Les Légendaires Cycle 2 – Le Cycle d’Anathos

Auteur : Patrick Sobral

Editeur : Delcourt

Genre : Fantasy

Résumé :

Anathos, un dieu maléfique compte se réincarner et celui qu’il a choisi comme enveloppe charnelle est un Légendaire ! L’un d’entre eux est destiné à devenir Anathos… Pour contrecarrer les plans de ce dernier, nos héros doivent s’emparer de L’Alystory, un livre sacré. Mais, en le dérobant, les Légendaires deviendraient les criminels les plus recherchés au monde…

Avis :

Ce second cycle suit presque directement le cycle précédent en temporalité et s’étend des tomes 9 à 12. Le principe des histoires complètes au sein d’une même intrigue principale est repris et chaque chronique se termine au bout du second volume. Ce petit cycle se divise ainsi en deux parties très distinctes, notamment du fait que deux années séparent ces deux sections.

Le cycle d’Anathos est bien plus sombre et violent que le précédent et se concentre entièrement sur la bataille contre le Dieu du même nom. Ce nouveau Dieu, que l’on apprend à mieux connaître, s’avère être une puissance phénoménale imbattable par nos héros qui se voient d’ailleurs perdre leur premier combat, à la fin du tome 10. Cette défaite est d’autant plus cuisante, qu’un membre de leur équipe en pâtit plus que les autres, en devenant la réincarnation du Dieu lui-même. La fin de ce tome met en place un retournement de situation inattendu et émouvant. Ce cycle est plus dur émotionnellement parlant que le précédent car les Légendaires sont mis à rude épreuve et subissent de lourdes pertes. Cela rend les choses bien plus crédibles et les personnages bien plus attachants. Le lecteur se rend compte qu’ils sont loin d’être invincibles et cela leur donne une autre dimension bien plus intéressante.

Les combats se multiplient au cours de ces 4 tomes et sont bien plus nombreux qu’auparavant. Cela n’est pas désagréable car l’intrigue reste captivante et bien construite. La violence est, de plus, bien contrebalancée par l’humour toujours aussi génial de l’univers, et toutes les références geeks éparpillées un peu partout. Il est également à noter que les sentiments sont davantage mis en avant dans ce cycle, nous faisant oublier que les personnages ont une apparence d’enfant étant donné leur maturité et leur capacité de raisonnement accrue.

Les héros évoluent grandement dans ce cycle, et tout ne nous est pas expliqué. Pendant les quelques années suivant leur défaite contre le Dieu, chacun s’est donné pour mission d’acquérir plus de puissance pour vaincre l’armée ennemie. Jadina revient dans le tome 11 avec plus de pouvoir qu’elle n’en a jamais eu, Razzia réapparaît avec un bras qui parle, Shimy a développé de nouvelles capacités suite à sa cécité et Gryf semble avoir appris à maîtriser la fureur de son sang. Toutes ces nouvelles compétences nous sont détaillées dans le cycle suivant qui nous montre, pas à pas, ce qui s’est passé, en flash-back, lors de ces années suivant la triste défaite contre Anathos. Ce suspens et cette construction sont un parti pris intelligent, permettant à ce cycle de se concentrer sur la guerre et de laisser au suivant le temps de nous donner plus de détails. Cela permet à ces tomes de garder un rythme très rapide, nous gardant en haleine jusqu’à la fin.

Ces tomes présentent un nouveau personnage, qui a eu une importance toute particulière dans le passé de Razzia. Le passé de ce personnage est d’ailleurs bien plus mis en avant dans ce cycle, nous offrant des scènes terribles de son enfance, et nous le faisant respecter davantage derrière cette bouille grassouillette. Ténébris, à l’ascendance cruelle, entre dans les Légendaires et possède sa propre présentation dès le tome 11, remplaçant celle de Danaël. Le lecteur apprécie rapidement sa façon d’être, son esprit rebelle et son entrée en matière dans le tome 9, qui rappelle celle de films bien connus. L’introduction de cette nouvelle héroïne est bien menée.

La présentation des Légendaires change à partir du tome 11. On les sent bien plus mûrs, la douleur et les pertes les ont fragilisés. En plus de l’ajout de Ténébris, les personnages de Jadina, Shimy, Gryf et Razzia ont évolué pour mettre en valeur leur montée en puissance et leur souffrance. Nos héros préférés deviennent plus complexes mais aussi plus sombres, et le trait de crayon s’en ressent.

La fin de ce cycle marque l’apparition d’une autre grande puissance, cette fois-ci plutôt salvatrice pour notre groupe. On ne sait qui elle est et sa volonté reste un mystère. Cette arrivée étonnante permet aux Légendaires de survivre et d’arriver à leurs fins, complexifiant la direction que va prendre l’histoire.

Le cycle d’Anathos est plus spirituel et plus mystique, étant donné qu’il nous explique plus en détails la création du monde d’Alysia ainsi que le rôle des dieux dans tout cela. Les dernières pages incluent même un des héros dans ce monde parallèle, l’éloignant à jamais des siens.

Des tomes incroyablement beaux où l’émotion se marie à l’action.

Note : 17/20

Par Lildrille

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Facebook : Lavisqteam.fr – Contact: lavisqteam@laposte.net