octobre 28, 2020

L’Île aux Chiens

Titre Original : Isle of Dogs

De : Wes Anderson

Avec les Voix de Bryan Cranston, Frances McDormand, Edward Norton, Liev Schreiber

Année : 2018

Pays : Etats-Unis, Allemagne

Genre : Animation

Résumé :

En raison d’une épidémie de grippe canine, le maire de Megasaki ordonne la mise en quarantaine de tous les chiens de la ville, envoyés sur une île qui devient alors l’Ile aux Chiens. Le jeune Atari, 12 ans, vole un avion et se rend sur l’île pour rechercher son fidèle compagnon, Spots. Aidé par une bande de cinq chiens intrépides et attachants, il découvre une conspiration qui menace la ville.

Avis :

Wes Anderson, dans le paysage cinématographique, c’est un ovni. Réalisateur au style inimitable, Wes Anderson nous offre tous les deux ou trois ans de petites merveilles dont seul lui a le secret.

Après le terrible succès de son « The Grand Budapest Hotel« , sorti en 2014, Wes Anderson nous revient avec son projet le plus osé, « L’île aux chiens« . Huit ans après sa première incursion dans le domaine de l’animation avec son très réussi « Fantastic Mister Fox« , Wes Anderson nous offre un nouveau délire, aux trouvailles visuelles et scénaristiques qui ont sacrément du cachet. Film improbable, « L’île aux chiens » est aussi bien un conte amusant, qu’un film aux allures politiques et critiques. Bref, encore une fois, Wes Anderson, dans son style inimitable, réussit ce qu’il entreprend et nous offre un film qui nous fait tout simplement du bien.

Au Japon, la grippe canine atteint des proportions inimaginables. Des proportions si grandes que finalement, le maire de la ville de Megasaki ordonne que tous les chiens de la ville soient envoyés sur une petite île non loin de là qui sert de déchetterie aux habitants de la ville, l’île poubelle. Alors que les habitants obéissent sans mal, un petit garçon, Hatari, décide d’aller chercher son compagnon, qui fut le premier, voilà quelques mois, à être envoyé sur l’île. Aidé par une bande de chiens abandonnés, Hatari va alors se lancer dans un périple qui va se révéler être bien plus grand que le seul désir de retrouver son chien…

Brillant, voilà ce que cette « … île aux chiens » donne envie de dire. Avec ce film, Wes Anderson réussit un étonnant tour de force on ne peut plus osé, nous amusant et nous touchant, avec un film qui aborde un sujet difficile, un relief politique certain, un décor sans vie, et des parties de son film qui sont en Japonais non sous-titrées. Ça fait beaucoup, et pourtant, cette « … île aux chiens » est une merveille qui se déguste et l’on en redemande.

Travail d’orfèvre, bijou d’animation, « L’île aux chiens » est un film superbe qui regorge d’inventivité. Sa mise en scène est calibrée, ses plans sont magnifiques, Wes Anderson y a injecté toute une culture japonaise à laquelle il rend hommage, tout comme il s’inspire et rend hommage au cinéma d’animation de celle-ci. On notera la richesse incroyable dans les détails, en ce qui concerne les décors, les matières, la profondeur, les cadrages, et bien entendu les personnages et leurs évolutions. Rien n’est laissé au hasard ici, mais alors que le piège de la démonstration était là, alors que le tout aurait pu manquer de spontanéité par exemple, ou faire factice, le tout fonctionne à merveille et c’est un petit éblouissement. On en prend plein les yeux et c’est une belle bouffée d’air frais. Une bouffée d’air qui vient aussi grâce à la superbe BO signée Alexandre Desplat.

Mais attention, ce petit éblouissement est réservé toutefois pour un public adulte. Certes, « L’île aux chiens » est un film d’animation en stop motion, mais l’intrigue et ses sujets accrocheront plus les adultes que les enfants. « L’île aux chiens » est un divertissement, mais comparé à un « Fantastic Mister Fox« , il est plus sombre et son humour est plus cinglant.

« L’île aux chiens« , c’est aussi un film qui nous offre un panel de personnages tous plus excellents, attachants et drôles les uns que les autres. Je parle bien sûr de nos amis les bêtes, puisque ce film fait le choix osé de nous emporter en permanence du point de vue des chiens, d’où le fait que les dialogues ne soient pas traduits chez les hommes. N’ayant pas eu la chance de le voir en VO, mon cinéma n’avait que la VF en stock, cette dernière demeure réussie et réunit un sacré casting de voix, Isabelle Huppert, Romain Duris, Daniel Auteuil, Mathieu Amalric, Vincent Lindon, Yvan Attal, et même l’immense Jean-Pierre Léaud.

« L’île aux chiens » est donc un excellent cru de Wes Anderson, peut-être l’un de ses meilleurs (oui, il faut quand même passer l’euphorie de la découverte). C’est un bijou d’animation, c’est un bijou de divertissement, c’est un bijou de narration, qui arrive à nous offrir quelque chose avec énormément de relief, suivant aussi bien une aventure amusante qu’un film résolument politique, allant presque jusqu’à aller chercher dans le thriller, s’amusant des complots. Bref, « L’île aux chiens » est un petit bijou qu’il serait bien dommage de rater.

Note : 17/20

Image de prévisualisation YouTube

Par Cinéted

AqME

Amateur d'horreur, Métalleux dans l'âme, je succombe facilement à des images de chatons.

Voir tous les articles de AqME →

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.