. Comme son intrigue, la mise en scène est bateau, les acteurs jouent mal et les décors se résument à trois pièces factices, grises et moches, qui montrent bien toute l’impersonnalité du projet et surtout son opportunisme. Car en fait, Escape Room n’est rien de plus qu’un film qui essaye de surfer sur une vague, espérant attirer le chaland avec son titre et son concept, comme les vraies salles le font en ce moment. Le problème, c’est que ça se voit que tout cela a été fait à la va-vite et il n’y a vraiment rien de bon à en tirer.

Au final, Escape Room est un très mauvais film d’horreur qui lorgne de temps à autre sur le thriller. Moche, mal joué, complètement incohérent avec le principe de base du jeu, mettant en scène des personnages insupportables dont même la mort ne nous soulage pas, nous sommes face à un film qui ne vaut pas un clou, et pire que ça, ennuie à mourir malgré sa faible durée. Bref, on est loin des sensations d’un vrai Escape Game, et en plus de cela, il manque un vrai méchant, puisque là aussi, on sent le travail bâclé, avec un tueur que l’on ne voit jamais et que l’on entend juste à la fin pour une élucubration incompréhensible. Bref, une purge.

Note : 03/20

Image de prévisualisation YouTube

Par AqME

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Facebook : Lavisqteam.fr – Contact: lavisqteam@laposte.net